Les enfants peuvent également utiliser le masque

Claudina Navarro

Des doutes surgissent lors des sorties ou des courses avec les enfants. Doit-on leur mettre un masque ou pas? Nous essayons de clarifier vos doutes à cet égard.

L' utilisation de masques est de plus en plus répandue . Dans les transports en commun, c'est déjà obligatoire et on pense qu'il le sera également dans les espaces publics. Mais seront-ils pour tout le monde? Aussi pour les enfants?

Le fait essentiel est que les enfants peuvent être infectés et se propager à d'autres tout comme les adultes. Par conséquent, si nous leur apprenons que le port d'un masque est bon pour eux et pour les autres, et qu'ils sont aussi importants que les adultes, ils seront sûrement ravis de le porter.

Les masques sont-ils dangereux pour les enfants?

Les enfants devraient porter des masques en public, principalement pour protéger les autres contre le coronavirus. Des canulars ont circulé pour avertir que le CO2 pourrait s'accumuler sous les masques et que les plus petits ne recevraient pas assez d'air. Cependant, les masques chirurgicaux et les masques en tissu faits maison laissent passer l'air parfaitement et ne peuvent produire aucun type d'étouffement, même chez les personnes qui font de l'exercice.

En fait, l'Association espagnole de pédiatrie considère que le masque ajoute un degré supplémentaire de protection aux enfants à partir de 3 ans. Avant cet âge, il est difficile d'éviter d'être touché ou enlevé à tout moment. Pour les jeunes enfants, la principale mesure de protection reste la distance sociale.

Où portez-vous les masques?

Dans tous les cas, il faut se rappeler que le masque n'est nécessaire que dans les endroits à risque où la distance sociale ne peut être maintenue à tout moment: espaces intérieurs tels que magasins et supermarchés, cliniques et hôpitaux ambulatoires, transports en commun et écoles, si tel était le cas. pour que les enfants retournent en classe. N'oubliez pas qu'il n'est pas vraiment nécessaire pour les enfants d'entrer dans les magasins et les supermarchés.

En revanche, il est vrai que les masques ont des inconvénients: ils réduisent l'expressivité du visage, on ne voit pas les sourires et les grimaces qui font partie de la communication humaine, notamment avec les enfants. Espérons que bientôt nous pourrons revenir à la normalité et que les enfants utilisent toute leur énorme capacité d'adaptation et de résilience.

Comment utiliser correctement le masque (parents et enfants)

Il est important de porter le masque correctement pour garantir une protection maximale aux autres:

  • Si vous choisissez un masque fait maison, si vous le pouvez, faites-le avec du coton biologique (le tissu d'une chemise écologique peut fonctionner pour vous). Vous pouvez le laver avec le reste de vos vêtements de ville à 60 ° C.
  • N'oubliez pas que les masques chirurgicaux doivent être utilisés pendant un maximum de 4 heures. Ensuite, vous devez les jeter.
  • Le masque doit couvrir le nez, la bouche et les joues. Les parents doivent aider leurs enfants à mettre et à enlever le masque, en le tenant uniquement par les élastiques, afin qu'ils ne le touchent pas.
  • L'enfant doit bien se laver les mains à son retour à la maison. Rappelez-lui de ne pas toucher son visage ou son masque à l'extérieur.
  • Les masques humides et n'offrent aucune protection et doivent être remplacés.
  • Vous devez bien laisser sécher le masque que vous avez retiré , le laisser au soleil ou le laver. Vous pouvez le couvrir d'eau bouillante, le laisser tremper pendant dix minutes, puis le laver avec un détergent, l'égoutter et le sécher.
  • Une bonne hygiène des mains, tousser et éternuer dans le coude, et maintenir une distance de deux mètres en public est essentiel pour les enfants et les adultes . Ce sont les meilleurs moyens de vous protéger contre le virus.

Articles Populaires

Reconnectez-vous à notre corps en 7 étapes

Nous sommes notre corps. Mais nous la traitons comme quelque chose d'étranger que nous voulons changer à volonté et qui ne fait que nous apporter de la souffrance. Écoutons-le davantage et faisons-lui confiance…