5 mensonges pour défendre la tauromachie (et comment les démanteler)

Quelle est la part de vérité derrière les arguments en faveur de la corrida? Plutôt peu. Les corridas ont leurs jours comptés.

La tauromachie meurt et ses jours sont comptés.

Les derniers sondages parlent d'un rejet des spectacles taurins par plus de 80% de la population et face à cette réalité qui nous apprend la tendance imparable à sa disparition, le secteur et ses défenseurs continuent de jeter toutes sortes de mensonges auxquels ils s'accrochent désespérément.

Faux arguments en faveur de la corrida

Pendant ce temps, le monde taurin continue de mentir et il suffit de consulter certaines données pour vérifier que leurs arguments sont incapables de soutenir la dure réalité de la corrida.

Allons-y avec certains de ses mensonges les plus courants:

Dans l'analyse approfondie du secteur taurin réalisée par José Enrique Zaldívar, président de l'AVATMA (Association des vétérinaires abolitionnistes de la tauromachie et de la maltraitance des animaux, composée de plus de 400 professionnels vétérinaires) pour El Caballo de Nietzsche sur les informations officielles et le secteur taurin lui-même Nous avons trouvé des données aussi solides que celles de l'année 2022-2023, 77% des troupeaux de combat n'ont vendu aucun animal pour leur combat dans une arène taurine et 92,61% de ceux enregistrés comme toreros, rejoneadores et toreros n'ont pas combattu.

Aussi que dans l'historique 2007-2021, les festivités taurines ont subi une baisse de 56,24%.

«L'emploi fantôme de la tauromachie» est le titre du rapport AVATMA sur la situation en Espagne des professionnels de la tauromachie et des troupeaux de combat.

En effet, l'emploi généré par le secteur n'est rien de plus qu'une illusion. Celui de quelques-uns.

La grande majorité des spectacles taurins sont financés par des deniers publics et dépendent largement des subventions pour se maintenir. Ce sont principalement les communautés autonomes, les conseils provinciaux et les conseils municipaux qui financent le financement des spectacles taurins, même si heureusement, ces dernières années, de nombreuses communes ont retiré cette aide.

Parmi quelques exemples récents, nous avons le poste de 35000 euros pour la Fondation Toro de Lidia, dédié à la promotion de la tauromachie, dans le cadre du projet des budgets généraux de l'État ou de l'avantage fiscal accordé à la tauromachie avec la réduction de la TVA de 21% à 10% pour sa promotion comme élément «culturel».

Non, comme nous l'explique AVATMA, la «race» combattante est reconnue dans la BOE comme indigène et est sous la protection de l'État .

Affirmer que sa conservation dépend uniquement de la tauromachie, ce serait comme proposer de commencer à traiter les lynx ibériques comme une mesure pour empêcher leur extinction.

Sans doute l'enjeu réside-t-il dans la volonté politique d'articuler les mécanismes nécessaires pour garantir la protection et la survie de ces animaux sans les soumettre à leur utilisation dans des spectacles taurins où ils sont cruellement maltraités à mort.

Il n'y a aucune raison de penser que la durabilité de l'écosystème dehesa dépend du tout du bétail taurin.

En effet, en consultant le rapport AVATMA précité , selon des données récentes de l'Union des éleveurs de taureaux taurins, il existe à cet effet des élevages bovins sur 280 000 hectares, dont le total en Espagne est de 2 700 000 à 3 000 000.

C'est-à-dire que seuls 10% des pâturages sont actuellement utilisés pour l'élevage de taureaux de combat, une adaptation de leur utilisation ne constituerait donc en aucun cas un danger pour leur conservation.

Cet argument avancé en faveur de la corrida est, en réalité, un argument en faveur du véganisme .

En effet, la souffrance des vaches dans les élevages industriels est terrible et leur mort atroce dans les abattoirs est aussi injuste que celle de tout animal qui souhaite vivre.

La tauromachie en fait également un spectacle et prolonge l'agonie des animaux, leur causant une mort lente et douloureuse comme axe central.

Nous sommes donc confrontés à deux situations où les animaux sont maltraités et dont la souffrance est évitable: la tauromachie et l'exploitation des animaux pour la consommation humaine.

Dans ce cas, il est apprécié que les défenseurs de la tauromachie mettent toujours sur la table que l'on se souvient aussi des vaches, des fermes et des abattoirs.

L'abolition de la tauromachie et le remplacement de la viande et des produits animaux dans notre alimentation sont deux clés fondamentales pour construire une société plus juste et moins violente.

Ils disent aussi que le taureau ne souffre pas mais je pense qu'il n'est pas nécessaire d'expliquer ce que signifie pour un mammifère d'être percé, poignardé et percé par des épées jusqu'à ce que tous ses organes internes soient déchirés. Tout être humain qui a déjà atteint le 21ème siècle comprend qu'il s'agit de maltraitance animale et c'est pourquoi les lois nous empêchent de faire ce genre de chose avec d'autres animaux, seul le taureau souffre de cette honteuse exception.

La tauromachie est de la violence et nous allons y mettre un terme.

Articles Populaires

Pourquoi nous sentons-nous si seuls?

Bien que nous apprenions à nous relier dans l'enfance, tout n'est pas perdu dans la vie adulte. Si nous nous sentons seuls, nous pouvons apprendre à nous connecter avec d'autres personnes.…

Fruits secs: 6 gâteries saines sans regrets

Lorsque vous avez envie de manger quelque chose de sucré, les fruits secs sont une option saine. Ils sont naturels et des variétés les plus exquises, ils fournissent d'excellents nutriments…