Table des matières

Les enfants étaient seuls

Jorge Bucay

Cette belle histoire de Jorge Bucay nous rappelle tout le pouvoir que nous avons en tant qu'enfants. Les adultes nous protègent… mais ils peuvent aussi nous limiter.

Leur mère était partie tôt le matin et les avait laissées aux soins de Marina, une jeune fille de dix-huit ans qu'il engageait parfois quelques heures pour s'occuper d'eux en échange de quelques pesos. Depuis la mort du père, les temps étaient trop durs pour risquer de perdre le travail chaque fois que la grand-mère était malade ou était absente de la ville.

Lorsque le petit ami de la fille l'a appelée pour l'inviter à faire un tour dans sa nouvelle voiture , Marina n'a pas hésité trop longtemps. Après tout, les enfants dormaient comme chaque après-midi, et ils ne se réveillaient qu'à cinq heures. Dès qu'elle a entendu le klaxon, elle a pris son sac et a pris le téléphone.

Il prit la précaution de fermer la porte de la chambre et mit la clé dans sa poche. Elle ne voulait pas risquer que Pancho se réveille et descende pour la chercher, car après tout elle n'avait que six ans et d'une manière négligente, elle pouvait trébucher et se blesser.

D'ailleurs, pensa-t-il, si cela arrivait, comment expliquerait-il à sa mère que le garçon ne l'avait pas trouvée?

C'était peut-être un court-circuit dans la télévision ou dans l'une des lumières du salon, ou peut-être une étincelle de la cheminée; le fait est que lorsque les rideaux ont commencé à brûler, le feu a rapidement atteint l'escalier en bois qui menait aux chambres.

La toux du bébé à cause de la fumée qui s'échappait de sous la porte le réveilla. Sans réfléchir, Pancho sauta du lit et lutta avec la poignée pour ouvrir la porte mais n'y parvint pas. Pourtant, s'il avait réussi, lui et son frère âgé de plusieurs mois auraient été engloutis dans les flammes en quelques minutes.

Pancho a crié pour Marina, mais personne n'a répondu à son appel à l'aide. Alors il a couru vers le téléphone dans la chambre (il savait comment composer le numéro de sa mère) mais il n'y avait pas de ligne.

Pancho comprit qu'il devait sortir son petit frère de là.

Il a essayé d'ouvrir la fenêtre qui donnait sur le rebord, mais il était impossible pour ses petites mains de déverrouiller le loquet et même s'il avait réussi, il devait encore desserrer le treillis métallique que ses parents avaient installé comme protection.

Lorsque les pompiers ont fini d'éteindre le feu, le sujet de conversation de tout le monde était le même:
-Comment ce petit garçon a-t-il pu briser le verre puis le treillis avec le porte-manteau?
-Comment pourriez-vous porter le bébé dans le sac à dos?
-Comment pourrais-tu descendre le rebord avec un tel poids et descendre l'arbre?
-Comment as-tu pu sauver ta vie et celle de ton frère?

Le vieux chef des pompiers, un homme sage et respecté, leur a donné la réponse:
-Panchito était seul… Il n'avait personne pour lui dire qu'il ne le pourrait pas.

Articles Populaires

3 salades fraîches et gaies

Par beau temps, ils ont soif de nourriture plus fraîche: l'heure est aux salades imaginatives et complètes qui ravissent nos sens.…

Ariel (la petite sirène) et l'amour romantique

Ariel, la Petite Sirène, ne veut pas de pattes à chien, non. Elle les veut pour qu'un homme l'accepte. Elle est amoureuse et pour être comme le prince, elle doit renoncer à son monde, à sa voix et à tout ce qu'elle sait. Quand l'amour ne peut jamais être renoncé.…