"Ce qui maintient la vie, ce n'est pas la concurrence, mais l'équilibre"

Jésus Garcia Blanca

La nouvelle biologie nous dit que les virus et les bactéries ne sont pas nos ennemis. En fait, nous sommes une petite planète peuplée de milliards d'êtres minuscules organisés en écosystèmes.

Máximo Sandín est docteur en bioatropologie et diplômé en sciences biologiques. Auteur, entre autres, de Mother Earth, Brother Man: Introduction to Human Ecology (éd. De la Torre) et Penser l'évolution, penser la vie (Crimeales).

«Une lueur d'espoir», c'est ainsi que Máximo Sandín décrit la nouvelle recherche dans le domaine de la biologie, qui permet d'interroger le darwinisme et d'offrir un éclairage nouveau sur notre condition d'êtres vivants. Notre espèce, selon Sandín, est le produit de transformations continues basées sur des virus et des bactéries.

Qu'est-ce que la «nouvelle biologie»?

Bien qu'il n'existe pas en tant que courant établi, il existe des scientifiques qui cherchent un changement dans l'interprétation des phénomènes évolutifs. La biologie conventionnelle reste la conception darwinienne de la vie, basée sur des préjugés culturels et idéologiques, tels que la «lutte pour la vie» de Thomas Malthus et la «survie du plus apte» d'Herbert Spencer, avec la contribution supposée de Charles Darwin, "sélection naturelle."

Et continue…

Par la suite, la soi-disant «synthèse moderne» est basée sur une conception simpliste et réductionniste de la génétique que les nouvelles découvertes et méthodes d'étude s'avèrent fausses. Ce qui entretient et anime la vie, ce n'est pas la compétition entre les êtres vivants, mais l'équilibre, dans lequel tous les composants sont nécessaires à son fonctionnement, de sorte que la nature et la vie ne sont pas le produit du hasard et de la concurrence, mais processus complexes qui peuvent être scientifiquement compris.

Entre le créationnisme des uns et le darwinisme des autres, que proposez-vous?

J'ai d'abord essayé d'examiner les données, puis d'en déduire ce qu'elles signifiaient. Les caractéristiques générales qui en résultent sont, premièrement, que la vie est apparue sur Terre sous forme de bactéries et de virus, et deuxièmement, que les êtres vivants sont formés par une agrégation de ces virus et bactéries ou de leurs descendants.

Et un peu étonnamment

Il a été récemment découvert que 98,5% du génome considéré comme un «ADN indésirable» contrôle et régule en fait les 1,5% restants, là où seuls les gènes étaient considérés. Les deux sont constitués de génomes complets ou de fragments de génomes de virus, de rétrovirus ou d'éléments qui en sont dérivés.

Comment alors expliquez-vous l'évolution?

Les grands cataclysmes produits dans l'histoire de la Terre ont mobilisé des virus et les éléments mobiles des génomes, produisant ainsi les changements de la flore et de la faune que nous appelons évolution, que je préfère appeler «transformation».

Quelle est la différence?

Que ce soit un phénomène individuel mais collectif, car les changements ne se produisent pas au hasard, puisque ces éléments et virus ont tendance à se déplacer vers des endroits spécifiques. C'est une vision globale conforme à la conception de Lamarck, antérieure à Darwin, selon laquelle l'équilibre règne dans la nature et ce qui anime l'évolution est la capacité de réponse des organismes aux stimuli environnementaux.

Pourriez-vous expliquer brièvement les différences qui le séparent du darwinisme?

Contrairement à l'idée darwinienne selon laquelle la vie n'a eu lieu que sur Terre, au hasard et par compétition, je crois que la vie est inhérente à l'univers, même si pour l'instant nous ne pouvons pas savoir quand et comment elle s'est produite. Les darwinistes croient que l'évolution se produit parce qu'un individu subit une mutation aléatoire qui lui donne un avantage sur le reste de son espèce, et ses descendants remplacent les autres par compétition.

Au lieu de cela, la transformation …

Je considère qu'il s'agit d'un changement qui doit être collectif, qui se produit chez de nombreux individus en même temps ou même dans un écosystème, comme en témoignent les archives fossiles. Cela se produit parce que les virus endogènes et certains éléments mobiles qui composent les génomes, en plus de répondre de la même manière au sein d'une espèce, ont la capacité de «transfert horizontal» de gènes entre différentes espèces.

Comment discutez-vous d'un personnage comme celui de Darwin?

Mon «combat» est contre le darwinisme, qui est une création intéressée et étrangère à Darwin. Une série de personnalités influentes du monde scientifique de l'époque, dirigée par Thomas Henry Huxley, l'a «conseillé» en changeant de nombreux contenus de L'Origine des espèces et en ajoutant des justifications rhétoriques pour étayer ses préjugés et son idéologie arriérée: ils étaient tous eugénistes, convaincus que l'héritage humain devait être "amélioré" en empêchant les inaptes de se reproduire. Ces idées ont servi les grands magnats du monde à justifier «scientifiquement» leur soif de pouvoir.

Sommes-nous des bactéries et des virus, comme l'indique le nom de votre site Web?

Cette conclusion est le résultat de la somme des données scientifiques accumulées ces dernières années. Les cellules de notre corps sont des bactéries plus ou moins modifiées. Il y a longtemps, on estimait que nous avions 10 fois plus de bactéries que de cellules dans le corps, mais c'est probablement encore plus. Ces colonies bactériennes se sont avérées contrôlées par des "phages", des virus bactériens qui régulent les populations et exercent des fonctions de communication entre leurs composants. En d'autres termes, ce sont eux qui «contrôlent» notre corps.

Et notre génome?

La majeure partie de notre génome est soit d'origine bactérienne, soit provient de virus qui ont inséré leurs séquences génétiques dans les bactéries à l'origine de la cellule, et plus tard dans les différents organismes. Cela montre qu'il y a des conceptions profondément enracinées qui doivent être combattues, telles que la considération des virus et des bactéries comme des «ennemis», et d'autres qui doivent être complètement repensées, comme les «maladies génétiques».

Ne devrions-nous pas combattre les virus?

Ce qui peut être plus inquiétant, c'est la lutte contre les virus dès leur découverte. L'aspect pathogène des bactéries et des virus peut survenir lorsqu'une «agression» environnementale (dans de nombreux cas d'origine humaine) modifie leurs activités.

Et au-delà de l'être humain?

On peut dire la même chose: les impressionnantes fonctions biogéochimiques des bactéries et des virus dans la nature commencent à être comprises. Il y a plus de 100 millions de bactéries par gramme de sol sans lesquelles les plantes ne pourraient exister. Les bactéries du sol «recyclent» les déchets et les organismes morts, «nettoient» les substances toxiques et rendent l'azote de l'atmosphère disponible pour les plantes.

Partout…

Des figures similaires existent dans l'air et dans les eaux marines et fluviales et remplissent des fonctions similaires, y compris la formation de nuages ​​et de flocons de neige. Parmi eux, il y a toujours les virus, qui sont ceux qui échangent des informations entre les bactéries et contrôlent leurs écosystèmes. Non seulement on peut dire que nous sommes des bactéries et des virus, mais les bactéries et les virus sont la vie. Pouvez-vous concevoir quelque chose de plus différent de l'histoire qu'ils nous ont racontée?

Devrions-nous changer les manuels de biologie alors?

Le vrai problème, ce ne sont pas les livres; le modèle social devrait être changé. L’enseignement public, gratuit et obligatoire n’a pas vu le jour dans le but de promouvoir l’égalité des chances, mais dans le but de rendre les travailleurs plus efficaces et de former la population d’une manière contrôlée, adaptée aux intérêts du pouvoir établi. Les écoles sont des centres d '«instruction», de «standardisation» mentale et le contenu est contrôlé par «l'autorité». Bien sûr, ce qui n'est pas encouragé, c'est la créativité et, encore moins, l'esprit critique.

La science échappe-t-elle aux mains des humains?

La science, vraie science, apporte des choses merveilleuses à nos yeux. N'est-il pas merveilleux de savoir que chacun de nous est une petite planète peuplée de milliards d'êtres minuscules organisés en écosystèmes qui «travaillent» pour la maintenir en vie? Lorsque la science et la technologie sont mises au service du pouvoir, c'est quand elles peuvent devenir un instrument d'oppression. La manipulation de processus biologiques, sans vraiment connaître leur fonctionnement ni leurs conséquences, par des entreprises du mal nommé «génie génétique» ou «biotechnologie» a montré qu'elle peut constituer un grave danger pour l'humanité. C'est la science qui échappe aux mains des humains. Même ceux qui croient le contrôler.

Articles Populaires

Açaí: le super aliment de l'Amazonie

Ce petit fruit a une grande capacité à renforcer l'organisme et à ralentir la détérioration de l'âge. Essayez-le sous forme de supplément en poudre.…