Si nous prenions des selfies en contre-plongée, un autre coq chanterait

Parfois je me vois sur des photos et la première chose qui sort de moi est de me critiquer. Critique mon apparence. Mais je m'arrête, gifle l'insecte que j'ai encore à l'intérieur et qui veut que je me déteste et je le fais taire.

Chers esprits insensés:

Je viens avec l'idée d'un autre de ces amis qui ne veut pas que je les cite, ce que vous me direz … mais au risque de manquer d'amis car je vais l'écouter et je ne vais pas la citer. Total, je vous dis cela pour que vous ne me donniez pas le crédit de cette idée que je vais vous expliquer, que plus tard je parais plus intelligent que je ne le suis et en personne je déçois.

Mon ami dit que si nous prenions tous les selfies en contre-plongée, un autre coq nous chanterait. C'est-à-dire, au lieu de mettre l'appareil photo en place et de sortir notre corps comme un cornet de glace couronné sur notre tête (ce qui serait la boule de glace, vous m'avez compris) alors faites-les dans l'autre sens, par le bas.

Le double menton. Comme si vous écoutiez, allons-y. Que l'on verra le double menton, voire le double menton qui n'existe pas car avec la photo d'en bas tout le monde a un double menton.

Eh bien, c'est le problème.

Mon ami, que j'appellerai MA à partir de maintenant, dit que c'est ainsi que se termineraient les gros et fins rouleaux, du moins dans les réseaux, car d'en bas nous paraissons tous grands (et d'en haut, j'ajoute cela, nous semblons tous petits ).

Elle dit que, étant donné le choix, il vaut toujours mieux paraître en grand, parce que nous sommes plus effrayants, parce que nous avons l'air puissants, et parce que nous brisons plusieurs stéréotypes de genre en un seul geste, celui que nous devons tous être de taille mini et cornet de crème glacée, de que nous devons tous être impuissants et impuissants.

Eh bien non, toutes les femmes énormes, à l'intérieur comme à l'extérieur.

De plus, et c'est la partie de sa proposition que j'aime le plus, sur les photos du cornet le monde nous regarde d'en haut, comme si nous étions éternellement des petites filles entourées d'adultes. Mais sur les photos en gros plan, d'en bas, nous sommes des géants qui regardent le monde par-dessus nos épaules, nos poitrines, nos ventres ou nos doubles mentons. Mais d'en haut. Et cela donne beaucoup de plaisir, pour un changement.

Je propose cette action depuis quelques mois lorsque je donne des conférences et des choses comme ça. Et en sortant, on se prend tous en photo en contre-plongée et la séance photo devient un rire et ça cesse d'être la chose qui souffre J'ai l'air grosse j'ai l'air vieux je vois je ne sais pas quoi.

Il y a plusieurs années, j'ai travaillé comme responsable de la communication et je suis allé prendre des photos de mes collègues et collègues pour diffuser des choses. J'étais étonné que les hommes posent et partent, mais nous tous, tous, tous, avons posé, examiné la photo, dit que nous étions devenus fatals, nous l'avons répété plusieurs fois, et finalement nous avons accepté une version avec résignation.

Cela m'arrive aussi: parfois je me vois en photos et la première chose qui sort de moi est de me critiquer. Critique-moi, pauvre moi. Critique mon apparence. Mais je m'arrête, gifle l'insecte que j'ai encore à l'intérieur et qui veut que je me déteste, que je ne m'aime pas, me méprise. Et je dis: ehhh attention … pas un mot gentil. Et je le fais taire.

Les prises de vue en contre-plongée sont difficiles à enregistrer. Pour une fois, l'objectif des photos est de se tromper, de se tromper de façon amusante, et de couper les manches de chaque image à ces bestioles qui nous veulent mal.

Bonne semaine, esprits!

Articles Populaires

Neurones miroirs: connecter les cerveaux

Se mettre à la place de l'autre, c'est entrer dans le cerveau de l'autre. Lorsque cette fusion de pensées est réalisée, le sentiment qui en résulte peut être inconditionnel.…