Timidité chez les enfants: comment les parents peuvent aider

Lourdes Mantilla

La peur de se mesurer ou la méfiance sont deux raisons de la timidité, un problème qui commence dans l'enfance. Les parents peuvent aider s'ils se méfient de l'environnement social ou s'ils craignent de ne pas être à la hauteur, la timidité est autant une réponse qu'un vêtement de protection. Nous sommes tous timides dans une certaine mesure et il est utile de connaître les raisons de cette attitude.

La timidité n'est pas une catégorie diagnostique ou une pathologie en soi, mais plutôt un trait de personnalité qui peut devenir un problème quand il est si grand qu'il est difficile d'avoir de bonnes relations avec les autres.

Tout au long de l'enfance, il est courant qu'un enfant soit timide à un moment donné, car de nombreux changements se produisent au cours de ces années, à la fois externes - école, amis, famille … - et internes, résultat de leur propre évolution. L' exposition à de nouvelles situations et relations chez certains enfants peut être un déclencheur d'insécurité se manifestant par la timidité.

Dans cet article, nous déchiffrerons les clés de ce problème et les mythes qui tournent autour de lui, avec la volonté d'aider à la fois à prévenir et à résoudre la timidité et ses causes possibles.

Les trois signes de base de la timidité

Approcher un enfant timide est l'opposé de ce que cet enfant fait habituellement avec d'autres enfants ou adultes. Voici les symptômes les plus courants de la timidité dans l'enfance:

1. Vous avez tendance à vous isoler

  • La difficulté d'approcher, d' établir des relations et d'interagir avec les autres. Cela peut être observé à la fois à l'école et dans le parc ou à la maison.
  • À l'école, l'enfant est généralement seul dans la cour de récréation ou joue avec un ou très peu d'enfants, ou n'intervient pas en classe et rougit lorsqu'on lui demande quelque chose.
  • Dans le parc, il a tendance à s'attacher à ses parents et ils doivent le pousser à aller jouer. À la maison, il ne raconte généralement pas ce qui lui est arrivé dans la journée et préfère se divertir dans son propre monde, ou se réfugier devant la télévision, surtout lorsqu'il y a de grandes réunions de famille.

2. Faites preuve d'insécurité

  • Il veut du contact avec ses coéquipiers, mais en même temps il le craint car il ne sait pas s'il saura jouer comme les autres. Il doute également de sa capacité à bien répondre au professeur. Cela signifie qu'en pensant simplement que ces situations l'attendent, il les voit plutôt comme un danger, donc il a tendance à les éviter et à se replier sur lui-même.
  • En cas de timidité très sévère, cela peut même conduire à une phobie scolaire, puisque l'école est le lieu où se concentrent toutes leurs peurs. Sur la base de cette difficulté à créer des liens avec les autres et du degré de leurs peurs,

3. Vous éprouvez de la souffrance

  • Plus les deux signes précédents seront intenses, plus il y aura de souffrance , car la timidité rend difficile l'expression des sentiments, de sorte que l'enfant dira rarement aux parents à quel point c'est mauvais.
  • Tout au plus dira-t-il que les autres enfants sont des brutes ou des imbéciles, ou que l'instituteur a une manie pour lui et le laisse de côté, sans reconnaître que sa timidité l'a marginalisé et le fait souffrir.

La timidité est une souffrance silencieuse

En d'autres termes, ce qui donne l'indice définitif du degré de timidité et d'inquiétude qu'il suscite chez les parents, c'est le degré auquel il se manifeste.

Par exemple, si un enfant plus ou moins ouvert, qui s'est bien connecté, entame une étape de plus grande timidité, mais sans trop se replier sur lui-même, il est possible de penser qu'il s'agit d'une situation transitoire à la suite de changements extérieurs. Ensuite, il faut lui parler et le soutenir, mais sans faire de cette étape un problème.

Au contraire, s'il s'agit d'un enfant plutôt renfermé ayant du mal à se faire des amis et, en plus, on observe qu'il lui est de plus en plus difficile d'aller à l'école ou qu'il s'isole dans le parc, que son caractère change, se montrant en colère et irascible, alors qu'à la maison, il s'éloigne de tout contact avec nous ou ses frères et sœurs, alors il est possible qu'il y ait un degré élevé de souffrance que l'enfant ne peut pas exprimer par d'autres canaux. Dans ce cas, il faudra s'inquiéter sérieusement et, si nécessaire, faire appel à un professionnel.

D'où vient la timidité

L'origine de la timidité réside dans différents facteurs qui peuvent être résumés en deux types:

  • Influence de la famille. La personnalité d'un enfant se développe grâce à l'interaction avec les parents, à la fois au niveau affectif et de modélisation. Si un enfant a des déficiences émotionnelles, un environnement familial instable, est surprotégé par ses parents ou s'il n'a pas été en mesure d'imposer des normes et des limites cohérentes, il est très probable qu'il soit un enfant en insécurité.et avec peu de confiance en soi. Cela l'empêchera d'aborder calmement les situations sociales qu'il rencontre depuis l'enfance, il aura peur d'échouer ou de ne pas bien le faire. Si, en plus, les parents n'ont pratiquement pas d'amis et participent peu à la vie sociale, l'enfant aura peu d'expériences sociales et aura tendance à voir le monde extérieur à la famille comme un environnement plutôt hostile, car ils n'auront pas trouvé de modèle de compétences chez leurs parents social adéquat.
  • Expériences de vie. Si la situation ci-dessus se produit, l'enfant se sentira facilement en insécurité, interagissant ainsi maladroitement lors de ses rencontres avec d'autres enfants et adultes. Si cette maladresse provoque des taquineries ou des rires et un certain isolement, l'estime de soi de l'enfant diminuera et un sentiment d'infériorité se créera en lui, ce qui le poussera à se retirer des autres, à s'isoler et à devenir de plus en plus timide.

On voit donc qu'un enfant timide est le résultat de la combinaison d'éléments issus de l'environnement familial et le résultat de ses propres mauvaises expériences. La conséquence de tout cela est que l'enfant timide finit par avoir très peu de compétences sociales, ce qui nourrit sa timidité.

Clarifier les mythes et les concepts

Précisément parce que la timidité est une entité si diffuse et difficile à définir, de nombreux mythes circulent à son sujet et de nombreux concepts sont utilisés comme synonymes qui, dans la pratique, finissent par prêter à confusion et n'apportent guère de solutions. Regardons quelques-unes de ces taches sombres ci-dessous afin de faire la lumière qui nous permet de mieux comprendre le phénomène de la timidité.

  • Introversion ou timidité? La différence entre l'un et l'autre serait fonction du degré de souffrance. Par exemple, un enfant introverti est généralement un enfant plutôt solitaire et, par conséquent, le fait de ne pas approcher les autres est un acte volontaire qui ne provoque aucune anxiété. Les timides, en revanche, aimeraient se rapprocher et ne le peuvent pas.
  • Honte ou timidité? Dans ce cas, la différence réside généralement dans le nombre de situations qui causent une chose ou une autre. Un enfant timide est généralement timide dans toute situation qui implique une interaction sociale, tandis que la honte a tendance à apparaître dans certaines circonstances, comme parler en public ou demander quelque chose dans un magasin. Dans toutes les autres situations, l'enfant honteux agit normalement.
  • "Il s'en remettra, j'étais timide à son âge aussi." Cet argument de nombreux parents peut être vrai mais pas convaincant. Autrement dit, du simple fait qu’ils étaient timides dans leur enfance et qu’ils l’ont surmonté, ils oublient souvent le souvenir de leur propre malaise en tant qu’enfants et nient la souffrance actuelle de leurs enfants. Si la timidité est devenue chronique pendant l'enfance, même si elle a apparemment été surmontée, il y a toujours une trace d'insécurité.
  • "Récompenser et renforcer les succès est la meilleure thérapie . " Personne n'est amer à propos d'un enfant doux, et moins timide, qui l'aime logiquement et qui est une injection d'estime de soi, un compliment pour quelque chose qu'il a bien fait. Mais il faut être très prudent lors de la réalisation de ce renforcement, car faire l'éloge d'un comportement en public, faire de l'enfant le centre d'attention de tout le monde, pourrait avoir l'effet inverse et favoriser davantage la timidité.
  • "Vous devez le forcer, sinon il ne s'en remettra jamais." Ce type de «thérapie sauvage» a généralement le même effet que le précédent. Il n'y a rien de pire que de prétendre qu'un enfant timide affronte ses peurs en le plongeant pleinement dans une activité qui, selon les parents, lui sera bénéfique, quelle qu'elle soit: fête entre amis, activité parascolaire, sport, etc. Il est alors facile pour vos peurs de vous bloquer et d'exagérer davantage votre manque de compétences sociales. Il est vrai qu'une certaine persévérance est nécessaire pour surmonter la timidité, mais persévérance ne signifie pas immersion. Il est préférable de choisir avec l'enfant les activités dans lesquelles il se sent plus en sécurité et de l'encourager à les réaliser fermement mais sans le forcer.

Conseils aux parents d'un enfant timide

Comme le terme lui-même l'indique, l'estime de soi a beaucoup à voir avec l'image que quelqu'un a de lui-même et, d'après ce que nous avons exposé, dans le fond d'un enfant timide, il y a souvent un enfant qui a une mauvaise image de lui-même. , qui se voit sans force, voué à l'échec, peur d'interagir, etc.

Si nous voulons éviter la timidité, nous devons encourager nos enfants à avoir une bonne image d'eux-mêmes, qu'ils savent qu'ils peuvent faire confiance à leurs capacités et que, bien qu'ils fassent souvent des erreurs, ils découvrent que les erreurs offrent une bonne voie d'apprentissage.

Voici quelques conseils pour améliorer l'estime de soi chez les enfants:

  • Faites-leur comprendre qu'ils sont importants pour nous en écoutant ce qu'ils nous disent et en s'intéressant à leurs choses: leurs relations avec leurs amis, la progression de leurs activités, etc.
  • Toujours apporter le soutien nécessaire à leurs initiatives et respecter leurs intérêts.
  • Être à ses côtés dans les moments difficiles, que ce soit en raison de problèmes scolaires, de problèmes avec des amis, etc.
  • Limitez nos critiques à des situations spécifiques, ne généralisez pas avec des étiquettes telles que «vous êtes mauvais» ou «vous ne faites rien de bien» pour leur reprocher une mauvaise action, par exemple, qu'ils ont cassé quelque chose ou n'ont pas fait leurs devoirs.
  • Donnez-lui tout votre soutien émotionnel pour qu'il puisse reprendre ou prendre confiance en lui -l'objectif premier-. Cela nécessite de mettre de côté les attitudes surprotectrices et de l'encourager, au contraire, à interagir avec d'autres enfants et à faire des activités qui le mettent en sécurité. Vous devez renforcer vos progrès, aussi petits soient-ils, avec amour et en vous disant que vous progressez.
  • Apprenez-lui les compétences sociales par l'exemple. Montrez-lui comment faire du shopping dans un magasin, invitez d'autres familles à la maison pour voir comment les adultes interagissent les uns avec les autres, encouragez les amis à venir jouer et même à passer la nuit (ou au contraire, laissez-le être qui visite), apprenez-leur à saluer, parler et s'adresser à d'autres personnes qui ne sont pas de la famille.
  • N'utilisez pas d'expressions telles que «il est très timide» lorsque vous parlez de lui, car ces types d' étiquettes renforcent davantage sa timidité. S'il entend ce type de langage, l'enfant peut finir par penser que c'est sa manière d'être et qu'en tant que telle, elle est inaltérable.
  • Boostez votre estime de soi. Un enfant timide sent qu'il est inutile, qu'il est très maladroit, qu'il ne peut rien apporter aux autres. Vous devez essayer de renverser cette image de vous-même et arrêter de critiquer le négatif pour vous concentrer sur la louange de vos qualités - je suis sûr que vous les avez - vous montrant que nous avons tous tort mais que si au lieu d'être triste nous nous battons pour corriger les erreurs que nous ressentons beaucoup mieux, et encouragez-le dans ses initiatives pour qu'il se rende compte qu'il a aussi des idées précieuses.

Il n'est pas facile de surmonter la timidité, mais avec ces conseils, le dévouement et en laissant un certain temps , les choses s'améliorent et l'enfant se sentira beaucoup mieux.

Lourdes Mantilla est psychologue clinicienne.

Articles Populaires

Le piège polyamour

De nombreux couples s'ouvrent sans repenser la dynamique de fond. Ne laissez pas vos relations polyamoureuses hériter des problèmes des relations monogames.…