"La Commission européenne ne sait rien des perturbateurs endocriniens"

Ingrid Wenzl et Montse Cano

L'Union européenne doit réglementer les produits chimiques perturbateurs hormonaux, mais la pression de l'industrie chimique la retient

Les perturbateurs endocriniens sont des substances extérieures au corps qui peuvent perturber l'équilibre hormonal du corps et causer de graves problèmes de santé. La Commission européenne aurait dû définir les critères pour les identifier en décembre 2013, mais elle ne l'a pas fait et le Tribunal européen s'est prononcé le 16 décembre 2022-2023.

Le motif? Une bataille méconnue, avec la santé de tous en jeu.

-Pourquoi est-il si important que la Commission européenne agisse rapidement?
-Une des raisons est la menace que représentent les perturbateurs endocriniens pour la santé et l'environnement. Il existe un consensus scientifique à cet égard: ces produits chimiques sont nocifs.

Les lobbyistes mettent en doute le danger réel des produits chimiques.

Ils sont soupçonnés d'être responsables de l' augmentation des maladies telles que l'infertilité , certains types de cancer , les problèmes de développement cérébral, les malformations génitales, le diabète et l' obésité . En 2022-2023, une étude estimait le coût sanitaire des maladies liées à l'exposition aux perturbateurs hormonaux à 157 milliards d'euros par an, rien que dans l'UE. Une autre raison est que cette loi a contraint la Commission européenne à définir ces substances avant décembre 2013 pour protéger la population.

Mais la Commission est un organe administratif, elle ne peut pas changer la loi adoptée par les représentants des citoyens européens. Ce que la Cour européenne a jugé, c'est que la Commission a failli à sa mission de renforcer et de respecter la loi. De cette manière, cette question de santé publique est devenue une question démocratique brûlante.

-Pourquoi la Commission européenne ne protège-t-elle pas les citoyens de l'impact éventuel de ces produits chimiques?
-En juillet 2013, la Commission a reporté la réglementation des perturbateurs endocriniens en raison de la forte pression exercée par les lobbyistes de l'industrie chimique et des pesticides. Les différences entre les différents services d'une même Commission ont également joué un rôle important dans ce retard. L

Malheureusement, ce n'est pas la première fois que les décideurs optent pour la croissance économique et le maintien de l'emploi au détriment de la santé de tous et de l'environnement.

-Quels sont ces lobbies?
-Les principales organisations impliquées sont l'European Crop Protection Association, un groupe de pression de l'industrie des pesticides; l'Organisation européenne de l'industrie chimique et, un peu moins, l'organisation de l'industrie des plastiques.

Il y a de grandes entreprises qui ont fait du lobbying , comme Bayer et BASF, toutes deux allemandes, et Syngenta, une entreprise suisse. Tous les trois vendent des pesticides et des produits chimiques .

-Dans le rapport "Une affaire toxique", vous expliquez comment ces groupes ont fait pression sur la Commission européenne pour prolonger le processus ou même empêcher l'interdiction des substances dangereuses. Quelles tactiques ont-ils utilisées?
-Dans les années 1950, l'industrie du tabac a commencé à développer une stratégie pour manipuler la science et empêcher la réglementation du tabac. Depuis, diverses industries ont recouru à la même stratégie.

L'industrie chimique et des pesticides l'a également utilisé pour empêcher la régulation des perturbateurs endocriniens.

Cette stratégie est appelée «fabrication du doute»: des doutes sont créés chez les décideurs sur le danger réel d'un produit. Et de nombreuses tactiques sont employées. Ceux utilisés avec les perturbateurs endocriniens sont principalement l'attaque contre la science indépendante, les études sponsorisées et la création de pseudo-controverses.

-Vous montrez dans ce rapport que la grande majorité des rédacteurs en chef de revues scientifiques et des scientifiques qui émettent des doutes à la Commission sur les travaux menés par la direction générale de l'environnement entretiennent des relations avec les industries chimique, cosmétique, pharmaceutique et des pesticides. …
-Il y a quelque chose de très important à comprendre: peu de personnes dans les hautes sphères de la Commission savent vraiment de quoi on parle avec les perturbateurs endocriniens. C'est pourquoi il est très facile pour l'industrie de faire passer des informations favorables comme des informations scientifiques.

Les scientifiques qui ont critiqué la direction générale de l'environnement ont des relations avec l'industrie, mais pour la plupart, ils ne travaillent pas sur les perturbateurs endocriniens et n'ont donc pas de données scientifiques.

Les membres de la Commission européenne ne se rendent pas compte que le fait que ces scientifiques aient des contacts avec l'industrie est pour le moins problématique et, en outre, ils ignorent qu'ils ne sont pas des spécialistes des perturbateurs.

-En France, les emballages avec du bisphénol A dans les aliments sont interdits en raison de ses effets endocriniens. Les différents pays membres de l'UE peuvent-ils adopter des mesures de protection plus strictes?
-Oui, cela s'appelle le principe subsidiaire. Chaque pays qui considère que l'UE n'agit pas peut prendre efficacement des mesures de protection comme dans le cas de la France avec le bisphénol A .

Cependant, réglementer un seul produit chimique ne suffit pas à protéger la population.

Seule l'UE peut élaborer une réglementation mondiale pour les perturbateurs endocriniens en tant que famille de produits chimiques dangereux, comme elle l'a fait il y a 40 ans pour les produits chimiques cancérigènes.

-En dehors de gouvernements comme la France ou la Suède, ou le Parlement européen, dans ce domaine, les citoyens européens bénéficient du soutien de diverses ONG environnementales. Mais que peut faire chacun de nous?
-Mon travail de journaliste est d'enquêter et d'informer le public. Être informé est déjà une étape importante lorsque l'on veut faire quelque chose. En outre, il est essentiel que les gens ne tolèrent en aucun cas d'être considérés et traités comme des consommateurs.

Nous sommes avant tout des personnes qui ont des responsabilités envers les générations futures et envers la planète. Nous sommes des citoyens.

Articles Populaires

Quel est ton premier souvenir?

L '«amnésie infantile» définit le manque apparent de souvenirs de la naissance à trois ans. Mais les bébés ont des souvenirs: leurs émotions sont enregistrées dans la mémoire du corps.…