"Nous devons apprendre à désapprendre"

Beatriz Barco

Le communicateur scientifique Eduardo Punset a analysé les clés scientifiques qui expliquent l'amour et le bonheur. À la suite de cette analyse, il a expliqué les performances surprenantes de notre cerveau et nous a donné des indices pour améliorer ses performances et exploiter ses capacités au maximum.

Eduardo Punset a interviewé les scientifiques les plus importants et a été l'auteur, entre autres, de The Journey to Happiness ou The Journey to Love (Destiny). Dans ses livres, il nous a expliqué que la puissance mentale de chacun est plus importante que nous ne le pensons. «Après avoir fouillé dans l'esprit, j'en suis venu à la conclusion que c'est le seul pouvoir qui existe, il n'y a pas d'autre pouvoir comparable», explique-t-il.

-Pourquoi en es-tu si sûr?
C'est le seul qui nous donne la capacité de repenser notre propre cerveau, et c'est quelque chose que nous ne croyions même pas jusqu'à récemment, et qui va également révolutionner le monde. Je vois des gens pessimistes et leur demande: «Pourquoi? Si vous avez le pouvoir de changer d'avis et d'être optimiste… ».

-Peut-on vraiment changer notre cerveau?
-Nous avons une preuve de l'énorme plasticité du cerveau dans la célèbre expérience des chauffeurs de taxi londoniens. Leur hippocampe - qui est une zone du cerveau liée à la capacité de se souvenir - s'est avéré plus volumineux car ils devaient étudier pendant trois ans et faire beaucoup plus de mémoire que les Londoniens moyens pour faire leur travail. Il nous appartient de nous moduler. Les gens n'ont pas encore réalisé ce que cela signifie.

-Et pourquoi est-ce si difficile pour nous de le réaliser?
-Parce que nous sommes le contraire des crustacés. Ils ont le squelette à l'extérieur et la viande à l'intérieur, et nous avons la viande à l'extérieur et le squelette à l'intérieur, donc nous sommes extrêmement familiers avec la viande. Par exemple, je sais pourquoi j'ai la chair de poule, je sais aussi que si je fais de l'exercice, les muscles sortent … La viande n'a pas de secrets. On la voit toute la journée. Maintenant, du cou vers le haut, le contraire est vrai. Nous avons le crâne, le squelette, qui recouvre la chair du cerveau. Il est caché, on ne sait rien, on n'en a jamais entendu parler.

C'est impressionnant de penser comment des gens ont pu vivre des millions d'années sans savoir ce qui se passait en eux. Souffrir, se sentir coupable, travailler comme un fou, tomber amoureux, tomber amoureux, perdre la mémoire, avoir des enfants … ne jamais savoir pourquoi. Pour cette raison, creuser enfin dans le cerveau, soulever le crâne, le squelette et pouvoir le voir grâce aux nouvelles technologies, comme la résonance magnétique, transforme déjà la vie.

-Et comment allez-vous le transformer?
-Il me semble absolument impensable que, quand on découvre enfin le cerveau, on ne puisse pas le transformer de la même manière qu'on corrige notre poitrine, nos hanches, une ride … Nous sommes, par les courants électromagnétiques, à réduire la toxicomanie, et nous allons nous libérer des souvenirs qui nous hantent, qui nous dérangent. Nous allons trouver un moyen d'augmenter la compassion, la générosité, l'altruisme… Une des conséquences de la découverte du fonctionnement du cerveau sera une grande réforme éducative, à laquelle il y a encore beaucoup de résistance.

-Comment l'éducation va-t-elle changer ou est-elle en train de changer?
- Il est inévitable qu'un changement se produise. Il existe déjà un consensus international sur les deux principes fondamentaux qui présideront à cette grande réforme. Le premier est que les enseignants seront un peu moins concernés par la distillation des connaissances académiques dans l'esprit des enfants, et bien plus par l'enseignement, en apprenant à gérer la diversité caractéristique d'un monde de plus en plus globalisé, dans lequel chacun est de sa mère et son père, d'ethnies différentes. Nous ne savons toujours pas comment gérer cette diversité.

-Et le deuxième principe?
-Cette grande réforme éducative sera également marquée par l'introduction de l'apprentissage social et émotionnel. Nous allons apprendre à gérer ce que des personnes aussi diverses ont en commun. Et ce qu'ils ont en commun, ce sont les émotions: la colère, le mépris, la surprise, le bonheur … C'est impressionnant, cela n'avait pas été fait auparavant.

-Pourquoi l'éducation des enfants est-elle si importante?
-Parce que, au fond, toute ta vie dépend de ce qu'ils t'ont fait depuis le ventre de ta mère jusqu'à tes sept ans. Ils vous apprennent à écrire, parler, rêver, imaginer, prédire … Ce que nous avons maintenant découvert, c'est que dans ces sept années, soit vous acquérez deux certitudes, soit vous allez passer un très mauvais moment en grandissant, en moyenne … Vous allez être accro à quelque chose, soit vous ne trouverez pas de travail, soit vous serez malheureux …

-Et quelles certitudes sont celles qui déterminent notre bonheur?
-Ils doivent vous avoir donné une certaine estime de soi, suffisante pour traiter avec le voisin; Parce que, comme je l'ai dit, lorsque vous montez dans un ascenseur, les gens sont très polis et disent bonjour. Mais ne lui faites pas confiance. Certains vous aideront, mais d'autres vous manipuleront … et vous devez avoir confiance en vous pour y faire face. Par contre, ils ont dû très bien vous traiter … Ils ont dû vous sortir rapidement de la crèche quand vous brailliez, ils ne doivent pas vous avoir laissés seuls à l'école en attendant d'être pris en charge … Ils doivent vous avoir si bien traités que vous devez avoir eu un désir fou de continuer à approfondir la connaissance et l'amour du reste du monde. Et vous voyez ça à l'école, dans l'entreprise, partout.

Il y a des gens qui viennent dans le monde des adultes avec méfiance, et puis il y a les privilégiés qui viennent avec cet esprit de continuer à approfondir. Donner de l'importance aux premières années est quelque chose de nouveau… Nous ne savions rien… Ils m'appellent des institutions et ils me disent: «Eduardo, donne une conférence sur le fossé des générations». Et je leur dis: «De quel abîme parlez-vous? Si ce que nous avons avec les jeunes est un dénominateur commun, c'est notre ignorance sur le dos sur le fonctionnement du cerveau! ». Et c'est dans ce sens qu'une nouvelle ère s'ouvre.

-Et que devons-nous apprendre du cerveau?
-D'abord, nous devons apprendre à désapprendre. Nous devons désapprendre de nombreuses idées héritées qui ne nous sont d'aucune utilité mais que nous acceptons sans demander pourquoi. Nous devons apprendre à nous déconnecter partiellement de l'univers, de ce qui nous entoure. Pour cela, il est utile de changer d'environnement, d'arrêter d'aller dans les bars où nous allions, de changer de partenaire, de changer de métier, de pays, de langue … cela nous aide à désapprendre, à voir les choses sous un autre angle. Si nous ne changeons pas notre environnement, il nous est difficile de changer d'avis. Et nous devons apprendre à le faire. Heureusement, il y a des crises qui nous obligent à changer, même si nous ne le voulons pas. Ils nous permettent d'innover.

- Dans quoi devons-nous innover?
-Dans beaucoup de choses. Par exemple, il y a une pensée héritée qui nous amène à ne regarder que ce qui se passe en nous. En ce sens, je suggère que l'une des rares contributions positives du communisme est l'idée opposée. Mes camarades communistes ont parlé de l'erreur de toujours regarder leurs intestins. Il faut regarder le reste du monde car il faut le transformer. Nous sommes des animaux sociaux et, par conséquent, le troupeau, le sentiment d'appartenance, est très important, même si nous ne le réalisons pas. Nous devons retrouver cet intérêt pour les autres, qui est plus ancien que l'intérêt pour soi-même. Maintenant, la science en débat.

-Est-il réel, alors, que l'intérêt pour le groupe soit plus ancestral que l'intérêt pour soi-même?
-Oui. Notre capacité à réfléchir sur nous-mêmes est ce que nous appelons la conscience. Et il s'avère que la conscience est une invention très récente. Il semble que la réflexion réflexive soit apparue dans les premières colonies agraires ou un peu plus tôt, il y a environ 20 000 ans. Par conséquent, la majeure partie de notre histoire précédente, qui a duré des centaines de milliers d'années, s'est déroulée sans conscience, basée sur la pensée réflexe, la réaction automatique. La méfiance qui existe contre l'inconscient, contre l'intuition, est absurde. L'intuition est au moins une source de connaissance aussi valable que la raison.

-Est-ce que nous ferions mieux de faire confiance à notre intuition et nos émotions?
-Nous nous sommes toujours améliorés. L'humanité a survécu grâce à un optimisme accru. Il y a une scientifique anglaise qui travaille sur ces questions et elle me dit: "Eduardo, trouve-moi quelqu'un de pessimiste", car cela lui coûte cher, contrairement à l'opinion la plus répandue. Même en temps de crise, les gens pensent qu'ils seront les derniers à perdre leur emploi, que leurs enfants seront les derniers à être expulsés de l'école… C'est cet optimisme atavique qui nous a permis de survivre.

Articles Populaires

Pourquoi ne répondez-vous pas aux messages?

Actuellement, une grande partie de la fréquentation se fait par téléphone. Et il n'est pas facile de savoir ce que ressent l'autre personne si on ne peut pas le regarder dans les yeux et voir comment tout son corps s'exprime. Cependant, il existe un moyen très simple de savoir si l'autre personne s'intéresse ou non à vous: si elle répond à vos messages, ou non.…