Témoignage: "Je n'ai pas pu terminer un régime et mon thérapeute m'a aidé à découvrir pourquoi"

Ramon Soler

Suivez un régime, marchez tous les jours ou suivez une formation. De nombreuses personnes se fixent des objectifs pour changer leur vie mais sont incapables de les atteindre. Bien que le manque de cohérence semble être le principal responsable de ces échecs continus, les vraies causes sont cachées au plus profond de son inconscient.

Stocksy

Parfois, nous nous fixons des objectifs pour changer des choses que nous n'aimons pas dans notre vie (bien manger pour perdre du poids, faire du sport pour être en bonne santé, suivre un cours pour chercher un bon travail …). Cependant, de nombreuses personnes se trouvent incapables de relever ces objectifs ou défis personnels.

Bien qu'ils soient au départ motivés, ils finissent toujours par abandonner le bon but. Ils s'en reprochent, mais en réalité ce n'est pas seulement un problème de manque de cohérence: souvent l'origine de ce schéma est caché dans notre inconscient.

Le cas de Paula en consultation: elle n'a pas pu terminer un régime

Paula connaissait tous les régimes disponibles sur le marché. Il les avait tous essayés sans succès. Il n'a jamais réussi à suivre ou à perdre le poids qu'il voulait. Chaque fois qu'il en commençait un nouveau, il l'abandonnait rapidement et revenait à ses mauvaises habitudes alimentaires. Désespérée, elle est venue dans mon bureau pour essayer de découvrir les raisons de son manque de cohérence.

Dis-moi, Paula, que t'arrive-t-il lorsque vous suivez un régime?
Je ne peux pas m'en empêcher, chaque fois que je commence un régime, tout se passe très bien au début, mais tôt ou tard j'arrête et mange plus que nécessaire. Je commence avec beaucoup d'enthousiasme, mais je ne sais pas ce qui m'arrive, je les abandonne toujours.

Comment sont les rechutes? Avez-vous remarqué s'il se produit quelque chose de spécial qui vous fait rechuter?
La même chose m'arrive presque toujours. Je suis constamment le régime alors que rien ne se passe autour de moi, mais quand il y a un problème, je l'abandonne et je mange à nouveau. Cela peut être une dispute avec mon mari ou une aversion au travail, tout ce qui me stresse me fait arrêter le régime.

Parlez-moi un peu de ces situations qui génèrent du stress et comment vous y réagissez.
Eh bien, quand cela m'inquiète ou me cause de l'anxiété, je ne sais pas comment y faire face. Mon esprit est bloqué, je sens que je ne peux rien faire.

Et que faites-vous alors?
Je perds le contrôle de mes actions et je me précipite, en courant, à la recherche de nourriture. Je préfère le chocolat et les bonbons. Cela me calme. Avec la nourriture, j'oublie tout, comme si les problèmes n'existaient pas. Mais, bien sûr, après avoir mangé, les problèmes sont toujours là et j'ai pris des kilos.

Comment vous sentez-vous alors?
Cela me soulage au début, mais ensuite je me sens mal, très coupable. Je n'aurais pas dû le faire, mais j'ai été un imbécile et je n'ai pas pu me contrôler. Je promets de ne plus le refaire, mais je le répète toujours. Et à chaque fois je me sens plus mal.

  • La nourriture comme récompense

Pour Paula, la nourriture était son mécanisme de lutte contre le stress. Peu importe à quel point il essayait son régime, l'envie de calmer son anxiété avec de la nourriture était bien supérieure. Tant que nous ne travaillions pas sur sa façon de gérer l'anxiété, aucun régime ne pouvait l'aider car elle finirait toujours par retomber dans ses vieilles habitudes.

Paula, nous allons étudier la relation entre l'anxiété et la nourriture. Vous rappelez-vous comment vous avez commencé à vous tourner vers la nourriture lorsque vous vous sentiez mal?
J'ai commencé à prendre du poids à l'adolescence, avec mon premier petit ami. Il était très jaloux et nous nous sommes beaucoup disputés pour cette raison. J'aurais dû le quitter, mais je suis resté avec lui pendant quatre ans.

Et que s'est-il passé lorsque vous vous êtes disputé?
J'ai protesté et me suis défendu, mais je rentrais toujours à la maison avec une énorme tension dans l'estomac. À son arrivée, elle allait directement au garde-manger ou au réfrigérateur et attrapait tout à manger, de préférence quelque chose de sucré. Je me souviens d'être allongé sur le canapé la nuit, seul, en train de prendre un gâteau ou un pot de glace. Ce n'est qu'alors que je me suis détendu.

Y a-t-il eu d'autres moments où vous vous êtes également tourné vers la nourriture?
J'avais aussi de mauvais résultats au lycée. Je me suis amusé avec d'autres choses et je n'ai pas fait attention en classe. J'ai quitté l'étude et le travail pour le dernier jour et j'ai commencé à suspendre, ce qui ne m'était pas arrivé auparavant. Les horaires des examens étaient très stressants parce que mes parents me mettaient beaucoup de pression pour étudier, mais je n'avais aucun intérêt. Je me souviens aussi d'avoir étudié à la hâte, toujours avec de la nourriture sur la table. Je pense qu'entre mon copain et mes études, j'ai commencé à prendre du poids.

Nous allons nous connecter avec ce que vous me dites, Paula, avec le sentiment que vous me parliez de votre petit ami et de vos études, comment vous faites cette association, à quel moment précédent avez-vous vécu des situations stressantes et avez-vous eu de la nourriture à votre disposition pour calme toi.

Laissez-vous aller plus loin dans vos souvenirs …
La première chose qui me vient est un souvenir d'enfant, jouant dans un parc près de chez moi. Je vois ma grand-mère, mais il me semble que ma mère n'est pas là. Je passe un bon moment ici, je ne sais pas ce que ça a à voir avec la nourriture.

Ne vous inquiétez pas, nous verrons ce qui se passera un peu plus tard.
Je joue toujours. Je suis avec un ami sur une bascule et tout d'un coup je tombe. Ce n'est pas une très grosse chute, mais j'ai peur et j'ai mal au genou. J'ai une égratignure et du sang coule. Je me mets à pleurer. Ça fait mal, mais surtout ce qui me passe par la tête retient mon attention. J'ai un mélange d'émotions; d'une part, la surprise d'être en train de jouer et d'être tombé, et j'ai aussi peur qu'ils me grondent pour avoir été maladroit ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas comment réagir et je reste au sol en pleurant.

Et que font les autres? Votre grand-mère est là?
Oui, ma grand-mère vient et me dit de me lever, que ce n'était rien et de continuer à jouer. Je continue de pleurer, j'ai mal au genou. Alors elle sort le goûter qu'elle avait préparé, un muffin au chocolat, et me le donne. Il me dit: "Allez, prends le chignon et tu verras comment ça s'en va."

Et que se passe-t-il alors?
Eh bien, je me réconforte avec le chignon. Puisqu'il m'ignore et ne prête aucune attention à mes pleurs et à ma douleur, je me concentre sur le goût du chocolat. C'est doux, riche et c'est vrai que ça me distrait de la douleur. Il semble même que ça fait moins mal.
Enfant, je commence à me souvenir d'autres scènes. Quelque chose se passe dans chacun d'eux, je me blesse ou je suis bouleversé pour une raison quelconque. Et ma grand-mère, mais aussi mon père ou ma mère, ils font toujours la même chose, ils me donnent une sorte de bonbon pour me distraire. Dans ma famille, il était très courant de «faire taire» les enfants avec de la nourriture.

Alors, qu'avez-vous appris de cette stratégie?
Quand quelque chose de mauvais m'arrive, ma solution est d'aller chercher de la nourriture. C'est ce que j'ai toujours fait, ce qu'on m'a appris. Les bonbons calment la douleur, mais c'est ainsi que vous apprenez une façon très négative de la calmer.

Et qu'en est-il de vos émotions? Avec douleur ou colère?
En ce moment, quand je mange, tout est en pause. La nourriture recouvre tout et me détend. C'est comme si cela engourdissait les ennuis. Et, le lendemain, je prétends que rien ne s'était passé et je continue ma vie. Je ne fais vraiment rien pour résoudre les problèmes.

Quelles conséquences cela a-t-il donc dans votre présent? Et les régimes? Pourquoi n'êtes-vous pas en mesure de les maintenir?
Les bonbons sont ma façon de soulager la douleur. Comment vais-je me débarrasser de la seule façon dont je sais comment surmonter mes problèmes? Mais, bien sûr, je ne m'en remets pas. Les problèmes sont toujours là, seulement que je prends du poids.

  • Rompre avec les modèles appris

Paula fond en larmes lorsqu'elle se rend compte de la façon dont elle a appris, ou plutôt appris, cette façon néfaste de gérer les émotions négatives en les cachant avec de la nourriture.

Que ressens-tu, Paula?
Je ne l'ai jamais vu plus clair que maintenant. Le problème, ce ne sont pas les régimes, mais je ne sais pas quoi faire de ma douleur. Bien que ce soit le meilleur régime au monde, comme je ne sais pas quoi faire de ma douleur en cas de crise, je me tourne toujours vers la nourriture. C'est ce qu'ils m'ont appris.

Souvenez-vous de la scène de la chute de la bascule. Comment auriez-vous aimé que votre grand-mère agisse?
Et bien je pense que tu aurais pu venir m'accompagner un peu. Je ne pouvais pas me retenir de la douleur, mais j'aurais dû faire preuve d'un peu d'empathie et de solidarité. Et, surtout, il aurait pu éviter de me couvrir la bouche avec le chignon. Ça aurait été mieux s'il m'avait laissé pleurer. Ça faisait mal, que vouliez-vous que je fasse?
Était-il habituel dans votre famille d'utiliser de la nourriture pour soulager la douleur?
Oui, constamment. Non seulement ma grand-mère, mes parents et mes tantes l'ont fait aussi. La scène de la bascule est l'une des nombreuses dont je me souviens. C'était toujours la même chose, quand je me mettais en colère ou que je pleurais parce qu'il m'avait blessé, ils me donnaient un biscuit ou un autre bonbon pour me faire taire. Et la petite phrase qu'ils ont enregistrée pour moi était "allez, ce n'est rien, prenez ça." En fait, je réalise maintenant qu'ils font tous la même chose aussi. Quand ils ont une aversion, ils mangent toujours. Il semble que la nourriture couvre tout. Je l'ai vu depuis que je suis petite et je ne cesse de le répéter.

Maintenant que vous pouvez voir votre histoire avec la nourriture en perspective, que voulez-vous faire? Que voulez-vous rester et que voulez-vous changer?
Maintenant, je comprends que ce n'était pas une façon saine de gérer des problèmes ou des situations douloureuses. Je veux m'en débarrasser. Je veux pouvoir me mettre en colère, protester ou pleurer quand j'en ai besoin. C'est mon droit. Je veux que la nourriture ne soit que de la nourriture, pas mon oreiller pour les larmes.

Articles Populaires

6 eaux florales pour prendre soin de votre peau

Les eaux florales captivent par leur texture légère et leur parfum doux, mais contiennent également de petites quantités d'huile essentielle qui prend soin de la peau sans l'irriter. Découvrez ses propriétés et comment les utiliser.…