Âme végétalienne, vivez sans mal

Matthieu Ricard, moine bouddhiste

L'auteur de "Pour la défense des animaux" et conseiller du Dalaï Lama, Matthieu Ricard, assure que nous sommes aveugles aux souffrances que nous causons aux animaux

Certains sont nés avec des tendances naturelles à la compassion. Dès leur plus tendre enfance, ils montrent des signes de bienveillance spontanée envers leur entourage, y compris les animaux. Ce n'était pas mon cas.

De famille bretonne, je suis allé pêcher jusqu'à l'âge de quatorze ans. À cet âge, un ami m'a rapidement commenté: "Comment? Alors vous pêchez?" Sa voix et son regard, à la fois surpris et désapprobateurs, étaient assez éloquents. «Alors vous pêchez?

Soudain, la scène me parut très différente: le poisson arraché à son élément vital par un crochet de fer qui lui transperce la bouche, suffoquant dans l'air alors que nous nous noyions dans l'eau. Comment avais-je réussi à séparer mes pensées de cette réalité, de ces souffrances pendant si longtemps? J'ai immédiatement abandonné la pêche, le cœur lourd. Pour moi, c'était un premier clic.

À l'âge de vingt ans, j'ai eu la grande opportunité de rencontrer des maîtres spirituels tibétains qui ont depuis inspiré mon existence. Son enseignement était centré sur la voie royale de l'amour et de la compassion universelle.

L'enseignement de mes professeurs spirituels tibétains s'est concentré sur la voie royale de l'amour et de la compassion universelle

Bien que pendant longtemps je n'ai pas su me mettre à la place de l'autre, en étudiant petit à petit avec ces professeurs j'ai appris l'amour altruiste, ouvrant du mieux que je pouvais mon esprit et mon cœur au destin des autres. J'ai été formé à la compassion et j'ai beaucoup réfléchi à la condition humaine et à celle des animaux.

Il est très difficile d'associer les objets et produits de consommation les plus courants, y compris les aliments et les remèdes qui nous sauvent parfois la vie, avec la souffrance animale que leur production entraîne dans de nombreux cas.

Certaines sociétés ont développé des schémas de pensée collective qui nous incitent à considérer que tous les animaux ne sont là que pour servir les humains. D'autres traditions considèrent depuis longtemps que tout être, humain ou non, doit être respecté.

Personne ne doute qu'il y a tant de souffrances parmi les êtres humains dans le monde que nous pourrions passer toute notre vie à essayer de les soulager, même si ce n'était qu'une infime quantité. Même ainsi, s'inquiéter du sort des 1,6 million d'autres espèces qui peuplent la planète n'est ni irréaliste ni déplacé, car, la plupart du temps, il n'est pas nécessaire de choisir entre le bien-être des humains et celui des humains. les animaux.

Nous vivons dans un monde essentiellement interdépendant, où le sort de chaque être, quel qu'il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s’agit donc pas de s’occuper de plus que d’animaux, mais aussi de s’occuper des animaux. Il ne s’agit pas non plus d’humaniser les animaux ou d’animaliser les êtres humains, mais d’étendre notre bienveillance aux deux.

Chaque année, 60 milliards d'animaux terrestres et un billion d'animaux marins sont tués pour notre consommation. De plus, ces massacres et la consommation excessive de viande dans les pays riches sont une folie mondiale: ils alimentent la faim dans le monde, augmentent les déséquilibres écologiques et sont nocifs pour la santé humaine.

L'impact de notre mode de vie est considérable: 30% des espèces animales auront disparu d'ici 2050

Le manque de respect des animaux conduit également à tuer et à faire souffrir un grand nombre d'entre eux, utilisé dans l'expérimentation animale, dans le trafic d'animaux sauvages, la chasse et la pêche sportive, les corridas, le cirque et autres formes d'instrumentalisation. .

En revanche, l'impact de notre mode de vie dans la biosphère est considérable: au rythme actuel, 30% de toutes les espèces animales auront disparu de la planète d'ici 2050.

Nous entretenons une forme de schizophrénie morale qui nous pousse à prendre grand soin de nos animaux de compagnie alors que nous bifurquons sur les millions de porcs envoyés à l'abattage, bien qu'ils ne soient pas moins conscients ou sensibles à la douleur et intelligents que nos chiens ou chats.

Il n'y a pas de «moment magique» qui nous permette de nous attribuer une nature fondamentalement différente des nombreuses espèces d'hominidés qui nous ont précédés. Rien ne justifie le droit à la suprématie sur les animaux. Le terrain d'entente le plus frappant entre l'homme et l'animal est la capacité de ressentir la souffrance.

Pourquoi sommes-nous encore aveugles, au début de ce 21e siècle, à la douleur incommensurable que nous leur causons, sachant qu'une grande partie de la souffrance que nous leur infligeons n'est ni nécessaire ni inévitable? En outre, il n'y a aucune justification morale pour imposer inutilement la souffrance et la mort à quiconque.

Articles Populaires

Le jardin à la maison - Ecocosas

Avoir un jardin à la maison est plus simple qu'il n'y paraît, il suffit de prendre en compte quelques éléments concernant l'entretien du jardin.…