L'endroit où nous vivons peut-il nous rendre malades?

Carlos Martínez Requejo. Architecte d'intérieur et domothérapeute. Directeur de Domobiotik.

Changer notre concept de maison ou de ville pour s'harmoniser avec la nature, réduire la pollution et améliorer le contact améliore notre qualité de vie.

L' écologie profonde n'est pas possible sans harmoniser l'habitat urbain.

Selon le Worldwatch Institute de Washington (USA), le secteur de la construction génère plus de 60% des impacts néfastes sur la biosphère , plus que l'industrie, l'agriculture et le trafic réunis. Les effets désastreux de l'urbanisation à l'échelle mondiale marquent la ville comme le cancer de la planète.

Architecture saine: comment créer des "zones blanches"

Dans l' environnement urbanisé, un inconfort ou des maux typiques des bâtiments dits malades surviennent .

Dire qu'un bâtiment peut rendre ses habitants malades semble étrange, mais la qualité de l'environnement intérieur influence davantage notre santé que l'environnement extérieur. Surtout si l'on prend en compte que, contrairement aux primitifs qui vivaient au contact de la nature, les citadins passent plus de 80% de notre temps dans des zones fermées : maison, école, travail, centres commerciaux, transports …

Un environnement toxique génère des pathologies émergentes telles que de multiples hypersensibilités environnementales (fatigue chronique, fibromyalgie, électrosensibilité, sensibilité chimique), qui touche déjà plus de 15% de la population.

Vivre dans un environnement urbain sain commence par avoir des bâtiments exempts de bruit, de rayonnement ou de matériaux nocifs.

Pour se défendre de l'environnement néfaste, la bio-construction propose le concept de «zone blanche» , un habitat urbain sans pollution, un espace sans «domopathies»: bruit, rayonnement, matériaux nocifs ou micro-organismes.

C'est un « abri », l'essence même de l'architecture, qui nous protège de l'environnement hostile. Mais c'est aussi un bâtiment efficace , avec une conception bioclimatique qui se traduit par des économies d'énergie, d'eau et de déchets.

De l'architecture durable à l'urbanisme écologique

À partir de là, il s'agit de concevoir une géographie urbaine qui favorise le contact humain, s'intègre dans le paysage et s'auto-suffisante énergétiquement.

En généralisant ces critères constructifs, nous arrivons à l '« ecomanzana », qui, dans une zone comme l'Eixample de Barcelone, peut avoir plus de 5 000 personnes ; une petite ville avec une gestion efficace de l'énergie, de l'eau et des déchets, et une réduction de l'empreinte écologique . Un bloc écologique doit également assurer la fonction sociale , intégrant l'usage résidentiel et le travail.

L'approche à plus grande échelle nous amène à l' éco-quartier , un espace en pleine intégration sociale. Avec plus de 20 000 habitants , il peut inclure tous les équipements: récréatif, scolaire, commercial, médical et administratif, avec une autonomie totale et un besoin de transport minimal , car nous avons tout dans le quartier.

Cette géographie urbaine intégrée favorise le contact humain et se traduit par des économies de déplacements, ce qui signifie une réduction de la consommation d'énergie et de la pollution, et avoir plus de temps à consacrer à la famille, à l'art, aux sports, à la nature …

Quelles sont les caractéristiques d'une ville écologique?

De l'éco-quartier à l'éco-ville, il ne reste plus qu'un pas. L'éco-ville limite sa taille à l'échelle humaine et s'intègre au territoire avec le minimum d'impact environnemental avec un design en permaculture , qui harmonise l'habitat et le paysage).

Avec quels éléments l' obtenez-vous?

Agriculture organique

Dans son environnement agraire, dont la ville prospère, il faut éviter la monoculture industrielle avec d'immenses plantations d'une seule espèce qui éliminent les arbres à perte de vue, comme le désert des vignes. Il convient de privilégier l'agriculture biologique, d' améliorer la biodynamie , en respectant les cycles de la nature et en évitant l'utilisation de produits chimiques agrocides, toxiques pour l'environnement et pour le consommateur.

Énergies renouvelables

Le tracé urbain est orienté vers le soleil pour profiter de sa puissance libre; une ville durable utilise des énergies 100% renouvelables (soleil, vent, géothermie…) pour éliminer complètement la dépendance à l'uranium, au charbon, au pétrole et au gaz, aux ressources sales et limitées.

Mobilité et durabilité

La mobilité est un facteur essentiel de la conception urbaine. Un transport écologique est celui qui favorise la marche ou le vélo et donne la priorité aux transports en commun , notamment le train, le métro et le tram. La voiture, si elle est autorisée en ville, doit être hybride ou électrique.

Un espace sans ondes nocives

Enfin, il est important d' évaluer les nouvelles technologies , certaines très invasives, comme la téléphonie mobile ou le Wi-Fi, qui sont lancées sur le marché sans passer un test d'impact.

Zones vertes

L'Organisation Mondiale de la Santé fixe la surface idéale des espaces verts à 15 m2 par habitant , de préférence boisés, pas une simple pelouse. Malheureusement, Barcelone, Bilbao ou Valence, comme beaucoup d'autres capitales espagnoles, n'atteignent pas 10 m2 d'espaces verts par habitant.

Les arbres nous fournissent de l'oxygène naissant et nettoient l'atmosphère des toxiques, ionisent et remplissent le prana, l'énergie vitale. Et pas seulement cela, ils vous permettent d'écouter les oiseaux et de détendre votre esprit.

Les jardins urbains nous fournissent aussi vivant ils nous donnent de la nourriture et de la santé et des loisirs sans aller à la gym ou à la pharmacie.

L'aménagement de ces villes établit une continuité du jardin au parc et du parc à la forêt, créant des couloirs écologiques qui favorisent la migration, conservent la biodiversité et permettent de profiter de la nature sans quitter la ville.

Alors que nous faisons la transition vers un habitat sain, la méditation, la pensée positive, le sexe ou le rire nous aideront à améliorer notre capacité à nous remettre de l'agression et à maintenir nos défenses élevées.

Articles Populaires

Féminisme: pourquoi il nous est difficile d'être fidèles à nos idéaux

Beaucoup d'entre nous vivent dans une contradiction permanente entre nos idées et nos émotions, ce qui nous fait nous sentir divisés à l'intérieur et en lutte permanente contre nous-mêmes. Les idées évoluent plus vite que les émotions, c'est pourquoi il nous est si difficile de mettre la théorie en pratique.…