L'empathie universelle des mères

Une étude suisse a révélé que les mères ressentent la même empathie envers les autres bébés qu'avec leur propre bébé. Est-ce l'héritage de l'éducation tribale?

Je viens de passer quelques jours de travail intense en Suisse, à faire des recherches sur l'accouchement physiologique , grâce à un projet financé par l'Union européenne et à partager du temps et des promenades avec des femmes merveilleuses.

Mon amie Ximena roulait sur les routes suisses lorsqu'elle m'a laissé tomber cette perle: «pendant un an j'ai fait don de mon lait aux bébés prématurés de l'hôpital du 12 octobre».

À cette époque, elle travaillait dans une agence de publicité et chaque fois qu'elle se retirait pour exprimer son lait ou devait sortir pour l'emmener à l'hôpital, certains de ses collègues se moquaient d'elle . "La vache laitière est là" fut la chose la plus douce qu'il entendit.

Elle m'a dit que les commentaires étaient si désagréables que chaque fois qu'elle sortait pour apporter son lait à la banque de lait de l'hôpital, elle pensait que ce serait la dernière fois. Mais plus tard, lorsqu'il est arrivé à l'Unité et y a vu les bébés prématurés, il a oublié l'intention de les laisser : "Je ne les ai pas mis directement au sein parce que ce n'était pas permis, mais j'en avais envie …".

Les années ont passé et Ximena, avec sa famille, a déménagé en Suisse et est devenue moniteur et doula de la Ligue La Leche . Il a quitté la publicité et travaille maintenant comme doula dans un pays où cette profession est légalement reconnue.

Son histoire dans la banque de lait illustre la générosité et l'empathie de nombreuses mères , non seulement celles qui donnent leur lait, mais aussi celles qui prennent soin de leurs enfants de mille manières avec amour, comme si elles étaient leurs propres enfants.

Le lien puissant entre une mère et (n'importe quel) bébé

Ses propos m'ont rappelé une belle étude publiée il y a quelques années déjà intitulée «Qu'est-ce qu'un sourire? Réponses du cerveau maternel aux signaux du bébé». Elle a été réalisée à l'Université de Yale par le pédiatre Lane Strathearn et ses collègues.

Ils ont étudié par résonance magnétique fonctionnelle comment le cerveau de la mère répond aux expressions faciales de son bébé selon que l'enfant est heureux, neutre ou triste et l'ont comparé à la réponse donnée à un bébé inconnu. Vingt-huit mères pour la première fois y ont participé avec leurs bébés âgés de 5 à 10 mois.

Les auteurs ont constaté que lorsque les mères voient le visage de leur bébé, un circuit cérébral étendu semble être activé pour diriger le comportement. Les zones dopaminergiques ne sont activées que par des expressions de bonheur: voir son bébé heureux est très addictif et le sourire d'un fils ou d'une fille est une expérience particulièrement agréable et enrichissante.

Ce à quoi les auteurs ne s'attendaient pas, c'est de constater que les mères réagissent presque de la même manière lorsqu'elles voient un bébé inconnu pleurer comme leur bébé. Selon les chercheurs: "il semble qu'au moins dans ce groupe de mères le cerveau réagisse de la même manière à la souffrance de son propre bébé ou de bébés inconnus".

Quand je l'ai lu, j'ai pensé qu'ils m'avaient sûrement manqué parce qu'ils n'étaient pas des mères . Et c'est que la plupart des mères savent que voir un bébé pleurer ou souffrir nous émeut profondément: nous avons rapidement envie de tout faire pour le réconforter.

Cela a certainement quelque chose à voir avec l'héritage de nos ancêtres, qui ont grandi en tribu et qui avaient l'habitude de s'occuper des enfants des autres femmes presque comme s'ils étaient les leurs. Question de survie.

En Suisse ces jours-ci, une fois de plus, je me suis sentie partie d' une chaîne universelle de femmes qui aident d'autres femmes et en particulier les mères.

Solidarité entre les femmes

Les femmes qui répondent volontairement aux e-mails matinaux des mères qui écrivent «J'ai besoin d'aide» dans la ligne d'objet. Des amis qui accompagnent les autres après l'accouchement pour les aider dans les tâches ménagères, même si cela implique de parcourir quelques kilomètres par jour.

Les mères qui convoquent des cercles de femmes chez elles, les ouvrent à des étrangers afin que nous puissions tous trouver un endroit sûr pour mieux nous connaître. Des femmes qui se mobilisent presque immédiatement pour faire en sorte qu'un bébé allaité, en l'occurrence le petit Jonas, retrouve d'urgence Najat, sa mère, dont il a été séparé par les services sociaux de Cadix pour des raisons discriminatoires et traumatiques pour les deux, mais surtout pour le petit Jonas.

Rencontrer toutes ces mères m'encourage à imaginer un monde meilleur le jour où elles occuperont toutes des positions de pouvoir. Laissez nos yeux le voir!

Articles Populaires

Riz brun aux châtaignes et artichauts

Nous apprécions généralement les châtaignes uniquement torréfiées et à des moments précis. Avec cette recette, vous pouvez en faire l'un de vos ingrédients phares.…

Nos vies s'en vont ... en la regardant passer

La vie s'en va. Sans pouvoir le vivre. Gratter le putain de parné pendant des jours. Laisser pour demain ce que nous pourrions faire aujourd'hui. Croire naïvement que si nous continuons à faire la même chose, quelque chose changera.…

Quand le perfectionnisme vous bloque

La recherche de la perfection peut entraîner de graves problèmes. Apprendre à être flexible et à accepter les erreurs nous aidera à surmonter ce perfectionnisme insensé.…