Table des matières

En Amérique du Sud, plus de 300 000 hectares de terres sont consacrés à la culture du soja pour nourrir le bétail, alors qu'une grande partie de la population meurt de faim. Ces données servent à nous donner une idée des paradoxes qui existent dans la production et la distribution des aliments. Un voyage sur l'alimentation et la mondialisation qui recueille les témoignages d'agriculteurs, de pêcheurs et de dirigeants de grandes entreprises avec un seul objectif: savoir si quelque chose peut être fait pour éradiquer la faim dans le monde.

* Dans une ville comme Vienne, 5 tonnes de pain manufacturé sont jetées quotidiennement. Une grande partie des céréales avec lesquelles ce pain est fabriqué est importée d'Inde, un pays où 200 millions de personnes souffrent de malnutrition.

* Dans le plus grand marché agricole d'Afrique, Sandagar, dans la ville de Dakar (Sénégal), vous pouvez trouver des fruits et légumes européens à un prix trois fois inférieur à celui des marchés locaux. Cela signifie que les agriculteurs locaux n'ont aucune possibilité de vendre leurs produits et finissent par quitter la campagne pour émigrer vers l'Europe riche à la recherche de travail, peut-être dans les serres d'El Ejido, (25000 hectares de serres, plus que la Belgique et la Hollande ensemble), d'où proviennent les produits qui ont ruiné l'industrie de son pays natal. À son tour, l'agriculture sénégalaise délabrée est acquise à un prix avantageux par des multinationales européennes comme Nestlé.

* En Roumanie, les agriculteurs sont tentés d'utiliser des semences hybrides dans leurs cultures grâce à des subventions. Ces types de semences ne sont pas réutilisables et, en outre, les fruits qu'elles donnent sont de moins bonne qualité que ceux des cultures traditionnelles. Dans tous les cas, l'Union européenne encourage son utilisation, même si elle ne profite ni à l'agriculteur ni au consommateur. Une fois que les agriculteurs sont dépendants de ces semences, leurs subventions sont retirées et ils sont laissés à la merci de l'entreprise qui vend les semences. Pioneer dans ce cas.

Nous nourrissons le monde soulève ces cas et d'autres, comme la pêche artisanale VS la pêche industrielle sur les côtes françaises, la culture du soja sur la forêt dévastée d'Amérique du Sud ou l'implantation d'immenses fermes industrielles dans le premier monde, et explique quelle est la relation entre ce type de pratique et le fait que chaque jour dans le monde des dizaines de milliers de personnes meurent de faim ou des conséquences de la malnutrition.
Jean Ziegler , Rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l'alimentation entre 2000 et 2008, est chargé de contextualiser chacun des exemples que nous voyons dans le documentaire en relation avec le problème de la faim dans le monde.

sauvegarder

Articles Populaires

La fibre prévient l'asthme

Les fibres améliorent la santé du microbiote intestinal, réduisent l'inflammation des poumons et les rendent moins sensibles aux allergènes.…

Rencontres avec Max: Parlez du cœur

Avant d'affronter un conflit, il faut être conscient de nos sentiments. Cette compétence nous aidera à établir de bonnes relations personnelles.…