"Le bonheur, c'est croire que le bonheur est possible"

Eva Millet

La philosophie est une petite idéologie qui nous aide à penser par nous-mêmes, à nous comprendre et, finalement, à être heureux

André Comte-Sponville est philosophe, professeur à la Sorbonne et membre du Comité consultatif national français d'éthique. Il est l'auteur de plus d'une douzaine de livres, tels que Happiness, désespérément ou El amor, la soledad (Paidós).

Considéré comme l'un des philosophes européens les plus pertinents , André Comte-Sponville était un garçon mélancolique dont cette discipline l'aida à mieux s'équiper pour être heureux. Il est considéré comme un penseur et un écrivain, aussi rigoureux qu'accessible.

Le bonheur semble avoir de nombreuses formules. En avez-vous trouvé un qui fonctionne?

Il n'y a pas de formule magique. Si nous pensons que le bonheur équivaut à une joie absolue et constante, alors le bonheur n'existe pas. En revanche, lorsqu'une personne m'assure que le bonheur n'existe pas, je pense immédiatement qu'elle n'a jamais été malheureuse, car ce n'est que par comparaison que l'on peut distinguer le bonheur du malheur . Pour définir le bonheur, il faut partir du malheur, du malheur, qui est une expérience cruellement réelle et palpable.

Comment définissez-vous le malheur?

Le malheur, c'est quand toute joie semble impossible: quand nous nous réveillons le matin et qu'il n'y a pas de joie, et nous savons qu'il n'y en aura pas.

N'est-il pas dommage que nous soyons plus conscients du malheur que du bonheur?


Au moins, nous pouvons dire: «Comme je suis heureux de ne pas être malheureux». Le bonheur est cette période de temps dans laquelle nous savons que la joie est possible: ces hauts et ces bas de l'existence dans lesquels la possibilité existe. Ce n'est pas absolu; c'est relatif, mais il suffit d'avoir été malheureux une fois pour pouvoir en faire l'expérience.

Avez-vous besoin de subir un coup dur dans la vie pour être plus heureux?


Non, ce n'est pas nécessaire; si on peut s'en passer, mieux c'est. Mais le malheur est une chose à laquelle il faut faire face.

Le bonheur n'est qu'un autre produit de consommation. Pensez-vous que c'est devenu trivial?

Non, parce que le bonheur n'est pas à vendre, ce n'est pas une marchandise; peu importe combien d'argent vous avez, vous ne pouvez pas l'acheter. Ce n'est pas un produit mais un état d'esprit. Et qu'est-ce qui le caractérise? Eh bien, nous serons heureux si nous aimons la vie.

Certaines théories affirment qu'il existe des gens plus génétiquement prédisposés au bonheur. Pensez-vous que oui?

Oui, il y a des gens qui sont plus doués: ils se réveillent de bonne humeur, ont de la sérénité, de la joie … J'étais au contraire un enfant sérieux, sérieux, mélancolique … Pour moi, profiter de la vie - de la joie - n'est pas une évidence . Mais en faisant de la philosophie, je suis plus doté de quelque chose pour lequel j'étais petit: le bonheur. Je ne veux pas dire que la philosophie résout tout, mais avec elle, nous pouvons progresser, avancer et elle peut nous aider à aimer la vie.

Quand as-tu décidé de devenir philosophe?

Ma vocation, enfant, était d'être écrivain. Mais à dix-huit ans j'ai découvert la philosophie et cela me paraissait beaucoup plus intéressant que les romans, car je me suis rendu compte que la réalité m'intéressait beaucoup plus que la fiction. Bien que, d'une certaine manière, je n'ai pas quitté ma vocation première parce que j'écris des livres, mais de la philosophie.

Après tant d'années à écrire sur le comportement et à l'observer, êtes-vous déçu d'être humain?

Si on demande à l'être humain autre chose que ce qu'il est, nous serons toujours déçus. Si nous partons de l'idée que nous sommes faits par Dieu et à l'image de Dieu, l'être humain est décevant, car nous sommes nuls. Mais si nous partons du principe que nous descendons des singes, d'un ancêtre commun, l'être humain est exceptionnel, le plus exceptionnel que la terre ait jamais connu. Aucun singe, par exemple, ne m'a posé des questions comme les vôtres. C'est pourquoi je parle toujours de Darwin comme du maître de la miséricorde , car il explique d'où vient l'homme, de l'espèce animale, lui pardonne combien il est petit et, en même temps, se félicite de ses réalisations.

Avec cette vision, il y a beaucoup plus de bétail … C'est pourquoi je me reconnais dans l'humanisme de la miséricorde. Il ne s'agit pas de faire de l'homme un Dieu ou de l'humanisme une religion, mais d' aimer l'être humain tel qu'il est . l'être humain doit être l'objet de respect et d'amour.

L'athéisme est l'un des axes de son travail. Pourquoi pensez-vous qu'il y a des gens qui n'ont pas besoin de croire en ce Dieu, alors que pour d'autres, c'est quelque chose de fondamental?

Le besoin de croire dépend en grande partie de l'éducation que l'on a reçue, évidemment, et de la personnalité. Mais la religion répond aussi à un besoin d'explication que l'homme a dans des questions aussi transcendantales que la raison pour laquelle le monde existe et à un besoin de confort, d'être satisfait. Sigmund Freud, dans son livre L'avenir d'une illusion, disait déjà que nous avons tous besoin d'être consolés, protégés , mis en confiance … Et la religion, comme correspond à tout cela, tombe dans la catégorie de ce qu'il appelle «l'illusion».

Au XXe siècle, nous vivons la fin d'idéologies aussi importantes que le communisme et le déclin de la foi catholique. Cherchons-nous aujourd'hui des substituts à ces grandes idéologies?

Oui, bien sûr, il existe un substitut à tout cela: la philosophie. Je décris l'idéologie comme une philosophie toute faite qu'il suffit de répéter. Par contre, la philosophie n'est pas quelque chose qui se fait, c'est quelque chose qui doit être inventé : lire des livres, des textes, étudier … c'est quelque chose qui soulève le besoin de penser par soi-même. C'est une petite idéologie.

Pensez-vous donc qu'il survivra aux religions?


Les religions ne vont pas disparaître. Bien que dans des pays comme la France ou l'Espagne, il y ait beaucoup moins de croyants qu'auparavant, il y a des millions de personnes dans le monde qui ont encore la foi. Mais la philosophie peut survivre à la religion en ce sens qu'elle est une dimension de la condition humaine: philosopher, c'est penser à sa vie, et ce qu'il faut voir, c'est comment cette pensée peut s'articuler. Et je crois que l'être humain est un animal «philosophe» qui doit comprendre sa vie et sa place dans le monde.

Articles Populaires

Où se cache le bonheur?

À sa recherche, nous courons après les ombres et les mots qui nous éloignent de la réalité, oubliant de profiter du présent en attendant un avenir illusoire. Arrêtez de le chercher.…