La revue Nature publie une étude en faveur de l'homéopathie

Claudina Navarro

L'étude prouve qu'une préparation ultra-diluée à base de Rhus toxicodendron possède des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

Nature, l'éditeur scientifique le plus prestigieux et le plus rigoureux au monde, a publié une étude qui démontre l'action thérapeutique d'un médicament homéopathique.

La recherche conclut que les préparations de Rhus toxicodendron «présentent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires significatives».

Encore plus: dans les dosages 24X et 30X, il a des effets analgésiques extraordinaires sur la douleur neuropathique qui égalent les résultats d'un médicament conventionnel, la gabapentine, mais sans aucun effet secondaire.

Une autre étude prouve que les préparations homéopathiques ne sont pas un placebo

Il faut se rappeler que la position des soi-disant sceptiques ou fervents défenseurs de l'orthodoxie scientifique - malgré des études scientifiques comme celle publiée par Nature et de nombreuses autres précédentes (voir les références de l'étude elle-même) - assure qu'à ces dilutions aucune substance ne peut causer n'importe quel effet sur le corps.

Quiconque pense à l'effet placebo peut oublier: l'étude a été réalisée avec cinq groupes de souris et avec des cultures cellulaires. Différents groupes de souris ont reçu un placebo, la dilution homéopathique ou le médicament analgésique.

Les scientifiques décrivent de manière très détaillée les effets de la préparation homéopathique sur les cellules nerveuses et les modifications d'un grand nombre de marqueurs biologiques (cytokines, espèces d'oxygène rhéatique, superoxyde dismutase, catalases), ainsi que dans le comportement des souris.

Les auteurs concluent que la préparation homéopathique avec Rhus toxicodendron a un potentiel thérapeutique dans le traitement de la douleur neuropathique (comme, par exemple, la douleur du nerf sciatique très courante). Et ils le considèrent très probablement efficace dans d'autres maladies douloureuses.

Nature examinera l'article en raison des critiques reçues

95% des études envoyées à Nature ne sont pas publiées car elles ne passent pas le "peer review" rigoureux (experts dans le domaine sans rapport avec le groupe de recherche ni intérêt). Par conséquent, les conclusions d'un travail publié par Nature ont le plus haut degré de preuve possible sur le sujet étudié et sont généralement largement acceptées par la communauté scientifique mondiale.

Cependant, les scientifiques mobilisés contre l'homéopathie en principe se sont déjà approchés de la Nature, exprimant leurs objections et exigeant la rétractation de l'article. Ils affirment avoir découvert des données en double et des incohérences. La direction du magazine a annoncé qu'elle évaluerait leurs arguments et prendrait une décision.

La recherche a été conçue et dirigée par les Drs Chandragouda R. Patil, de l'Institut Patel pour l'enseignement et la recherche pharmaceutiques à Dhule, en Inde, et Chanakya Nath Kundu, de l'Institut de technologie industrielle de Kalinga (institution universitaire).

Aucun des chercheurs participants n'a de conflits d'intérêts.

Articles Populaires

L'amour des parents aux enfants (et vice versa)

Lorsque les parents vieillissent, notre relation est souvent teintée de ressentiment, de culpabilité ou d'épuisement. Nous sommes tous des adultes et il est temps de reformuler les règles: à présent, les soins et les conseils vont et viennent par amour et non par obligation.…

L'élixir d'amitié

Les six secrets pour ne jamais manquer de bonne compagnie ou de coup de main.…