Les lobbies alimentaires exposés

Ana Montes

Le nouveau documentaire «Le prix du progrès» dénonce la façon dont les grandes entreprises tirent les ficelles du secteur alimentaire en donnant la priorité à leurs intérêts économiques sur la santé des consommateurs.

Nous vivons dans un monde où l' industrie agroalimentaire ne veut aucun type de réglementation. Vous ne souhaitez vendre vos produits qu'à un prix raisonnable. Et la santé publique n'est pas la priorité, ni de l'industrie ni des agences alimentaires comme l' EFSA , en Europe, ou la FDA , aux États-Unis.

Telle est la prémisse du documentaire Le prix du progrès, qui est présenté ce week-end à Madrid lors de la V édition du Festival du film Another Way, dans son cycle cinématographique pour un progrès durable.

Le film déclare que les citoyens doivent réagir: nous devons exiger la transparence face à l'action des lobbies, car ils font tout leur possible pour faire pression et retarder les réglementations qui pourraient nous protéger de nombreuses toxines présentes dans les aliments.

Le prix du progrès: la nourriture comme marchandise

L'agro-industrie est accusée de gagner de l'argent en unifiant les cultures pour les importer et les exporter via de grandes entreprises. Il ne produit pas seulement de la nourriture pour nourrir les gens, mais pour d'autres usages: textiles, alimentation animale, fibres, carburants …

De plus, l'agriculture moderne est désormais entre les mains de ces grandes entreprises, qui disposent d' informations privilégiées sur les cultures grâce à l'utilisation de satellites. Cela leur donne un pouvoir énorme sur l'ensemble de l'industrie alimentaire.

Traiter la nourriture comme une marchandise mondiale et la vendre au plus offrant ne pose que des problèmes. C'est pourquoi ils défendent dans Le prix du progrès, du réalisateur Víctor Luengo, que «la nourriture ne doit être que la nourriture».

Les OGM ne sont pas la solution

Les entreprises qui sèment des OGM (organismes génétiquement modifiés) font partie de l'agriculture industrielle technifiée basée sur les monocultures, et elles n'ont pas réussi à mettre fin à la faim comme elles l'avaient promis. Oui, ils ont acquis une plus grande puissance de marché en introduisant leurs semences, par exemple Bayer-Monsanto, Basf, Dupont …

La vraie motivation derrière la modification génétique des semences est le marché des brevets et gagner de l'argent avec eux et avec les pesticides qui les complètent, car ils seuls peuvent les vendre. Il n'y a plus de raisons, déplorent-ils dans Le prix du progrès, de croire que les nouvelles cultures OGM seront meilleures que les précédentes, même avec l'édition génétique.

La réponse réside dans l'agriculture biologique

«La réponse à l'avenir de l'agriculture n'est pas dans la technologie, ni dans le génie génétique ni dans les nanotechnologies. La réponse est de cultiver de la manière la plus écologique et la plus naturelle», explique dans le documentaire Angelika Hilbeck. Ce chercheur en environnement est le président du Réseau européen des scientifiques pour la responsabilité sociale et environnementale (ENSSER) et est spécialisé dans les OGM, les organismes génétiquement modifiés.

Alors que l'industrie agricole souhaite la prévisibilité pour relever les défis de 2050 en créant de nouvelles variétés grâce à l'édition génétique, «aujourd'hui la clé de la survie est la plasticité, la capacité de s'adapter rapidement aux changements environnementaux». Parce que l'ADN, souligne-t-il, n'est pas la seule composante de la vie: il y a plus.

Les aliments qui nous rendent malades

Selon l' épidémiologiste espagnol Miguel Porta, de nombreux aliments que nous consommons sont une cause très importante de nos problèmes de santé. Ce sont des perturbateurs endocriniens, toxiques, pro-inflammatoires et certains cancérigènes.

« Les maladies chroniques augmentent en raison de l'environnement et non des changements génétiques», explique le biologiste français Gilles-Éric Séralini qui a publié en 2012 une étude sur la toxicité de RoundUp, republiée en 2022-2023 après avoir été revue par des pairs confirmant ses dommages. Et tout cela est dû à "des poisons chroniques dans l'environnement, conçus pour être pulvérisés partout, comme les pesticides".

Le glyphosate, un cas de fraude calculé

Un cas populaire est celui de RoundUp et de l'un de ses composants, le glyphosate. Mais dans "The Monsanto Papers" dévoilé en 2022-2023, il a été découvert qu'il y avait aussi des résidus d'arsenic et de pétrole qui n'avaient pas été déclarés dans le RoundUp, accusés de provoquer le cancer. Et le fait est que l'agriculteur est celui qui décide quel toxique il déclare et, de tout, dans le RoundUp, le glyphosate est le moins nocif.

«Le glyphosate est un cas de pure fraude calculé au fil des années manipulant politiciens et journalistes», prétend-on, comme le CIRC (Agence de l'OMS pour la recherche sur le cancer) l'a déclaré en 2022-2023 comme potentiellement cancérigène.

Les dérivés pétroliers s'accumulent

"Beaucoup de substances utilisées dans notre routine ne passent pas les contrôles de toxicité pour la reproduction, le système hormonal ou leur cancérogénicité", explique Porta. Il s'agit de composés dérivés du pétrole, toxiques pour le foie et les reins, et cancérigènes à moyen et long terme.

Certains de ces composés s'accumulent dans le corps et sont liés à des maladies hormonales, neurodégénératives, auto-immunes et du système nerveux central. Cela se passe depuis longtemps, plus de dix ans, commente dans le documentaire Gilles-Éric Séralini.

Les herbicides ne sont pas plus efficaces

Il n'est pas vrai que les herbicides sont maintenant plus efficaces contre les ravageurs. Ils ne sont efficaces contre rien de nouveau, disent-ils sur la bande. Le glyphosate, le dicamba, le 2,4D ou l'atrazine sont des produits chimiques anciens. Mais les sociétés transnationales sont plus influentes qu'auparavant et le nombre de personnes travaillant dans les lobbies est énorme.

Les agences de communication des entreprises et des agences de régulation, comme l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), qui en 2022-2023 se sont avérées avoir 40% de ses experts en conflit d'intérêts, ont les mêmes scientifiques ses produits. "C'est pourquoi ils envoient tous le même message" , souligne le documentaire.

Articles Populaires

Que vous apprend cette pause?

Les échecs sentimentaux façonnent notre monde émotionnel. Les blessures dans nos cœurs racontent notre histoire. Qu'avons-nous appris d'eux?…