«Le bonheur marche à votre façon»

Elisabet riera

Il est psychothérapeute, écrivain et l'un des vulgarisateurs les plus brillants de la psychologie positive. Il nous invite à réfléchir sur le sens de la vie.

Né à Buenos Aires en 1949, il est diplômé en médecine et spécialisé en maladie mentale. Auteur de plus de vingt livres à succès, il est rédacteur en chef de Mente Sana depuis son premier numéro. Il coordonne actuellement le projet de développement humain pour tous à l'Universidad Juárez, au Mexique.

Entretien avec Jorge Bucay

Dans votre premier livre, Lettres à Claudia, vous avez dit que «le bonheur consiste à permettre à tous les événements de se produire». Mais des choses nous arrivent dans la vie que nous préférerions éviter. Est-il possible de rendre la douleur et l'acceptation compatibles?

En principe, il n'y a pas de contradiction entre le concept d'acceptation et celui d'adversité, ni de corrélation directe entre le plaisir et le bonheur. Ce petit bonheur qui se confond avec la joie n'est pas le bonheur; c'est de la joie et rien de plus. Le bonheur, ce n'est pas être heureux, c'est parcourir avec certitude le chemin que nous avons choisi pour notre vie et qui donne un sens à notre propre existence.

Vous avez souvent exprimé l'idée que le bonheur n'est pas un lieu, mais un chemin. Que recommanderiez-vous que nous ayons dans notre sac à dos pour rendre le voyage plus enrichissant?
Toutes nos ressources, y compris nos sentiments les plus brillants et les plus sombres, une bonne connaissance de nous-mêmes, nos forces et nos faiblesses, l'amour des amis et, surtout, tous nos rêves.

Le bonheur, ce n'est pas être heureux, c'est voyager avec certitude le chemin que nous avons choisi pour notre vie

Une de ses histoires parlait d'un éléphant enchaîné qui n'osait pas retirer le faible pieu qui le tenait car il avait appris depuis l'enfance que … il ne pouvait pas le faire! Nos croyances sont-elles la principale cause de notre malheur?

Nos comportements sont le résultat de nos croyances, et notre histoire est sans aucun doute le résultat de nos comportements… Par conséquent, notre vie et notre destin dépendent dans une large mesure de nos croyances; et ceux-ci, de nos expériences éducatives et expérientielles.

Parfois, nous n'osons pas du tout être heureux, nous ne nous donnons pas la permission. Parce que?

De nombreuses conditions nous condamnent au malheur, la plupart liées à un mandat ou à une règle que nous avalons avec le lait maternel et aux premiers conseils de nos parents. Mais, en plus, être heureux implique la décision de faire, dire et penser des choses qui ne sont pas toujours applaudies par notre environnement, qui est toujours prêt à répéter cette phrase que ma mère a répétée avec la meilleure intention, mais qui aurait pu causer la pire conséquence. : "Si vous continuez à être comme ça, personne ne vous aimera!"

Ce pari sur soi-même est ce que vous appelez un égoïsme sain. Mais n'est-ce pas plutôt l'altruisme qui peut nous apporter le bonheur? Les études de psychologie positive l'affirment …

Ce n'est pas moi qui vais remettre en question les affirmations de Seligman ou des papes de la psychologie positive, mais je ne comprends pas leur approche comme de l'altruisme. L'altruisme est: les intérêts et les besoins des autres (de tous les autres) avant les miens, et je ne pense pas que ce soit un principe positif, ni pour le bonheur ni pour une vie saine.

À tel point que, en opposition à cette approche, j'ai humblement conçu le concept d'égoïsme solidaire, qui pourrait être décrit comme suit: face au besoin d'un frère (même s'il n'est pas le fils de ma mère) cela me fait tellement plaisir de sentir que je peux aidez-le que, égoïstement, je ne veux pas me priver de le faire.

Et cet égoïsme sain, comment s'intègre-t-il dans les relations, avec l'amour?

Cela correspond absolument. Ce qui ne convient pas, c'est l'association forcée de l'amour avec un partenaire, comme si ces deux concepts étaient nécessairement liés, comme si le lieu où est l'amour, ou où il faut le chercher, était dans le couple et qu'il ne l'est pas. Vous aimez vos amis, vos enfants, vos parents, une ville, une symphonie, un poème, une idée et les gens de mon quartier, de mon pays et, pourquoi pas, de ma planète.

Il ressort clairement de vos textes que le bonheur est lié à la liberté. Mais le contexte socio-économique actuel semble nous laisser peu de place pour cela. Quel espace avons-nous?

Je crois sincèrement que le regard d'une société qui ne laisse aucune échappatoire est désastreux pour notre avenir. Il y a certainement une société qui ne veut pas que nous soyons libres, que nous pouvons choisir et que nous osons voler; Elle s'appelle une société de consommation et elle a besoin de nous captifs pour continuer à vendre ce qu'elle vend, y compris des rêves standardisés soutenus par la promesse du bonheur qui vient de l'avoir et non de l'être.

La pyramide de Maslow, dont vous avez beaucoup parlé dans vos conférences, montre les besoins fondamentaux de l'être humain. Au premier niveau, nourriture et abri. Enfin, la réalisation de soi. Pensez-vous qu'au fil des ans, cela a changé?

Je crois que la sagesse de Maslow maintient dans cette pyramide un guide de ce qui est prioritaire et primaire, et comment traiter d'abord le fond et ensuite le reste. Ce qui a changé, ce sont les éléments qui composent chaque pierre de la pyramide.

Les besoins primaires peuvent être définis différemment, la sécurité est obtenue à partir d'autres réalisations, l'insertion est perçue différemment et le sentiment subjectif de se connaître reconnu et valorisé ne sera plus jamais le même qu'avant l'invention d'Internet et de la force. des réseaux sociaux. Mais, en substance, la pyramide pour se sentir épanoui en tant que personne continue et continuera d'être, je crois, la même.

Articles Populaires

10 aliments pour éliminer les gaz

Les gaz et les ballonnements après avoir mangé peuvent être très gênants. Manger des aliments qui combattent les gaz et ne causent pas de flatulences aidera.…