À quoi ressemble l'esprit d'un bipolaire?

Rafael Narbona

Le trouble bipolaire affecte tous les aspects de la vie de ceux qui en souffrent. Un diagnostic rapide et le respect de directives claires sont essentiels pour limiter son impact.

Lorsqu'on m'a demandé d'écrire sur le trouble bipolaire, j'ai immédiatement pensé à mon frère Juan Luis. Comme moi, il a souffert de la maladie, mais elle n'a jamais été diagnostiquée et il s'est suicidé à quarante ans , incapable de comprendre que ses hauts et ses bas n'étaient pas un trait de caractère, mais l'expression d'une maladie cruelle.

Malheureusement, le diagnostic stigmatise, mais il clarifie et aide aussi à vivre avec une pathologie qui jusqu'à récemment était appelée psychose maniaco-dépressive.

Ma relation avec mon frère n'a pas été caractérisée par l'intensité, mais par de longues périodes de séparation et peu d'expériences partagées. Quand je suis né, il ne vivait plus à la maison. En raison de son travail, il a beaucoup voyagé à l'étranger. Ses visites étaient imprévisibles. Il n'aimait pas nous avertir. Il s'est juste tenu à la porte et a frappé.

Parfois souriant et chargé de cadeaux. D'autres, maussades et maussades. J'étais un enfant et je ne comprenais pas très bien leurs réactions . Si je leur posais des questions sur leur enfance et leur adolescence, ils me répondaient toujours: «Très changeant. Charmant, affectueux, extraverti et, soudain, maussade, froid et enclin à l'isolement ».

Énergie pour finir

Dans ses dernières années, nous nous sommes vus un peu plus et j'ai remarqué que quelque chose n'allait pas. Un voyage en Guinée équatoriale a accéléré la tragédie, car il a contracté le paludisme et a eu des hallucinations. C'était peut-être la quinine ou quelque chose que je ne connais pas, mais ça s'est amélioré des semaines avant de se suicider. Son esprit s'est stabilisé, son sens de l'humour est revenu et il était plus actif.

Au plus bas point de la dépression, vous manquez d'initiative, même pour faire quelque chose de tragique

À l'époque, je ne savais pas que le suicide demande de l'énergie et de la détermination . Sa décision fatale a été consommée à une heure indéterminée du matin. Ce même matin, j'avais ramassé un costume de teinture, nous avions traversé le Parque del Oeste et nous avions même plaisanté.

Cependant, il avait déjà pris les mesures nécessaires pour mettre fin à ses jours. Son amélioration lui a probablement donné la force de le faire. C'est assez courant. Au point le plus bas de la dépression, vous n'avez même pas l'initiative de faire quelque chose de tragique et d'irréversible.

Trouble bipolaire: vers une société sans préjugés

Je n'ai pas non plus compris ce qui m'arrivait quand un profond découragement mélangé à des accès d'euphorie s'est emparé de moi. À trente ans, on m'a diagnostiqué une dépression. Dix ans plus tard, ils pensaient qu'ils avaient tort et qu'il s'agissait en fait d'un trouble bipolaire.

Ce n'est pas un cas de faute professionnelle médicale, mais une confusion courante. En règle générale, il faut une décennie pour comprendre que, dans certains cas, la dépression n'est que l'une des deux faces de la bipolarité.

Je ne vais pas répéter mon histoire, que j'ai déjà racontée dans ces pages et dans un livre autobiographique. Je veux juste dissiper les doutes et envoyer un message d'espoir. Quand on m'a diagnostiqué un trouble bipolaire, je savais déjà que la bipolarité était une forme de psychose. En d'autres termes, cela peut sembler effrayant, mais ce qui est vraiment effrayant, c'est que la psychose est toujours associée à des comportements violents ou antisociaux.

Pour beaucoup, Norman Bates, le meurtrier à «double personnalité» joué par Anthony Perkins dans le célèbre film d'Alfred Hitchcock Psycho, est la quintessence du patient psychotique. De plus, il y a une tendance à confondre psychose et psychopathie, alors que la vérité est qu'il s'agit de phénomènes complètement différents.

Ce qui est vraiment terrifiant, c'est que la psychose est toujours associée à un comportement violent ou antisocial

La psychopathie est un trouble de la personnalité qui détruit l'empathie ou même contrecarre son apparence . Elle est courante chez les meurtriers et les agresseurs, mais il existe également des comportements psychopathiques dans la vie quotidienne qui passent inaperçus.

L'abus psychologique et la manipulation émotionnelle sont des traits caractéristiques de la psychopathie et peuvent être détectés chez l'homme qui bat son partenaire, le père ou la mère qui bat son enfant, la personne sans cœur qui abandonne son chien ou le patron qui humilie quelqu'un en toute impunité. ses subordonnés.

Une perception mal comprise de la bipolarité

La psychose n'affecte pas l'empathie, mais la perception de la réalité. Déformez les faits en modifiant leur signification. Cela peut consister à interpréter un geste banal comme une forme cruelle de rejet, à penser que vous êtes le centre d'attention ou à ressentir qu'un environnement normal contient une dose insupportable d'hostilité.

Dans les cas les plus graves, la psychose peut s'accompagner d'hallucinations auditives et, plus rarement, d'hallucinations visuelles.

La psychose peut induire des comportements profondément autodestructeurs, mais ce n'est que dans 3% des cas qu'elle se traduit par des attitudes violentes envers les autres. Je n'inclut pas les incidents sans pertinence criminelle dans cette statistique. Il n'est presque jamais mentionné que le risque de subir une agression physique, un abus psychologique ou toute forme d'abus sexuel est multiplié par cinq, si vous souffrez d'une maladie mentale.

Les deux faces de la médaille

La bipolarité n'est pas une «double personnalité», bien qu'il soit vrai que les états de manie et de dépression affectent la manière d'être, suscitant des images d'exaltation ou d'angoisse. La psychiatrie fait la différence entre le trouble bipolaire de type I et le trouble bipolaire de type II. Dans le type I, la déformation de la réalité est plus aiguë et les hallucinations sont fréquentes, mais n'apparaissent pas forcément. La manie est déclenchée et l'affecté perd le contrôle de ses actions.

La bipolarité n'est pas une «double personnalité», mais les états de manie et de dépression affectent la manière d'être

Dans le type II, la perte de contact avec la réalité est moindre et l'excitation moins intense. Par conséquent, nous parlons d'hypomanie. Il existe une situation particulièrement compliquée: des états mixtes avec un cycle rapide. Dans ces cas, la dépression et la manie se manifestent en même temps, parfois à des heures ou des minutes d'intervalle. Les changements soudains et imprévisibles sont appelés cycles rapides.

Les États mixtes durent parfois des années. Ils sont plus résistants à la psychothérapie et aux traitements médicamenteux. Le risque de suicide est dangereusement augmenté. 15% des personnes bipolaires se suicident. Dans les États mixtes, la statistique monte à 30%. J'ai traversé une situation de ces caractéristiques, mais heureusement j'ai réussi à sortir de cette spirale.

Vivre avec ce trouble: une dure réalité

Actuellement, je profite d'un état d'euthymie ou de stabilité. La possibilité de subir de nouveaux épisodes ne disparaîtra jamais, mais grâce à la psychothérapie, à la psychopharmacologie, à l'hygiène du sommeil, à la méditation, à l'exercice physique, à un environnement affectif positif et à une routine enrichissante, où l'écriture joue un rôle essentiel, j'ai réussi échapper à la dépression et à la manie.

Je pourrais énumérer les symptômes de la bipolarité, mais je préfère raconter mon expérience, non sans d'abord réaliser qu'il y a suffisamment de ressources pour neutraliser les symptômes et mener une vie pratiquement normale.

J'ai perdu mon père quand j'avais huit ans, et apparemment cela a changé mon caractère. Jusque-là, j'étais un enfant extraverti et joyeux, mais petit à petit je suis devenu solitaire, introverti et mélancolique. À trente ans, une série d'événements traumatisants a exacerbé ces tendances. La tristesse est devenue insupportable.

J'ai pleuré pour une raison quelconque. Je pouvais à peine dormir. Je ne pouvais pas me concentrer ou m'exciter pour quoi que ce soit. Il était incapable de prendre des décisions. Le moindre effort était épuisant. J'ai perdu vingt kilos en un mois. Obsédé par la mort, il a conçu des plans de suicide, sans autre souci que d'échouer.

S'ils me demandaient une formule pour aider un bipolaire, je n'hésiterais pas: tendresse, tendresse infinie

Je pense que la manie est apparue comme un mécanisme de défense pathologique . De manière relativement abrupte, je suis passé de la tristesse à l'euphorie. J'ai continué à perdre du poids et mes heures de sommeil sont devenues encore plus rares, mais une énergie irrépressible m'a poussé à mener à bien des projets fous, à parler sans arrêt, à établir de nouvelles relations.

Je ne me sentais plus fatigué. Il a pris les escaliers trois à la fois. Il a acheté des choses inutiles de manière compulsive. Ma concentration ne s'est pas améliorée. En fait, les idées me traversaient l'esprit à une vitesse vertigineuse, mais je n'avais plus envie de mourir. L'apathie sexuelle s'est transformée en hyperactivité. Avec mon estime de soi à travers le toit, je me sentais capable de tout.

De productivité et de manie

On a dit que la bipolarité est la maladie des artistes et ce n'est pas faux . La liste des grands créateurs touchés par la maladie est très longue: Beethoven, Schubert, Schumann, Chaikosvki, Van Gogh, Munch, Virginia Woolf, Poe, Mark Twain, Hemingway, Sylvia Plath, Anne Sexton, Herman Hesse, Nietzsche, David Foster Wallace .

Je ne prétends pas me comparer à eux, mais moi, qui ai publié deux livres et plus de mille articles en quinze ans, j'ai commencé à écrire lors de mon premier accès de manie. Fils d'un écrivain oublié, j'avais exclu de suivre les traces de mon père, peut-être parce que mon estime de moi était si faible. Avec la manie, tous les complexes ou inhibitions ont disparu. Van Gogh a réalisé près de neuf cents œuvres en une décennie, souffrant d'un état mixte.

Cela signifie-t-il que la bipolarité est l'une des portes d'accès à l'art? Je ne pense pas, mais il semble indéniable que dans un esprit créatif, la manie augmente le flux d'idées et d'intuitions, ce qui peut éclairer des périodes de haute productivité. C'est le cas de Van Gogh ou Sylvia Plath, qui écrivaient à un rythme effréné.

Plath a affirmé qu'il avait un don, mais tout indique qu'il écrivait souvent sous l'influence de l'hypomanie. Il n'est pas conseillé d'alimenter des mythes ou des visions romantiques. Van Gogh s'est suicidé à l'âge de trente-sept ans. Sylvia Plath avec trente ans. Lorsque l'hypomanie s'est transformée en manie ou qu'ils sont tombés dans une profonde dépression, ils n'ont pas pu travailler. S'ils ne s'étaient pas suicidés, ils nous auraient laissé une œuvre plus vaste, plus riche et plus complexe.

Tendresse infinie

Ne succombez pas à la panique face à un diagnostic bipolaire . Il est possible d'éduquer les émotions et les ressources sont infinies pour affronter les moments critiques. En suivant certaines directives, vous pouvez mener une vie personnelle et professionnelle satisfaisante, avec des attentes raisonnables de succès et de bonheur.

J'aurais aimé le dire à mon frère, j'aurais été heureux de l'entendre quand j'ai commencé à souffrir des mêmes problèmes, je ne renonce pas à penser qu'un jour la société réagira avec solidarité et compréhension, sans stigmatiser ni marginaliser les personnes touchées.

Si quelqu'un me demandait d'expliquer le trouble bipolaire avec un seul terme, je n'hésiterais pas: vulnérabilité, vulnérabilité extrême. S'ils me demandaient une formule pour aider un bipolaire, je n'hésiterais pas non plus: la tendresse, la tendresse infinie. «La tendresse sauvera le monde», ai-je entendu une fois. Ce n'est peut-être pas vrai, mais je suis sûr que cela peut sauver de nombreuses vies.

Comment être meilleur si vous êtes bipolaire

Bonne hygiène du sommeil . Dormir huit à neuf heures par jour est essentiel. Le repos sera plus réparateur si, avant de vous coucher, vous marchez pendant une demi-heure et prenez une douche chaude. Il est conseillé de dîner au moins deux heures avant et de se coucher à la même heure tous les jours, sans prolonger inutilement le sommeil. Dormir plus de neuf heures peut provoquer des symptômes de dépression. Et une nuit sans sommeil peut précipiter une rechute.

Faites de l'exercice régulièrement . L'activité physique est un excellent antidépresseur. L'esprit se détend et libère des endorphines. La California State University (États-Unis) a mené une étude sur les exercices qui réduisent la tristesse et l'anxiété, et a conclu que le yoga améliore les symptômes dépressifs au point de permettre des doses plus faibles de médicaments. L'exercice nous donne l'occasion de sortir, de nous relier et de nous déconnecter des problèmes quotidiens.

Maintenez une routine enrichissante . Presque personne ne peut choisir complètement son style de vie, mais vous devez faire de votre mieux pour mener une existence satisfaisante, en répartissant votre temps à bon escient. Si nous sentons que chaque jour est une succession de pénalités, préserver notre équilibre sera plus compliqué.

Planifiez des tâches génératrices de stress . Tout changement ou nouveauté peut être une source de stress. Nous devons anticiper les circonstances qui déclenchent notre anxiété. Un simple voyage peut créer beaucoup de détresse. Par conséquent, il est pratique de se préparer mentalement et de s'organiser pour ne pas faire face à des surprises désagréables. Ce n'est pas une bonne idée de laisser les choses jusqu'à la dernière minute.

Ne vous concentrez pas uniquement sur les médicaments. Les médicaments ne guérissent pas. Cela maintient simplement les symptômes à distance. C'est souvent impératif, mais la vraie façon de s'améliorer (et d'avoir besoin de moins de médicaments) passe par la psychanalyse ou d'autres psychothérapies.

Apprenez à vous distancer des émotions . Cela peut être compliqué, mais c'est possible. Si nous apprenons à observer nos émotions et à nous en éloigner, elles ne nous affecteront pas autant. La méditation peut nous aider beaucoup. Il ne s'agit pas de réprimer des émotions ou des souvenirs, mais de les laisser partir. Dans l'esprit, rien n'est définitif. Contempler un paysage ou sentir le soleil sur votre visage peut nous aider à surmonter la confusion.

Cultivez l'amitié. La tendance à se retirer est l'un des symptômes les plus dangereux et les plus dommageables du trouble bipolaire. L'être humain est incomplet sans un cercle qui apporte de l'affection, contribue à améliorer l'estime de soi et à résister aux revers. "Rien n'est plus utile à un être humain qu'un autre être humain", écrivait Baruch Spinoza au XVIIe siècle. Et presque personne n'a osé le remettre en question.

Fixez-vous des objectifs, développez des projets, soyez positif . Il est essentiel de développer un projet de vie, de se fixer des objectifs réalistes, de sentir que l'on avance. Le pessimisme est terriblement destructeur, car il paralyse l'initiative et nous décourage à la moindre difficulté. Être positif contribue à améliorer notre qualité de vie et à réaliser nos rêves. L'optimisme n'est négatif que s'il alimente des attentes irrationnelles.

Ne vous exposez pas inutilement . Les attitudes d'évitement ne sont pas bonnes, mais parfois il n'est pas pratique d'assumer des tâches qui nous accablent. La mort d'un proche produit beaucoup de souffrance. Parfois, il est conseillé de déléguer certaines procédures à d'autres. Nous ne devons pas surestimer nos ressources.

Évitez les relations toxiques . Une personne vulnérable est plus exposée aux relations toxiques. Nous ne devons permettre à personne de diriger notre vie, de décider pour nous. Une relation de datation toxique est particulièrement déstabilisante. Il est pratique de rester à l'écart des gens jaloux, blâmants, dominateurs et chantage.

Ne vous précipitez pas lorsque vous prenez des décisions . Les bipolaires sont hyperémotifs et impatients, ce qui les pousse à être impulsifs. Une décision importante peut attendre, et si c'est quelque chose de secondaire, il n'y a pas non plus de précipitation. Il n'est pas toujours possible de revenir en arrière, il faut donc réfléchir.

Relativisez les échecs . L'échec est une expérience inévitable et nécessaire qui nous aide à mûrir. Si nous n'obtenons pas quelque chose, nous pouvons réessayer. Ou changez votre objectif. S'ils ne terminent pas une ascension la première fois, les grimpeurs apprennent de chaque erreur et recommencent. Nous devons suivre leur exemple. Et si la montagne est inaccessible, cherchez-en une autre à la hauteur de nos possibilités.

Maintenez une vie sexuelle satisfaisante . Tout comme l'exercice, le sexe est un bon antidépresseur. Parfois, les médicaments entraînent une diminution de la libido, mais cela n'affecte pas le contact physique, les caresses, les baisers. Ressentir la proximité d'une autre personne est une source de bien-être qui nous aidera toujours à être meilleurs.

Ne vous ouvrez pas aux étrangers . La famille proche et les amis proches devraient connaître votre problème, sinon ils pourraient mal interpréter vos émotions. Demandez-leur de s'informer sur la maladie: la relation s'améliorera et ils pourront mieux vous comprendre. Au lieu de cela, il n'est pas nécessaire de partager votre situation avec des personnes qui pourraient répondre par un déni.

Ne perdez pas espoir . C'est le plus important. Le trouble bipolaire affecte des millions de personnes et la plupart sont capables de contrôler la maladie. Si vous êtes dans une mauvaise passe, ne tombez pas dans la vision tunnel, qui peint tout en noir. Bien que cela ne soit pas perçu à première vue, il existe toujours des alternatives. Et si vous ne les percevez pas, demandez de l'aide. Il existe des associations qui peuvent vous apporter leur soutien.

Articles Populaires

Pouvez-vous être avec un partenaire si vous n'êtes pas amoureux?

Si votre partenaire ressent la même chose que vous, alors tout va bien. Le problème survient lorsque vous n'êtes pas tombé amoureux mais que l'autre l'a fait (ou vice versa): l'une des expériences les plus douloureuses que vivent les êtres humains est de ne pas être réciproque lorsque nous tombons amoureux…

Ne vous inquiétez plus, cherchez des solutions!

S'inquiéter excessivement de quelque chose sans le changer nous draine de l'énergie. Ce n'est que si nous décidons d'agir que nous trouverons une issue. Ces deux lignes directrices vous aideront.…