Table des matières

Shambala dans la ville

Héctor est descendu du train les nerfs à la surface. Après une longue année à travailler sur leur application mobile, il était temps de faire un vrai test. C'était sa première mission en tant que programmeur d'applications et sa carrière était en jeu.

En traversant la plate-forme, il a activé le joytester sur l'écran et a croisé les doigts pour qu'il fonctionne. L'idée de créer un «compteur de bonheur» avait été la sienne et l'entreprise l'avait soutenu malgré sa jeunesse.

Ce jour-là en ville allait être décisif. Il a dû choisir cinquante personnes qui accepteraient d'être scannées par l'application pendant dix secondes. Le joytester enregistrerait les résultats des mesures afin que, à leur retour, les patrons puissent vérifier l'exactitude du programme. Dès qu'il a quitté la gare, Héctor a arrêté une vieille femme avec son petit-fils et leur a demandé s'il pouvait se concentrer sur eux avec son portable.

-Veux-tu une photo de nous deux? demanda la grand-mère.

-Non, j'ai besoin de me concentrer un moment sur chacun d'eux. Je suis ingénieur et j'ai conçu un programme qui capture l'expression du visage et la posture du corps.

«Eh bien, il vous dira que je suis penché,» taquina-t-elle. Pour cela, vous n'avez pas besoin d'avoir étudié l'ingénierie.

Héctor s'est concentré sur l'écran tandis que le programme collectait des données sur l'éclat des yeux, la courbure des lèvres, la tension du visage et la posture générale de la vieille femme. Après les avoir analysés, l'application a émis un léger bourdonnement tout en réfléchissant à l'écran: Degré de bonheur: 4,62 / 10.

Surpris par le fait que la grand-mère bavarde avait échoué au test du bonheur, il entreprit de scanner l'enfant:

-À quoi sert ce programme? -je lui demande.

-Cela sert à savoir si vous êtes heureux.

Le garçon haussa les sourcils incrédule puis tira la langue. Hector attendit que son expression revienne à la normale avant d'activer le scanner. Dix secondes plus tard, il a rendu son deuxième résultat: Degré de bonheur: 5,82 / 10. C'est mieux, se dit-elle en passant son prochain test. Cette fois, il a demandé son aide à une belle fille qui regardait sa montre devant un magasin de cosmétiques. La jeune fille a posé quelques questions avant de rejoindre l'expérience, mais sachant à quoi servait le programme, elle a posé fièrement.

Lors de la collecte de données, Héctor s'est dit que cette fille pouvait être un mannequin ou une actrice parfaite. Sa peau et ses yeux semblaient sains et elle devait être satisfaite de la génétique dont elle avait hérité. On pouvait s'attendre à un bon score, alors le résultat le remplit d'étonnement: Degré de bonheur: 3,97 / 10. De plus en plus agité alors qu'il cherchait d'autres volontaires, il a rappelé que le programme avait été très fiable dans le traitement des scènes de films. Il avait soigneusement noté les différentes humeurs des protagonistes.

Hector avait choisi cette ville pour ses statistiques de qualité de vie. Le chômage était faible et l'indice de longévité supérieur à la moyenne. Peut-être que la grand-mère et le garçon s'étaient disputés avant le test, elle se dit de se calmer, et la fille venait de rompre avec son petit ami.

Pour dissiper les doutes, elle a décidé de continuer le test avec des gens qui avaient toutes les raisons d'être heureux: le récemment promu directeur d'une agence bancaire, un fleuriste qui prétendait aimer son travail, un couple amoureux dans un parc, un homme qu'il aimait. il était allé à la loterie il y a quelques jours… Ils étaient tous d'accord avec l'expérience, mais les scores étaient toujours bas. Cette ville connue pour son calme, ses espaces verts et sa belle architecture suspendue dans le bonheur.

Confus par ces résultats, il décide de finir sa journée dans un salon de thé appelé Shambala, comme le paradis des Tibétains. Hector entra avec une expression qui ne pouvait être plus éloignée du paradis. S'il avait testé son invention sur lui-même, il en aurait obtenu un peu plus de zéro.

-En quoi puis-je vous servir? un petit homme d'aspect oriental lui répondit. Est-ce que ça va?

Il a semblé à l'ingénieur qu'il était vraiment intéressé par lui, alors il a expliqué l'application qu'il avait créée et ce qui lui était arrivé quand il l'a testée en ville. Son histoire méritait un grand rire de la part du propriétaire du salon de thé, qui a alors dit d'une voix sereine:

-Il est normal que la grande majorité ait échoué dans le bonheur.

-Ordinaire? il a demandé offensé. Parce que?

-Il dit qu'il a expliqué à tout le monde le but du test. Cela les a fait, par inadvertance, penser à leur bonheur pendant ces dix secondes. D'une manière ou d'une autre, ils l'ont mesurée avant que ces potins ne le fassent.

-Je comprends, mais… quel est le problème?

L'Oriental posa une tasse de thé sur le comptoir et dit: «Le bonheur disparaît au moment où il est mesuré. Si vous vivez sans vous soucier d'elle, il est fort possible que vous soyez actif et heureux, mais dès que vous arrêtez de penser… ». Avant de disparaître dans l'arrière-salle, il conclut: "Vous connaissez déjà le proverbe: si vous voulez être heureux comme vous le dites, n'analysez pas."

Articles Populaires

En vous rapprochant du téléviseur, cela vous fait-il mal à la vue?

Mon fils de cinq ans s'approche de très près de la télé. Vous ne voulez pas vous asseoir sur le canapé; Il le fait sur le terrain, juste devant. Ils m'ont dit que cela gâchait la vue, est-ce vrai? Cette habitude peut-elle vous causer du tort (réversible ou irréversible)? Je suis très préoccupé par cette question.…

S'ils pleurent pendant qu'ils dorment

Notre fille de trois ans se réveille parfois en pleurant ou en pleurant dans son sommeil sans raison apparente. J'aimerais savoir si vous avez des cauchemars. J'ai aussi entendu parler de terreurs nocturnes.…