La seule gifle dans le temps est celle qui n'est pas donnée

Carlos Gonzalez

Nous n'autoriserions jamais un adulte à frapper un enfant… à moins que ce ne soit votre enfant. Cachets, fessées… Les châtiments corporels sont de la violence, de l'abus et c'est inacceptable.

Cachetes.

Cachète les enfants, c'est entendu . Cela va sans dire, car qui d'autre allait-il donner une fessée? Cachets chauffeurs de taxi, serveurs, conjoints, détenus, étudiants, clients? Bien sûr que non!

Les gifles sont toujours pour les enfants . Pas pour tous les enfants, bien sûr. Les gifles sont pour les enfants ou pour les étudiants. Nous ne permettrions jamais à un autre adulte, un étranger, de frapper un enfant.

Seuls les parents et les enseignants, précisément les personnes en qui l'enfant a le plus confiance - ceux qui ont l'obligation morale et légale de le protéger -, nous leur permettons de frapper les plus petits.

Une claque "dans le temps", bien sûr. À temps pour empêcher l'enfant de tomber sur la voie du vice et du crime? A temps, je pense plutôt, pour pouvoir le gifler en toute sécurité.

Sans danger de nous le rendre , comme cela pourrait bien arriver à 15 ans, alors que beaucoup sont déjà plus grands et plus forts que leurs parents. Sans le danger qu'il nous regarde avec étonnement ou reproche , qu'il nous demande: «Mais, papa, maman, qu'est-ce que tu fais?», Comme cela pourrait bien arriver à 10 ans, même plus tôt, alors que certains ont déjà plus de bon sens et plus de stature morale que leurs parents.

Car si quelque chose distingue les partisans de la gifle, c'est leur courage: le courage de leur faire face seuls, désarmés, terribles enfants de deux ans, petits tyrans de quatre ans. Courage de reconnaître que face à un comportement inapproprié de la part d'un jeune enfant, il ne peut penser à aucune autre réponse qu'une gifle.

Comment peut-il y avoir débat?

Il y a de nombreuses années, une station de radio m'a appelé. Le Parlement espagnol débattait de la loi interdisant aux parents de frapper leurs enfants et ils voulaient inviter quelqu'un pour et quelqu'un contre les gifles. "Mais vous n'allez trouver personne en faveur," leur dis-je, surpris.

Je sais qu'il y a beaucoup de gens qui sont en faveur des gifles. Mais y a-t-il quelqu'un avec un certain niveau pour aller à un débat à la radio (un éducateur, un psychologue, un pédiatre, un philosophe …) qui est en faveur de frapper les enfants et qui n'a pas honte de le dire en public?

Je pensais naïvement non. Mais à ma grande surprise, oui, il y avait un psychologue qui a défendu la commodité et l'utilité de gifler des enfants.

Le plus incroyable, ce sont les appels du public. Je m'attendais à entendre des situations extrêmes; Je ne sais pas, "mon fils de 15 ans a abusé d'une fille de 12 ans, et je l'ai giflé", ou "ma fille et ses amis ont intimidé un autre garçon pendant des semaines, et je l'ai giflé."

De telles gifles que je n'aurais pas approuvées car, bien sûr, frapper un enfant ne me semble pas une méthode utile pour lui apprendre à ne pas utiliser la violence. Mais peut-être aurait-il compris. Peut-être aurait-il compris l'erreur d'un parent qui perd son sang-froid à cause d'un problème grave et agit sans réfléchir . Mais ceux qui ont appelé la radio n'ont même pas été confrontés à des problèmes similaires. Ils se justifiaient par de très mauvais arguments : «Comment expliquer autrement à une fille qu'il ne faut pas jeter de papiers dans la rue», «Que faire d'autre si le garçon met les pieds sur le canapé» …

Ce sont des gens qui considèrent que jeter des papiers n'est pas civique, mais frapper des enfants ne l'est pas. Les personnes qui préfèrent garder le canapé propre à leur conscience. Il n'y a rien d'épique ou de tragique dans ces gifles; juste la banalité laide, grotesque et pathétique du mal. La saleté du canapé n'est pas acceptée, mais frapper les enfants l'est.

Interdire de frapper les enfants réduit la violence chez les adolescents

Il y a quelques mois, le British Medical Journal a publié une vaste étude sur la relation entre l'interdiction des gifles et les bagarres entre adolescents.

Le travail a consisté à analyser les données de plus de 400 000 adolescents interrogés dans 88 pays différents .

  • Dans 30 ans, il est interdit de frapper les enfants , tant à la maison qu'à l'école (y compris l'Espagne, l'Allemagne, la Suède, la Bolivie, la Tunisie, la Mongolie …).
  • Frapper est interdit dans 38 pays, mais uniquement à l'école (Etats-Unis, Italie, El Salvador, Zambie…).
  • À 20 ans, il est légal de frapper à la maison et à l'école (ni l'un ni l'autre n'est européen).

Le plus remarquable des données obtenues est qu'il a été observé que dans les pays où il est interdit de frapper, les adolescents se battent moins entre eux. Est-ce une relation causale? Impossible de savoir.

Tout le contraire peut se produire: ce sont les sociétés les plus pacifiques qui ont interdit les gifles. En tout cas, il semble clair que l'interdiction des châtiments corporels n'a pas produit la vague de jeunesse sauvage et sans limites annoncée par certains condamnés à mort.

Et il est bon que ces choses soient étudiées. Mais, quand des lois sont faites contre la violence sexiste ou contre les vols de banque, nous demanderons-nous si maintenant les femmes se battent moins , ou si les banquiers se volent moins? Non, on se demande si les lois ont été efficaces, s'il y a eu moins de violence sexiste et moins de vols.

Nous ne voulons pas que les victimes changent: ce sont les agresseurs qui doivent changer. La diminution de la violence chez les adolescents est un avantage intéressant et inattendu. Mais il doit être clair que l'objectif de la loi n'est pas de réduire les combats entre adolescents, mais la violence des parents et des enseignants contre les enfants.

Articles Populaires

E551: un additif suspect

Cet additif alimentaire est un agent anti-agglomérant courant. L'Agence européenne de sécurité des aliments prévient qu'elle pourrait avoir des nanoparticules et appelle à davantage d'études.…