"La gentillesse nous fait nous sentir en harmonie avec notre Être"

Silvia Diez

Nous avons discuté avec Matthieu Ricard, un moine bouddhiste considéré comme l'homme le plus heureux du monde, des bienfaits de la méditation pour atteindre le bien-être et la liberté intérieure et le besoin urgent de développer des comportements altruistes pour construire une économie plus bienveillante.

Il a été décrit comme l'homme le plus heureux du monde après qu'une expérience du neuroscientifique Richard Davidson de l'Université du Wisconsin a montré que l'activité de la zone préfrontale gauche de son cortex cérébral était quelque chose de jamais vu auparavant.

C'est une zone du cerveau qui prédispose au bien-être et aux émotions positives et ce moine bouddhiste et méditant expérimenté a atteint une gamme d'ondes gamma qui a atteint -0,45, alors que les niveaux enregistrés par les centaines de volontaires, qui ont également participé dans l'étude, ils allaient de 0,3 (très malheureux) à -0,3 (très bonne béatitude).

Ricard a précisé plus tard que ce qui a été trouvé avec cette étude est que lorsqu'un méditant focalise son esprit sur la bienveillance et l'amour altruiste , le cerveau est activé d'une intensité jamais observée auparavant.

Si vous entraînez l'esprit, le cerveau change et la personne change

«Si l'esprit est entraîné régulièrement, le cerveau change , tout comme la personne. C'est la plasticité que possède notre cerveau et la méditation est un entraînement qui nous permet d'exercer l'attention, d'améliorer l'équilibre émotionnel et de développer la gentillesse », dit-il.

Matthieu Ricard ne donne généralement pas d'entretiens, mais nous avons eu la chance qu'il ait accepté de lui envoyer un questionnaire auquel il a répondu avant de partir pour l'Himalaya, où il vit depuis plus de 50 ans et où il mène des missions humanitaires à Karuna depuis 20 ans. -Schechen (www.karuna-shechen.org), une organisation caritative qui crée des projets éducatifs, sanitaires et sociaux dans le but d'améliorer la vie des habitants de cette région.

La biographie de ce Français est des plus curieuses. Il est le fils du philosophe Jean-François Revel et de l'artiste Yahne Le Toumelin. Il a suivi une formation scientifique et a travaillé à l'Institut Pasteur de Paris avec le prestigieux prix Nobel de médecine François Jacob. Mais après avoir terminé sa thèse de doctorat sur la génétique cellulaire, il a décidé de devenir moine bouddhiste.

Il est un interprète du français du Dalaï Lama et a publié des livres avec de magnifiques photographies de lui - pour lui une manière de pouvoir partager avec les autres les moments de beauté privilégiés qu'il vit dans les paysages sublimes de l'Himalaya et aux côtés des maîtres spirituels.

Il est l'auteur de best-sellers tels que "Le moine et le philosophe" (Ed. Urano) - qu'il a écrit avec son père -, "L'infini dans la paume de la main" (Ed. Urano), "Pour la défense des animaux" ( Ed. Kairós), «Cerveau et méditation» (Ed. Kairós), entre autres. Ses œuvres sont traduites dans différentes langues et diffusées dans le monde entier.

Ricard a également été au Forum économique mondial de Davos pour revendiquer l'économie solidaire et les bénéfices de l'altruisme. Il assure que, malgré ce que prétend la théorie de l'évolution, aucune étude scientifique ne montre que l'être humain est un être égoïste. Tout le contraire.

La science montre que nous avons une grande capacité à développer un altruisme authentique et que la coopération a été beaucoup plus créative pour atteindre des niveaux d'organisation élevés que la compétition et la lutte individuelle pour la survie.

Dans son livre «Solidarity Economy. Conversations avec le Dalaï Lama sur l'altruisme et la compassion »(Ed. Kairós) soutient que, malgré le fait que la théorie économique garantit que les gens se déplacent uniquement dans leur propre intérêt, les personnes ayant des valeurs matérialistes sont plus malheureuses, tandis que Les personnes capables de comportements coopératifs, compatissants et altruistes sont plus heureuses. Il est convaincu que nous ne pouvons pas continuer à nous considérer comme des êtres insulaires et que le monde a besoin de renverser les systèmes économiques.

"L'altruisme est la seule chose qui nous permet de faire face aux défis du 21ème siècle"

-Le capitalisme, le culte de l'égoïsme et le pouvoir de l'individu semblent nous conduire à l'autodestruction et tout indique que nous sommes incapables de modifier notre fonctionnement. Êtes-vous optimiste quant à l'avenir de l'humanité? Comment se débarrasser de l'égocentrisme et favoriser le développement d'une économie plus solidaire et d'un fonctionnement plus altruiste?
-L'altruisme est le seul concept qui nous permet de faire face aux défis du 21e siècle et de combiner les exigences que nous avons à court, moyen et long terme. De toute évidence, l'égoïsme ne réussira pas. En revanche, apprendre à mieux prendre en compte les autres peut nous conduire à court terme vers une économie plus solidaire et à moyen terme à favoriser notre développement ainsi que celui des autres. Et, à long terme, l'altruisme est essentiel pour éviter de grandes souffrances aux générations futures. Par conséquent, l'altruisme est le seul concept qui permet aux scientifiques - qui sont ceux qui savent ce qu'il faut faire pour éviter la destruction de la planète -, ceux qui décident des politiques, les entrepreneurs sociaux responsables de la qualité de vie des les citoyens,ainsi que ceux qui sont préoccupés par les demandes que nous avons à court terme, tous s'assoient autour d'une même table dans le but de construire un monde meilleur. L'altruisme n'est pas une noble utopie un peu naïve, c'est la seule solution pragmatique aux grands défis que nous avons au XXIe siècle.

-Et comment se développe un être moins concentré sur lui-même, quelque chose qui, dit-il, nous aide à être plus heureux? De votre point de vue, quelles coutumes sont les plus importantes pour cultiver le bonheur intérieur et la liberté?
-Si du matin au soir on ne pense qu'à «moi, moi, moi», on rend notre vie misérable et aussi celle de ceux qui nous entourent. Au contraire, l'amour altruiste et la gentillesse sont le meilleur moyen de faire du bien aux autres et en nous-mêmes. Évidemment, d'autres apprécient notre bonté, mais la bonté est aussi l'état d'esprit le plus satisfaisant car il nous fait nous sentir en harmonie avec notre nature profonde. Par conséquent, il est nécessaire, en entraînant notre esprit et par la méditation, de cultiver les qualités humaines fondamentales qui font de nous un bon être humain, un être humain heureux. Ces qualités incluent l'altruisme et la compassion, mais aussi la satisfaction, le discernement, l'équilibre émotionnel et la liberté intérieure.

- Et cela inclut l'habitude de ne pas manger de viande ou de poisson? Être végétarien est-il aussi une bonne habitude à garder à l'esprit pour être plus heureux?
-C'est avant tout une bonne habitude de parvenir au bonheur des autres! On estime que depuis l'apparition de notre espèce sur Terre, environ 110 milliards d'Homo sapiens l'ont habité. Eh bien, c'est le nombre d'animaux terrestres et marins que nous tuons tous les deux mois pour satisfaire nos supposés besoins et comme si c'était quelque chose de parfaitement normal et moralement acceptable. Et en fait, avec lui, le monde entier y perd. Les animaux sont les premières victimes. Mais elle perd aussi notre environnement, car l'élevage pour la production de viande est le deuxième facteur d'émission de gaz à effet de serre dans le monde. Les humains y perdent aussi car les 800 millions de tonnes de céréales destinées à la production de viande pourraient servir à nourrir 1,5 milliards de personnes dans les pays producteurs de ces céréales. Enfin, selon de nombreuses études scientifiques et selon un rapport mondial de l'Organisation mondiale de la santé, la consommation régulière de viande est préjudiciable à la santé. Par conséquent, il est hautement souhaitable d'étendre notre gentillesse aux 8 autres millions d'espèces animales qui sont nos concitoyens sur cette planète.

-De nombreux avantages ont été découverts sur la pratique de la méditation. Mais, de votre point de vue, quels sont les avantages les plus importants?
-La méditation est un entraînement de l'esprit et nous devons faire face à notre esprit du matin au soir. Cet esprit peut devenir notre meilleur ami ou notre pire ennemi. Nous consacrons beaucoup d'énergie à l'amélioration des conditions extérieures de notre vie, mais nous sous-estimons l'importance que le fonctionnement de notre esprit a sur notre qualité de vie. C'est notre esprit qui transforme nos perceptions du monde extérieur et de ceux qui nous entourent en bien-être ou en inconfort. La méditation peut également nous aider à réduire les rumeurs sur le passé et les anticipations anxieuses que nous faisons sur l'avenir. La méditation permet de trouver un meilleur équilibre intérieur, de développer une plus grande résilience et de mieux gérer les hauts et les bas de l'existence.

-La psychiatrie actuelle traite l'anxiété et la dépression, des maux très fréquents dans notre société occidentale, avec des médicaments. Quelle est ton opinion à ce propos? Pensez-vous que la méditation pourrait être un moyen de guérison plus approprié?
-Il est établi, grâce aux travaux menés depuis plus de 30 ans par de nombreux chercheurs, dont John Teasdale, Mark Williams et Zinder Segal, que la méditation associée à une thérapie (MBCT, Mindfulness Based Cognitive Therapy) pratiquée pendant six mois réduit entre 30 et 40% de risque de rechute chez ceux qui ont connu deux épisodes de dépression sévère. Cet effet est aussi puissant que celui des médicaments, mais il a aussi l'avantage de protéger les personnes sur le long terme. Cependant, il ne s'agit pas de s'abstenir de prendre des médicaments lorsque cela est nécessaire. L'avis d'un médecin compétent est requis.

-Si vous aviez un fils ou une fille, un petit-fils ou une petite-fille, que leur diriez-vous ce qu'est la vie et que voudriez-vous transmettre comme la chose la plus importante dans la vie?
-Du niveau personnel, je vous conseillerais de cultiver la gentillesse, l'ouverture à l'autre, la capacité de s'émerveiller de la nature et du potentiel que nous avons tous en nous pour devenir de meilleurs êtres humains. Il faut prendre la mesure de ce potentiel extraordinaire qu'offre l'existence humaine et en extraire la quintessence pour se développer en contribuant au bonheur des autres et en réduisant leur souffrance.

Articles Populaires

Pourquoi nous recherchons l'approbation masculine

Beaucoup de femmes admirent les hommes parce qu'ils sont plus libres que nous, parce qu'ils bougent comme ils le veulent et qu'ils n'ont pas autant de limitations que nous. Beaucoup aimeraient vivre comme eux, ou du moins occuper la position d'époux pour s'élever.…