Table des matières

Lettre à un fou

Roy Galán

Votre folie est à vous. Il appartient. Tu es comme ça. Et cela doit être beau. Ne vous battez pas pour que cela vous dépasse. Acceptez-le.

Votre folie est à vous.

Il appartient.

Tout comme ce nez ou cette curiosité m'appartenait.

Tu ne sais pas ce que je ressens.

Parce que vous êtes fou ou fou et que tout ce que nous faisons, c'est vous traiter comme quelqu'un qui n'est pas en bonne santé.

Comme si c'était sain d'être comme nous.

Enfermé dans les salles de classe pendant des années, dans les gymnases, en nous-mêmes et dans des relations engagées.

Prendre Xanan et Orfidal et Emotival et Cipralex et Ludiomil pour soutenir notre santé mentale, pour ne pas lâcher la corde et tomber dans l'abîme.

Pour pouvoir tenir bon.

Et vous, qui ne pouvez peut-être pas le supporter, vous fâchez

Vous nous dérangez parce que nous avons peur que notre réalité ne soit pas la seule qui existe, parce que si vous êtes la folle, je vais bien.

Oui, nous qui ne sommes pas fous, ha! Nous contribuons à votre inconfort pour vous sentir plus en sécurité.

Pourquoi dois-je comprendre que quelqu'un me parle du sac et je ne peux pas comprendre qu'il me parle des voix qu'il entend dans sa tête?

Pourquoi l'indice boursier est-il réel et quelque chose qui est produit en vous ne l'est pas?

Au moment où vous maudissez quelqu'un qui n'est pas comme vous, vous devenez automatiquement une malédiction.

Un bâtard qui ne fait que prescrire des pilules tous les six mois, qui dit à une autre personne qu'il est incapable et lui coupe les pensées.

Un bâtard qui vous tient responsable de la violence du monde.

Un homme maudit qui défend sa réalité comme la seule vérité.

Oui, un salaud qui ne comprend absolument rien.

Savez-vous ce que c'est que de vous apporter un rêve au moment où vous êtes réveillé et que vous ne pouvez pas l'expliquer?

Savez-vous ce que la matière ne vous accompagne pas?

Savez-vous ce que c'est que de blesser ce que vous aimez?

Et ne pas pouvoir l'éviter.

Tu ne sais pas ce que je ressens.

Vous n'êtes vraiment pas seul.

Tu es moi, juste peut-être que je peux organiser ma pensée d'une manière plus compréhensible.

Rien de plus.

Vous êtes un danseur, un peintre, un guérisseur, un garçon qui peigne son chien, une femme qui serre des coquillages.

Personne ne vous applaudit.

Vous êtes le vent qui secoue tout.

Dans un monde plus inconfortable pour cette vie, oui, mais tout aussi valable.

Tu n'es pas seul.

Tu n'es pas malade.

Si tu viens me crier dessus, je te ferai un câlin.

Si vous venez me parler des alouettes et des griffons, je vous écouterai.

Si tu viens me donner un gâteau, il y a d'autres choses qui me frappent aussi, rien ne se passe.

Si vous êtes un milliard en un, je les respecterai tous également.

Tu es comme ça.

Et cela doit être beau.

Ne vous battez pas pour que cela vous dépasse.

Acceptez-le.

Il y aura des moments où vous serez plus loin qu'ici.

Et vous nous verrez comme des lumières qui s'allument au crépuscule dans une ville au bord de la mer.

Vous reviendrez et vous mériterez l'amour.

Articles Populaires

Huile corporelle maison infusée aux herbes

Commencez la journée à votre guise avec une huile corporelle maison adaptée à votre peau et à vos préférences. Choisissez l'huile et les essences et préparez en 5 minutes.…