"Les histoires nous donnent du plaisir et une grande capacité d'adaptation"

Sílvia Díez

Il est l'un des grands experts en neurosciences de notre pays. Étudiez le fonctionnement de notre cerveau et comment il se modifie en fonction de nos expériences.

L'écouter, c'est comme se redécouvrir. Ses connaissances basées sur les dernières découvertes en neurosciences dessinent une nouvelle dimension de l'être humain qui nous permet de comprendre en profondeur comment notre cerveau a évolué et l'apport d'histoires et de relations sociales dans ce processus pour assurer la vie.

Óscar Vilarroya est médecin et directeur de l' Unité de recherche en neurosciences cognitives (URNC) et de la chaire "Le cerveau social" de la Faculté de psychiatrie de l'Université autonome de Barcelone. Il a publié plusieurs livres tels que La dissolution de l'esprit (Tusquets) et Nous sommes ceux qui se disent. Comment les histoires construisent le monde dans lequel nous vivons (Ariel), ce qui explique l' importance des histoires dans le développement de notre cerveau et leur rôle déterminant pour assurer notre survie en tant qu'espèce.

Entretien avec Óscar Vilarroya

-Est-ce que notre identité passe par ce que nous nous disons de nous-mêmes et du monde?
-Oui, mais cela ne dépend pas seulement d'une histoire, mais de plusieurs. Les humains sont essentiellement des êtres narratifs et nous devons expliquer ce qui se passe autour de nous à travers des histoires. Nous avons besoin d'une explication pour tout, des plus petites aux plus grandes. Cela répond au besoin que nous avons de trouver une raison à ce qui se passe autour de nous. On le voit clairement chez les enfants en bas âge lorsqu'ils ne cessent de se demander: «Pourquoi? Et pourquoi est-ce? " Cette caractéristique est unique et exclusive aux êtres humains. Les chimpanzés n'ont pas ce besoin.

Ils ne demandent pas non plus "pourquoi?" ils n'ont pas non plus besoin d'expliquer des choses comme nous à travers des histoires. Mais ce besoin a été déterminant pour notre évolution puisque nous avons construit une réalité basée sur des histoires et ce sont notre façon de comprendre le monde et nous-mêmes.

-Le langage est-il ce qui facilite à l'homme cette manière d'expliquer et de couper la réalité pour l'appréhender à partir d'histoires?
-Mon hypothèse est que les histoires n'ont pas commencé par le langage. En tant qu'espèce, nous vivons sur cette planète depuis plus de deux cent mille ans et au début, nous n'avions pas de langue. Le langage s'est développé plus tard, petit à petit et c'était avant le besoin de nous expliquer le monde à travers des histoires. Notre cerveau est conçu pour expliquer les choses même sans parler. En fait, il y a des événements qui ne nécessitent pas d'explication linguistique. Si je lance cet objet et qu'il se brise quand il tombe au sol, je n'ai pas besoin de mots pour comprendre ce qui s'est passé lorsque je le lance. Une histoire de ce qui s'est passé peut être créée dans mon cerveau sans avoir besoin de mots. Mais en effet, à partir de l'apparition du langage, les histoires commencent à devenir plus sophistiquées et peuvent également être conservées et transmises à d'autres.

La langue a favorisé la création d'histoires, bien qu'elle n'en soit pas l'origine. L'origine réside dans le fonctionnement du cerveau humain, qui a toujours besoin d'une raison.

-Et y a-t-il une raison pour expliquer ce besoin humain?
-Il se joue avec diverses hypothèses pour expliquer ce besoin. L'une d'elles est que nous sommes une espèce extrêmement sociale, bien plus qu'aucune autre et bien plus que nos cousins ​​les gorilles ou les chimpanzés. Il existe des données historiques sur l'évolution des êtres humains qui certifient que, comme le dit la Bible, notre espèce a été «expulsée du paradis». Il y a six millions d'années, en Afrique, un changement brutal de climat a été vécu qui a chassé nos ancêtres de la jungle luxuriante - le paradis - où les chimpanzés et les gorilles vivaient aux côtés de nos cousins. Cette forêt s'est asséchée et a fini par devenir une savane où il était beaucoup plus difficile de se protéger des prédateurs. Etre contraint de s'installer aux confins de ce «paradis» et de vivre dans une zone plus dangereuse,Parce que leur vue était abandonnée et qu'ils ne pouvaient plus grimper aux arbres, pour assurer leur survie, ils devaient compter beaucoup plus sur leurs semblables, créer des alliances et former des groupes.

Ainsi, pour que cela soit possible, il était essentiel de bien se comprendre, deviner si l'autre nous trompait, s'il était prêt à collaborer, etc. C'est pourquoi nous sommes devenus des êtres de plus en plus sophistiqués socialement. Pour développer cette intelligence relationnelle notre cerveau a évolué et ainsi l'apprentissage des rôles de chacun des membres du groupe a été facilité, déchiffrant les intentions, le sens d'un regard… Pour apprendre tout cela, la plupart des enfants ont besoin d'années.

-Et comment les enfants apprennent tout cela?
-Par le jeu symbolique. Ils prétendent être tel ou tel personnage dans le groupe ou être dans telle ou telle situation. Le jeu symbolique crée des histoires qui se sont produites et qui ne se sont pas produites. Mais à travers ces jeux, l'enfant développe un laboratoire narratif qui lui permet d'apprendre les rôles de chacun dans la société dans laquelle il grandit. Mais non seulement l'histoire est essentielle dans l'enfance, mais aussi à l'âge adulte nous continuons à apprendre à travers les histoires que nous nous racontons et qu'elles nous racontent.

-Y a-t-il des preuves de l'importance des histoires pour notre survie?
-Comme je l'ai mentionné dans le livre, une étude a été menée dans certaines tribus des Philippines, qui étaient des cueilleurs et des chasseurs, pour voir quels membres avaient une meilleure performance de reproduction. Il a été constaté que les membres de la tribu qui racontaient les histoires que les autres aimaient le plus étaient ceux qui avaient le plus de descendants. L'histoire a une fonction adaptative et produit également une performance.

Nous devons être des êtres sociaux et pour cette raison, nous avons besoin d'histoires.

Les enfants adorent écouter des histoires et des contes, les répéter et les pratiquer, jouer symboliquement et nous, les adultes, sommes accro aux séries, films et romans. Les histoires nous procurent du plaisir mais aussi une grande capacité d'adaptation. Les histoires sont pleines d'avantages. Il est extrêmement important de raconter des histoires et des histoires dans l’enfance, car elles sont le principal outil dont disposent les enfants pour apprendre à devenir des adultes et pour s’entraîner aux situations qu’ils pourraient vivre plus tard.

-Et l'art a-t-il aussi cette fonction de survie?
-Aussi. L'art est un sous-produit de cet outil - l'histoire - qui a été essentiel pour nous pour survivre. Que faut-il pour créer une bonne histoire? Soyez capable d'imaginer. Et l'imagination nécessite de la créativité. Par conséquent, plus nous sommes créatifs, plus nous pouvons créer d'histoires, plus nous apprenons et plus nous serons formés pour la vie. Au début, la science était un art: nos ancêtres dessinaient un tableau sur les murs d'une grotte pour tenter d'expliquer leur réalité et ce qui les entourait.

-La science est aussi une histoire dans une certaine mesure.
-En partie oui. Nous avons déjà vu à plusieurs reprises comment les paradigmes scientifiques évoluent, mais plus la science est développée, plus les ressources et les outils s'éloignent de l'histoire qu'elle traite. Bien sûr, dans tous les cas, au moment où la science commence à se répandre, elle redevient déjà une histoire.

-Y a-t-il beaucoup de mythes dans notre civilisation?
-Les humains aiment combler ces lacunes dans lesquelles nous ne pouvons pas trouver d'explication avec une histoire, c'est-à-dire avec un mythe. Il y en a donc beaucoup. Nous devons aussi sentir qu'il y a transcendance, qu'il y a des gens qui ont fait des choses très importantes et qui nous protègent. Les religions ont cette fonction: avec leurs histoires, elles comblent les lacunes de ces «pourquoi» auxquels nous ne pouvons répondre d'aucune autre manière.

-Le fait que nous ayons un cerveau social explique-t-il le succès des réseaux sociaux?
-Clairement. Comme je l'ai dit au début, nous sommes des êtres ultra-sociaux. Les chimpanzés se toilettent, se grattent et se vermifugent, c'est ce que nous faisons sur les réseaux sociaux: le toilettage verbal. Nous nous grattons le dos et nous nous disons de belles choses.

-Mais il y a aussi de forts affrontements sur les réseaux.
-Oui. Dans les réseaux sociaux, nous trouvons la dimension la plus positive et la plus négative de l'être humain. Nous sommes une espèce corporelle et depuis deux cent mille ans nous avons communiqué comme nous nous sommes vus et touchés, ce qui n'arrive pas maintenant. Ainsi, sans ce contact direct, le bien est exagéré et le mal aussi. Quand on est devant quelqu'un, même si on veut l'insulter, on se retient.

Alors que dans les réseaux on peut tout dire à l'autre car il y a une sorte de clivage de la personnalité. Lorsque vous rencontrez un haineux en personne, il est généralement timide. En revanche, dans les réseaux, il se comporte comme un monstre.

-Y a-t-il des histoires qui nourrissent les émotions les plus dangereuses comme la peur et la haine, notamment sur les réseaux sociaux?
-Les fake news et ce type de produit malveillant qui circule sur les réseaux sont comme un cheval de Troie qui se faufile pour réveiller des émotions telles que la colère et la peur, qui nous font baisser la garde, annuler notre esprit critique et nous mobiliser facilement.

La colère et la peur sont deux très bons outils pour manipuler et créer une idéologie.

La pensée critique est la seule chose qui peut nous protéger de cela. Comme pour les addictions, pour que cela ne fonctionne pas, la première chose est d'être prêt à croire que nous n'avons pas raison et d'être ouvert à changer d'avis. Une autre chose qui peut nous aider à ne pas tomber dans ces manipulations est de ne pas donner foi à des récits simplistes qui prétendent qu'il existe des solutions rapides. Il faut être prudent, évaluer d'où proviennent les informations et les comparer.

-Et comment protéger les petits des réseaux sociaux?
- Il faut surtout les aider à développer un esprit critique, mais ce que le psychologue Jerome Bruner souligne me semble très important. Il dit qu'il y a deux cent mille ans, les humains formaient de très petits groupes et que dans ces groupes, les enfants et les adolescents apprenaient toujours en contact direct avec les adultes qui les accompagnaient dans leur processus de croissance et de maturation. Même dans les rituels de transition pratiqués sur les adolescents, ils étaient accompagnés d'adultes qui les mettaient en danger, mais toujours de manière contrôlée et supervisée par l'adulte.

Dans le monde moderne, les adolescents sont soumis à des situations à risque aux côtés de jeunes qui, comme lui, ne sont pas conscients des risques auxquels ils sont exposés. Nous devrions revenir à ce type de contact plus direct avec nos enfants qui grandissent aux côtés d'étrangers car nous ne les voyons que pendant un petit moment la nuit et le week-end.

-L'une de vos études les plus innovantes est que le cerveau des femmes est modifié avec la maternité. Pouvez-vous m'expliquer en quoi consiste cette adaptation?
-Nous avons pris des femmes qui voulaient devenir enceintes et avons fait une IRM avant la grossesse et une autre après l'accouchement. Et quand nous les avons comparées aux résonances de leurs partenaires (les hommes en l'occurrence), nous avons vu que des changements très considérables apparaissaient au niveau physique dans le cerveau de ces femmes qui avaient été mères. Il y a eu de grandes réductions de matière grise dans différentes zones du cerveau, ce qui nous a beaucoup fait peur au début. Deux ans plus tard, en répétant les résonances, les changements ont été maintenus.

Ainsi, en analysant ces modifications plus en détail, nous nous sommes rendu compte que les changements étaient exactement les mêmes que ceux qui se produisent dans le cerveau d'un adolescent, qui a beaucoup plus de neurones et de matière grise au début de l'adolescence qu'à la fin de celle-ci. mais à la fin de l'adolescence, il est un être plus intelligent. Ces changements sont appelés élagage synaptique ou changements adaptatifs.

Ainsi, après l'accouchement, le cerveau de ces femmes avait également connu ces élagages synaptiques et nous nous sommes rendu compte, à travers les résonances, que ces zones dans lesquelles nous avions perçu les changements et les réductions étaient précisément celles qui étaient activées lorsque la mère regardait le visage. de votre fils ou fille. Il y avait une correspondance structurelle avec le fonctionnel. De plus, meilleure était la qualité du lien mère-enfant, plus il y avait eu de changements cérébraux dans ces domaines. Autrement dit, dans la maternité, il y a une restructuration physique du cerveau afin qu'il s'adapte mieux aux défis de la parentalité. Les domaines liés à la cognition sociale sont modifiés, les domaines qui permettent de mieux comprendre l'autre. C'est logique car, quand on a un enfant,Vous devez comprendre ce dont il a besoin pour l'aider et savoir mieux que jamais qui peut être une menace pour vous et qui est un allié.

Une fois de plus, les choses liées à la connaissance sociale dans le cerveau sont restructurées.

-Les êtres sociaux sont-ils aussi des êtres éthiques?
-Oui. Nous sommes une espèce morale parce que nous sommes une espèce sociale. En tant qu'êtres sociaux, nous devons réguler le comportement par des normes éthiques et morales. Nous avons vu les zones du cerveau qui s'activent face à l'injustice et qui sont les mêmes que lorsque nous nous sentons dégoûtés sur le plan physique. Les injustices nous dégoûtent et c'est une réaction adaptative pour protéger ceux que vous considérez comme les vôtres. Il a pour fonction sociale de protéger la tribu.

Corps, esprit et bonheur

Les IRM ont révolutionné les neurosciences en permettant l'observation du cerveau en plein fonctionnement et en vérifiant quelles zones du cerveau sont activées lorsque nous faisons quelque chose, lorsque nous parlons ou ressentons. Dans une bonne mesure, grâce aux neurosciences, la dualité corps-esprit a été pratiquement réfutée.

«Je défends que le cerveau n'est pas un organe isolé, mais que nos capacités cognitives, mentales et émotionnelles sont étroitement liées au corps. Et pas seulement pour le corps, mais aussi pour l'environnement et l'histoire de chaque personne. Chez les animaux, nous avons vérifié l'importance du contexte et de l'interaction. Le cerveau ne fonctionne pas indépendamment de ce qui l'entoure, et le corps non plus .

«Les neurosciences ont également montré que les processus inconscients représentent 99,999% du cerveau. Et nous n'avons aucun accès à ces processus car ils utilisent un code qui nous est inintelligible. La seule chose qui nous vient est le produit final comme si nous étions devant une boîte noire. "

«Chacun de nous a une particularité - que ce soit à cause de notre génétique, de notre histoire, etc. - et il y a une articulation entre cette conscience - ou narrateur de nous-mêmes - et ces processus inconscients.

Ce qui a été démontré, c'est que les personnes dont la conscience est suffisamment articulée avec leurs particularités sont plus heureuses. Si vous avez une disposition qui mène à être introverti, devenir une rock star vous fera souffrir. Alors que si vous êtes extraverti, vous enfermer dans un laboratoire ne sera pas bon pour vous.

Nous devons donc apprendre à écouter notre inconscient , même si nous ne le comprenons pas, et dialoguer avec lui pour découvrir ce que sont nos dispositions, apprendre à vivre avec elles et en faire le meilleur usage possible ».

Articles Populaires

Lentilles Pardina aux légumes hachés

Ils n'ont pas le glamour des superaliments, mais ils le méritent: les lentilles fournissent de l'énergie, des protéines de qualité, des minéraux et des vitamines abondants.…

Dé-romantiser le sexe

La première nuit de relations sexuelles avec une autre personne est généralement régulière mais nous mentons et disons que tout a été merveilleux. Et c'est ainsi que nous nous convainquons du mythe de l'amour romantique.…