Le dilemme des mères qui travaillent

Laura Gutman

Nous blâmons le travail pour notre petit contact avec les enfants. Mais, en réalité, nous résistons à échanger la liberté contre l'abandon, le faire pour ne pas faire, la reconnaissance pour l'invisibilité. La maternité et le travail ne sont compatibles que s'il y a une pleine disponibilité émotionnelle.

Pour abriter un bébé, il faut être prêt à perdre toute autonomie , liberté et temps pour soi. C'est un choix. Personne ne peut déterminer ce que chacun doit faire.

Mais il est important que nous sachions pourquoi nous choisissons - sans être conscient - pour l'un ou pour l'autre. Quand on ne sait pas, on a tendance à «blâmer» le travail.

S'éloigner de nos enfants pour des raisons professionnelles: mauvais pour beaucoup …

Nous pensons que c'est à cause du travail que nous ne restons pas attachés à nos enfants . Nous sommes convaincus que le besoin de gagner de l'argent est responsable de devoir les quitter plusieurs heures chaque jour.

Mais le problème n'est pas le travail . Le problème est le retour à la maison. Quand nous rentrons à la maison, l'enfant sent que, maintenant, le moment est venu d'être avec sa mère. Dès lors, il mérite d'être couvert de caresses, de temps, de câlins et de sourires.

Si nous pouvons reléguer tout le reste une fois à la maison, si nous comprenons qu'il n'y a rien de plus urgent que de nourrir notre bébé avec des câlins et du lait, alors le travail ne sera pas un obstacle au lien.

Maternité et nouvelles responsabilités

Le fait que la maternité ait à nouveau une valeur sociale prioritaire est notre responsabilité à tous. Hommes et femmes. Que nous ayons des enfants ou pas.

Si nous pensons à l'avenir en tant que société, si nous pensons politiquement, philosophiquement et économiquement, les comptes tournent bien seulement si les enfants ont à nouveau un espace valorisé et pris en charge.

Pour cela, ils ont besoin de leur mère disponible émotionnellement . C'est précisément dans ce sens qu'ils reçoivent également un soutien et une subsistance économiques et émotionnels suffisants pour pouvoir être.

Articles Populaires

À tous ceux qui se sentent au-dessus des autres

Pour cesser de sentir que nos vies ont plus de pertinence que celles des autres, il faut lire, voyager et écouter. Mais vous devez lire les yeux vides de vous-même. Vous devez voyager en laissant votre corps à la maison. Et il faut écouter sans vouloir avoir raison.…