"Ne pas faire souffrir les animaux est une priorité absolue"

Ana Montes

Le philosophe français Frédéric Lenoir rejoint le combat pour la défense des animaux dans une perspective éthique et juridique: la reconnaissance de leurs droits est urgente.

Les vidéos sur la surexploitation des animaux dans les fermes intensives ont provoqué le dégoût et la douleur de Frédéric Lenoir lorsqu'il les a vues, et elles l'ont amené à écrire une Lettre ouverte aux animaux (Ariel, 2022-2023).

"Gandhi nous a dit que la valeur d'une civilisation est sa manière de prendre soin des plus faibles et ce sont les animaux, complètement à la merci des hommes car ils n'ont pas de voix pour se défendre. Nous devons donc le faire pour eux", dit-il. Lenoir, nous mettant au défi de démontrer notre supériorité morale.

Frédéric Lenoir, pour les droits des animaux

L'intérêt de Frédéric Lenoir pour le bien-être animal n'est pas nouveau. En tant que militant pour les droits des animaux, il a également fondé l'association Ensemble pour les animaux, puis cofondé SEVE, Savoir Être et Vivre Ensemble.

En plus d'être philosophe, sociologue et historien des religions, l'auteur de plus de 50 ouvrages, dont des essais, des romans et des histoires. Nous avons parlé avec lui de sa compréhension de la défense des droits des animaux.

-Est-ce que l'expansion des droits des animaux restera une utopie ou une autre conscience se forgera-t-elle?
- Je suis extrêmement optimiste. Je crois que tout peut beaucoup changer, même si les habitudes alimentaires sont profondément enracinées.

De plus en plus de gens dénoncent la manière dont les animaux sont traités en élevage intensif, et de plus en plus de gens s'intéressent à leurs caractéristiques, sensibilités et intelligences. Par exemple, les enfants, qui auront un comportement différent de celui de nos générations.

C'est pourquoi la loi va évoluer, comme nous le voyons déjà dans les considérations prises au niveau européen, dans lequel les animaux ont un statut qui a évolué. Aujourd'hui, de nombreux pays les reconnaissent comme des êtres sensibles que nous devons protéger.

-Quel est le droit le plus important et le plus urgent que les animaux devraient déjà acquérir?
-Ne pas les faire souffrir est la priorité absolue. Toute souffrance inutile doit être interdite.

Dans le cas d'un abattage à l'abattoir, il faut faire son étourdissement au préalable. Et dans la vivisection, il existe de nombreuses méthodes alternatives pour éviter la mort.

-Les animaux biologiques ne sont pas épargnés aujourd'hui par les massacres sanglants… Pourquoi les agriculteurs ne peuvent-ils pas utiliser les abattoirs mobiles s'ils sauvent la souffrance?
-Parce que les abattoirs fixes, avec des conditions d'hygiène très rigoureuses, font pression pour que la loi interdise les téléphones portables.

C'est pourquoi une série d'associations se battent pour permettre l'abattage à la ferme. La solution a été trouvée par des pays du nord de l'Europe comme la Norvège; ils ont créé des camions très modernes où les animaux sont abattus sans ressentir de stress ni d'angoisse, sans même s'en rendre compte, et où ils sont congelés au moment de la découpe.

Achetez moins de viande

-Nous avons de plus en plus d'animaux domestiques mais plus de viande est consommée. Est-ce une contradiction?
-C'est le résultat de la schizophrénie dans laquelle nous vivons. Nous avons nos animaux à proximité et c'est pourquoi nous les comprenons.

Mais vous devez connaître la réalité car ce que nous ne voyons pas et ne savons pas ne nous émeut pas et ne génère pas de culpabilité. C'est ce qui arrive lorsque nous découvrons la souffrance derrière la viande que nous consommons. En voyant comment vivent ces animaux d'élevage, nous ne pouvons plus le supporter.

C'est pourquoi au cours des trois dernières années de nombreuses personnes en France sont devenues végétariennes, car elles ont vu des vidéos insupportables sur la souffrance animale dans le bétail qu'elles n'imaginaient pas.

-Derrière il y a un empire commercial qui n'est pas si facile à démanteler…
-Le mieux, c'est que les consommateurs achètent moins de viande. Et une fois que l'industrie verra cette réduction de consommation, elle devra changer ses pratiques si elle veut survivre. Ce n'est pas impossible.

De plus en plus de gens achètent des œufs bio et fermiers et de plus en plus de restaurants proposent des menus végétaliens ou indiquent l'origine de leurs animaux. De plus, il y a toute une éducation que nous devons mener sur l'alimentation végétarienne, qui, bien que saine, est perçue comme peu savoureuse et triste.

Choisissez des êtres vivants moins sensibles

-Au moment de la consommation animale, vous marquez une hiérarchie ou faites une distinction entre les espèces …
-Nous devons partir du fait que notre loi de vie est de se nourrir d'un autre être vivant, que ce soit un végétal ou un animal, car même une carotte a aussi une sensibilité .

Mais il faut choisir, et le choix est de manger des animaux ou des légumes les moins intelligents, conscients et sensibles à la souffrance. Alors il vaudra mieux tuer un insecte, une protéine recommandée par l'Organisation mondiale de la santé, qu'une vache.

Tous les animaux peuvent avoir des sentiments, mais il faut voir quel est le degré d'évolution des émotions, de la souffrance et de l'intelligence de chacun.

-Le changement climatique et le manque de ressources naturelles forceront un changement de régime alimentaire vers le véganisme ou le flexitarisme. Voyez-vous cela comme une opportunité?
-Dès qu'un hectare permet de nourrir trois carnivores ou cinquante végétariens, il faut accepter que l'humanité soit obligée de réduire considérablement sa consommation de viande car, en plus, l'eau se fait rare et le bétail est la deuxième cause du réchauffement global.

Le plus terrible, c'est que, alors qu'on en prend conscience, les pays émergents comme la Chine ou l'Inde veulent manger comme les occidentaux et augmenter leur consommation de viande.

Allez végétarien

-Comment accéder au végétarisme auquel vous aspirez?
-Devenir végétalien du jour au lendemain semble parfait, mais la vérité est que peu de gens peuvent le faire.

Je n'achète plus de viande, seulement du poisson, car je pense que ça fait du bien de manger un peu de protéines animales, mais avec le temps j'espère devenir végétarien strict. Il est donc préférable de le faire par étapes, de diminuer la consommation de viande ou, en tout cas, de n'acheter que ce qui provient de l'élevage extensif.

-Dans quelle mesure l'homme s'est-il dissocié des animaux aujourd'hui?
-Quand j'étais petite, dans la ville où je passais l'été, tout le monde avait des cochons, des moutons, des poulets et ils ressentaient beaucoup plus de respect pour eux.

Tous les deux ou trois ans, un cochon était tué et cela faisait partie des étapes de sa vie. Mais aujourd'hui, il n'y a presque pas d'agriculteurs qui sont en contact avec les animaux car 90% de la viande que nous consommons provient de l'élevage industriel.

-Une réalité comme celle-ci…
-Si nous vivions au contact des animaux, nous prendrions conscience avant leur souffrance, de leurs différentes qualités et formes d'intelligence. Les connaître est le meilleur moyen de les respecter car ils ne sont pas si différents de nous.

-Le livre comprend de grands défis tels qu'aucun humain n'aura le droit de posséder un animal, de l'acheter ou de le vendre, ou qu'il y aura des avocats qui les défendent …
-Lorsque nous reconnaissons les droits des animaux, il peut y avoir des avocats qui comparaissent en tant que partie civile pour les défendre contre leur propriétaires lorsqu'ils ne reçoivent pas un bon traitement.

Mais je ne pense pas que tous les animaux doivent être renvoyés dans la nature. Pour les animaux domestiques, nous avons besoin de la figure du propriétaire car ils dépendent de lui pour la nourriture et les soins.

De plus, beaucoup ont trouvé un lien avec l'homme et il doit être utilisé de manière positive; par exemple, pour aider les enfants autistes… Cela profite aussi aux animaux parce qu'ils ont aussi de l'empathie pour les êtres humains.

Articles Populaires

Francesc Torralba: "Cette crise de peut inaugurer un nouveau mode de vie"

Ils disent que plus rien ne sera plus jamais pareil, mais ... et si ce qui allait arriver était bien mieux? Le philosophe Francesc Torralba maintient dans son nouveau livre `` Vivre dans l'essentiel. Idées et questions après la pandémie & quot; (Plateforme éditoriale) que pendant cette crise, nous avons tiré des leçons puissantes qui pourraient b…