Table des matières

Les usines parviennent à rendre l'eau potable Une entreprise d'Estrémadure parvient à récupérer les déchets organiques en remplaçant les usines de traitement par des légumes

Récupérer une marchandise aussi rare que l'eau qui atteint les égouts a depuis longtemps cessé d'être une option et est devenue une obligation. Du rejet irresponsable directement dans la mer ou dans les rivières, il s'est tourné vers son traitement chimique et, plus tard, vers l'utilisation de bactéries pour l'assainir. Mais cette valorisation biologique pose deux problèmes: son coût et la génération de boues à traiter.

La solution proposée par une entreprise espagnole est aussi naturelle qu'avancée: utiliser les usines comme stations d'épuration. Les eaux usées, après filtration des éléments solides, sont encore riches en matière organique, en minéraux et en microorganismes potentiellement pathogènes. Pour les récupérer, l'homme profite des bactéries, qui dégradent la matière organique, la convertissant en CO2. Pour leur processus métabolique, ces micro-organismes ont besoin d'oxygène. Dans les stations d'épuration traditionnelles, le gaz est soufflé dans l'eau au moyen de turbines.

Les turbines ont été remplacées par des roseaux, des roseaux et des roseaux

Chez Aquaphytex, une entreprise d'Estrémadure, ils ont changé les turbines pour eneas, roseaux, roseaux et autres plantes communes des berges. Ces légumes ont la particularité d'injecter de l'oxygène de l'air vers leurs racines. Ce qu'ils vendent chez Aquaphytex est un système qui met les plantes en suspension au-dessus de l'eau. Ses racines fournissent l'oxygène dont les bactéries ont besoin et, en plus, elles captent le CO2 émis et prélèvent les minéraux et les nitrates de l'eau, la laissant plus purifiée. La société Extremaduran est membre du Red emprendeverde, une plateforme promue par la Fondation Biodiversité et spécialisée dans les affaires vertes.

Comme l'explique Alfredo Rodríguez, directeur de Macrofitas, partenaire technologique d'Aquaphytex et qui a breveté le système, «l'apport naturel en oxygène permet d'économiser 80% de la dépense énergétique des systèmes mécaniques». De plus, laisser les usines faire le travail évite les odeurs de ces installations et remplace l'impact visuel des réservoirs en béton. Le processus élimine pratiquement les boues résiduelles.

Bien que l'installation de ces plantes ait été limitée à des populations petites et moyennes, les responsables veillent à ce qu'elle soit applicable à grande échelle. De plus, il pourrait être utilisé pour le traitement des eaux industrielles ou pour la purification des eaux insalubres. Les deux entreprises se souviennent fièrement de leur projet social au Mali. Là, l'une de ses installations prend l'eau du fleuve Niger et la rend potable pour 8 000 personnes. Dans cette communauté, le choléra a disparu et la mortalité infantile a été réduite de 75%.

Funete: http://www.publico.es/ciencias/378785/las-plantas-logran-potabilizar-el-agua

En réalité, ce n'est pas une nouveauté puisque depuis un certain temps le pouvoir purificateur d'eau des plantes est utilisé dans diverses entreprises écologiques et de permaculture, recyclant principalement les eaux dites grises (évier, douche, machine à laver, etc.). utilisation si massive et par les entreprises

Recyclage des eaux grises

En moyenne, chaque personne dépense en moyenne 100 à 120 litres d'eau potable par jour. Environ la moitié de cette eau est utilisée pour le nettoyage du corps et la lessive.

Les drains générés sont des eaux grises, comme le décrit sa définition: «Les eaux grises sont la partie des eaux usées domestiques exemptes de matières fécales et de drains de cuisine». Le degré de sa contamination est relativement faible et ne nécessite pas de traitement majeur pour remplacer l'eau potable, ayant une qualité et un coût supérieurs, dans les zones où cette qualité n'est pas nécessaire, comme les citernes de salle de bain, l'irrigation, etc.

Il est possible de mettre en œuvre des systèmes de recyclage des eaux grises pratiques et simples, par exemple les «filtres de jardin» qui consistent en un siphon qui retient les graisses provenant principalement de la cuisine. Par la suite, cette eau prétraitée est dirigée vers une jardinière étanche, où sont plantées des plantes des marais, qui se nourrissent de détergents et de matière organique, évaporent l'eau et la purifient ainsi, avec lesquelles jusqu'à 70 peuvent être sauvées. % de l'eau, qui à son tour peut être utilisée pour l'irrigation.

Il existe également le système de «paillage», qui consiste à diriger les eaux grises dans des fossés remplis de paillis, généralement composés d'écorce d'arbre broyée, de paille ou de feuilles, qui se charge de traiter l'eau et d'augmenter la richesse du sol en continuant à un processus de compostage.

Une méthode très simple consiste à utiliser l'eau que la machine à laver évacue, et même de la douche et à se laver les mains et la vaisselle, pour la citerne des toilettes.

De plus, l'utilisation des eaux grises est excellente pour compléter l'irrigation des légumes, car les mêmes potassium, phosphore et azote contenus dans les détergents aident à fertiliser les sols.

Les avantages de la réutilisation des eaux grises comprennent une moindre utilisation d'eau douce, moins de débit vers les fosses septiques ou les stations d'épuration, une purification très efficace, une solution pour les endroits où aucun autre type de traitement ne peut être utilisé, une moindre utilisation d'énergie et de produits chimiques par pompage et traitement, la possibilité de planter des plantes là où il n'y a pas d'autre type d'eau, ou la récupération des nutriments perdus.

Cependant, les systèmes de réutilisation de l'eau ne peuvent être utilisés nulle part, car un espace suffisant est nécessaire pour permettre au processus de traitement de l'eau de se développer et de répondre aux conditions climatiques appropriées. Il faut garder à l'esprit que bien que les eaux grises ne soient normalement pas aussi dangereuses pour la santé ou l'environnement que les eaux noires, provenant des toilettes, elles contiennent des quantités importantes de nutriments, de matière organique et de bactéries, donc si ce n'est pas fait un traitement efficace avant le rejet ou la réutilisation, provoque des effets nocifs pour la santé, la contamination de l'environnement et une mauvaise odeur.

Articles Populaires