Table des matières

Parlons plus des bons parents

Roy Galán

On parle peu de la paternité. De bons parents qui sont quelque chose de splendide pour le reste. De ces parents qui ne délèguent pas la garde de leurs enfants à leur mère.

On parle peu de la paternité.
De ces parents qui sont présents.
Qu'ils s'impliquent.

Qui se baignent, se couchent, se peignent les cheveux et font de la nourriture pour leurs fils et filles quand ils le peuvent parce qu'ils le veulent et pas seulement quand ils le devraient.

Qu'ils les écoutent.
Leur dire ce qu'ils ressentent.
Cela leur donne la première étape de la fantaisie.

Quelle est l'importance des hommes qui parlent d'eux-mêmes et pas seulement de ce qu'ils font.
Quelle est l'importance des hommes qui ont de la patience.
Quelle importance les nouveaux hommes qui prennent leur part du marché.
Cela n'aide pas à la parentalité.

Au contraire, ils pratiquent la parentalité de manière égale.

On parle peu de ces pères que les autres hommes méprisent parce qu'ils décident de prendre un congé de paternité.
Comme s'ils étaient "moins" d'hommes ou de culottes.
Parce que la masculinité est mise en doute.

Quand tout ce qu'ils font, c'est la seule chose qui puisse être faite.
Quand penser que le congé de paternité est idiot.
Quand ils devraient être obligatoires, égaux en temps au congé de maternité et non transférables, pour que le monde commence à être un peu meilleur.

Heureusement, il y a de bons parents. Il y a de bons hommes. Qu'ils sont ceux qui ne craignent pas d'être acceptés par le clan des hommes.

Ce qui leur tient à cœur, c'est de vouloir.
C'est participer à la croissance des autres.
C'est vivre ensemble.
Parce qu'une famille n'est pas quelque chose que vous avez.
Une famille est quelque chose qui se construit.
Avec les mains et avec les estomacs.

On parle peu de cette paternité consciente et affectueuse.
Qui existe.
Autant que d'autres avec paresse, immaturité et manque d'engagement.
Ils veulent le salir.

Articles Populaires