Amour et soif de vengeance

Lorsque nous rompons, nous considérons la vengeance comme un acte de justice. Nous nous justifions en disant que nous nous sentirons mieux en voyant souffrir la personne qui nous a quittés. Cependant, en réalité, la vengeance n'est qu'une manière d'exercer la violence sans remords.

La vengeance est le désir de rendre les dommages qui nous ont été causés. Il s'agit d'un besoin de satisfaire le désir de punir quelqu'un qui nous a blessé ou blessé et diffère du besoin de justice en ce qu'il sert à justifier la philosophie «œil pour œil, dent pour dent».

La vengeance légitime l'idée que n'importe qui peut se faire justice lui-même et qu'il a le droit de restituer les dommages qu'il a subis, même si des méthodes cruelles ou des punitions disproportionnées sont utilisées. C'est pourquoi il ne s'agit pas vraiment d'un acte de réparation des dommages, mais plutôt d' une manière d'exercer la violence et les mauvais traitements sans remords.

Vengeance ou maltraitance?

Dans presque tous les récits, la violence est légitimée lorsqu'elle s'exerce à partir de cette soif de vengeance, qui est présentée comme un besoin «naturel» d'attaquer celui qui nous a attaqués. Peu importe si c'était volontaire ou involontaire. Dans les actes de vengeance, il n'y a pas de lois ou de juges: la personne qui a subi une blessure veut multiplier la douleur qu'elle ressent en faisant de même que la personne qui l'a blessée.

Peu importe les moyens que vous utilisez pour le faire: vous pouvez appliquer une punition disproportionnée sans avoir à vous arrêter pour vous demander si elle est juste ou non, et sans considérer les conséquences.

Le problème de la soif de vengeance est qu'elle est insatiable et génère le même désir de vengeance chez celui qui la subit: elle est à la base de presque toutes les guerres personnelles et collectives.

Les fémicides, par exemple, justifient leur violence par le besoin de se venger. Lorsque leurs partenaires veulent se séparer, lorsqu'ils sont infidèles ou lorsqu'ils désobéissent aux mandats patriarcaux, les hommes machistes souffrent et croient qu'ils ont le droit de tuer leurs femmes (parce qu'ils les sentent comme des biens). Pour cette raison, tout comme ils maltraitent leurs animaux parce qu'ils sont «à eux», ils maltraitent aussi les femmes qui ne font pas ce qu'elles veulent, ce qu'elles désirent ou ce dont elles ont besoin.

Besoin de multiplier la douleur

Lorsque les hommes machistes souffrent par amour, ou voient leur honneur remis en question, ils croient qu'ils ont le droit de détruire la vie de l'autre personne et ils ressentent un immense besoin de multiplier la douleur qu'ils ressentent.

Toute notre culture justifie ce besoin et c'est pourquoi dans la presse les journalistes sexistes tentent de nous expliquer les raisons qui poussent les hommes à violer et assassiner leurs partenaires et anciens partenaires.

Les meurtres de femmes sont justifiés dans les journaux expliquant la souffrance ressentie par le meurtrier. C'est ainsi que les victimes sont blâmées.

La soif de vengeance fait ressortir le pire qui soit en chacun de nous. L'une des choses qui nous fait le plus mal, c'est qu'ils arrêtent de nous aimer: nous vivons cela comme une trahison qui doit être punie. C'est pourquoi il y a des gens qui sont si heureux quand leur ex-partenaire va mal ou qu'un malheur survient. À l'inverse, beaucoup de gens trouvent insupportable que leurs ex se portent bien dans la vie, car ils ont le sentiment de ne pas avoir payé les dommages qu'ils ont causés en quittant la relation.

Il y a des gens qui vivent sous l'emprise de cette soif de vengeance et qui mettent toute leur énergie à faire du mal à la personne qu'ils détestent: il y a des gens qui passent toute leur vie à se venger et qui ne sont jamais satisfaits des dégâts qu'ils font. Je pense que c'est parce que la vengeance nous permet de continuer à maintenir le lien avec la personne que nous aimons: nous croyons que la haine est naturelle et normale, et que nous avons le droit de l'exprimer. Nous nourrissons cette haine pour ne pas rompre complètement le lien: maltraiter l'autre personne est une manière d'exercer notre pouvoir et d'entretenir le lien même si c'est douloureux pour les deux personnes.

Comment se libérer de cette soif de vengeance pour mieux vivre?

Tout d'abord, il faut garder à l'esprit que se venger est inutile: faire souffrir l'autre personne ne calme pas notre douleur, mais la multiplie. Ce n'est pas un acte de justice: c'est une manière d'exercer la violence sans remords, avec l'idée que l'on se sentira mieux en voyant souffrir la personne qu'on aime.

S'il est utile, cependant, de dominer l'autre personne avec des menaces: "si vous me quittez, je vous tue", "si vous partez avec une autre personne, vous ne verrez plus vos enfants", "si vous quittez la relation, je resterai avec tout et je ne vous laisse rien »,« si vous me mentez, préparez-vous au châtiment que vous méritez ».

Cependant, voulons-nous vraiment que quelqu'un soit à nos côtés de peur de souffrir de notre colère? Un type de relation basé sur le chantage en vaut-il la peine? Pouvons-nous être heureux de savoir qu'une personne ne veut pas être avec nous mais reste par peur de notre soif de vengeance?

La soif de vengeance nous lie au passé et ne nous laisse pas vivre dans le présent, ni regarder vers l'avenir. Cela nous rend méchants, violents, égoïstes et annule notre capacité à être empathique. Après nous être vengés, la satisfaction disparaît dans les airs, donc soit nous sommes tout aussi insatisfaits, soit nous voulons continuer à nous venger à l'infini.

Lorsque vous rompez avec votre partenaire et que vous vous libérez de la soif de vengeance , les changements commencent: vous vous concentrez sur vous-même et votre bien-être, les duels sont plus courts et il est beaucoup plus facile d'oublier votre ex, de reconstruire votre vie et de vivre d'autres histoires de amour.

Articles Populaires

La phase d'oubli

Ces jours-ci, on a dit que nous allions être «meilleurs». Et il est déjà prouvé que non. Parce que quand nous avons perdu la peur de mourir. La haine choisie est revenue dans toute sa splendeur.…