Moins de viande, plus de vie

Salvador Barberá

Combien une vache mange-t-elle chaque jour? 30 kg ou 30 m2 d'herbe. Bien plus que nous. La demande de viande dans le monde n'est ni saine ni durable. Quelles sont les alternatives?

Une mauvaise alimentation et le surpoids sont les deux principaux facteurs de mortalité prématurée. Et, s'il est vrai que certains groupes sociaux connaissent un changement vers une alimentation plus saine, basée sur une plus grande présence de «végétaux» au détriment de l'apport de protéines animales et d'aliments transformés, il est également vrai que globalement ce n'est pas le cas. Seulement il n'y a pas de progrès dans ce sens, mais le modèle totalement opposé est «exporté» dans le monde entier avec une motivation unique: l'intérêt économique du «business» alimentaire.

L'excès de viande nuit à notre santé

Nous inversons la pyramide alimentaire depuis des années et nous savons que nous mangeons trop de protéines et, plus récemment, trop de glucides. Nous grossissons et souffrons d' obésité qui nous rend la vie difficile et nous «tue» à certains endroits, tandis que la famine fait rage dans d'autres. Grande contradiction. Nous le savons.

L'introduction d' un apport plus rationnel basé sur la santé, sur le «vert» plutôt que sur la «viande», pourrait réduire la mortalité mondiale de 6 à 10% à l'horizon 2050, avec un impact économique d'une telle ampleur que Impressionnant: plusieurs billions de dollars d'économies sur les dépenses publiques .

-10% de mortalité mondiale en 2050 si une alimentation saine riche en légumes et légumineuses et pauvre en viande est adoptée.
-70% d'émissions de gaz à effet de serre en 2050 si nous adoptons tous une alimentation vegan.

En témoigne la publication dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences de l'étude menée par Mark Springman (Université d'Oxford) dans laquelle les effets et les bénéfices de l'introduction d'une alimentation plus saine sur la santé et changement climatique.

Le véganisme peut-il sauver la planète?

En ce sens également, moins il y a d'aliments d'origine animale, mieux c'est car les émissions de gaz à effet de serre seraient considérablement réduites . Jusqu'à 70% si un régime végétalien était adopté dans le monde.

Et si en promouvant et en diffusant des habitudes saines, nous n'atteignons pas les objectifs souhaitables, nous sommes toujours convaincus par la voie de … lutter contre la déforestation continue de la planète?

La prédiction, convenablement nuancée, est tout aussi forte: à l'horizon même de l'année 2050, un modèle mathématique de Karl-Heinz Erb, de l'Institut d'écologie sociale de Vienne , révèle que sur l'hypothèse de continuer à étendre le régime occidental à l'ensemble la planète doit détruire plus de forêt que ce qui a déjà été détruit jusqu'à présent, sinon «l'hypothèse n'est pas durable».

De ce point de vue la solution est de ne pas manger de viande au rythme que nous faisons, c'est clair.

Quelles alternatives existe-t-il?

L'étude en question soulève différents scénarios dans lesquels ils introduisent différentes variables , telles que différents types de régime. En fait, il simule «tous» les scénarios, cinq cents.

  • L'opinion optimiste est que près d'une centaine de ces scénarios n'entraîneraient pas la déforestation ne serait- ce qu'un hectare de plus que ceux qui ont déjà été détruits. Mais oui, il faut modérer la consommation de viande dans notre environnement «occidental» immédiat et, surtout, ralentir drastiquement l'exportation massive vers le reste du monde des habitudes des pays occidentaux (transformateurs et producteurs) basées sur l'apport carnivore.
  • Le point de vue pessimiste : aucun de ces cinq cents scénarios ne serait viable si la consommation quotidienne de viande était adoptée et les établissements de restauration rapide proliféraient dans toutes les communautés de 1 000 habitants.

Mais continuons avec les scénarios, si nous insistons sur l'exportation de la consommation de viande transformée accompagnée de ketchup et de pommes de terre frites et que nous ne voulons pas déboiser davantage, toutes les options sont d'augmenter notablement les rendements des cultures. La pratique de l'agriculture biologique et de l'élevage extensif de bovins , de haute qualité bien que considérés comme peu performants sur le plan économique, devrait être éliminée .

Bref, l'agriculture transgénique serait massivement utilisée, avec des pâturages "de marque" sans pertes dues aux "maladies" pour toutes les vaches de marque (clonées) que nous y avons mises.

Avons-nous le droit de choisir ce que nous cultivons?

Mais rappelez-vous que le fait qu'un insecte mange une plante n'est pas une maladie de la plante, mais le résultat de la voracité (lire «faim») de l'insecte. Et rappelons-nous aussi que les insectes sont les vrais habitants de la planète avec ses plus de neuf cent mille espèces. Les espèces de mammifères, en revanche, sont un peu plus de quatre mille. Et nous hominidés, Homo sapiens, le descendant d'Homo erectus, avons failli disparaître avec le reste de nos cousins ​​«néandertaliens» il y a trente mille ans; ce n'est pas si long non plus en termes «macro».

À qui appartient donc la planète? C'est une bonne question dont la réponse nous aiderait à remettre les choses à leur place. Un regard moins anthropocentrique sur l'histoire nous ferait également du bien pour traiter ce sujet.

Bien entendu, l'étude met en évidence toute une gamme d'options. Mais bien sûr, s'installer dans l'option de «tout déboiser pour produire de la viande pour tous» basée sur la vision myope qui recherche l'intérêt économique à court terme de quelques-uns n'est pas soutenue.

Comment garantir que notre alimentation est durable?

À l'autre extrême: 100% des cinq cents scénarios sont viables si la population mondiale entière devient végétalienne: le véganisme comme réponse durable à la déforestation et à la mort de la planète.

La solution est simplement de réduire. Il faut couper, mais pas en Santé, mais en bétail, pour reconstituer des champs pour la consommation humaine , au détriment des pâturages destinés à engraisser le bétail.

Vous n'avez pas besoin d'être un visionnaire ou un grand scientifique pour savoir ce qui est le mieux pour la planète et toutes les espèces qui la peuplent. Décidément, le «papier» (les livres) n'est pas l'ennemi des arbres, s'il l'a jamais été. L'ennemi des forêts est la viande «incarnée» (qui vaut le double sens et métaphore) dans le hamburger de macperrinsfriedchicken.

Articles Populaires

10 clés du pouvoir de la spiruline

Ses bienfaits proviennent de sa concentration en antioxydants, protéines, minéraux et acides gras. Un complément parfait pour une multitude de situations.…

Pour cette vie qui nous a tant donné

Nous ferions mieux de commencer à remercier. Pour coïncider dans cet espace et ce temps. Pour chaque bourgeon, rivage et vent déplaçant les verres. Pour les moments où nous avons été aimés et aimés.…