"Dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens, tout reste à faire"

Ana Montes

Le Dr Nicolás Olea critique le manque d'intérêt à restreindre l'usage de substances qui altèrent nos hormones et invite la société à se mobiliser.

Photo de Juliane Liebermann sur Unsplash

Le professeur Nicolás Olea, qui vient de publier le livre Libérez-vous des toxiques (Editorial RBA), est l'un des principaux experts dans l'étude de l' impact des perturbateurs endocriniens sur notre santé. De l'Université de Grenade, elle étudie comment ces substances modifient notre système hormonal et provoquent des échecs, voire des maladies métaboliques.

Par la peau et le sang, les perturbateurs endocriniens atteignent différents organes et tissus car ils sont dans tout: dans les aliments via les pesticides, dans les produits de nettoyage, les cosmétiques, les emballages alimentaires (également ceux des produits pour enfants), les tickets de l'achat… Cette année, son équipe a détecté du bisphénol A même dans les chaussettes pour enfants.

Profitant de son temps à la dernière édition de Biocultura Madrid , nous avons discuté avec le Dr Olea de l'impératif d'une législation pour lutter contre les perturbateurs endocriniens. "Quelqu'un doit dire quelque chose sur l'utilisation de ces polluants", a-t-il affirmé dans son discours sur ce sujet.

Se mobiliser contre les perturbateurs endocriniens

-Vous avez proposé de mettre en place une action sociale commune pour stopper les perturbateurs endocriniens. Y a-t-il une stratégie?
-Cette proposition d'action sociale est une réaction de colère , car les mesures gouvernementales sont considérablement retardées. Il n'y a pas encore de stratégie …

Nous espérions que Bruxelles les imposerait, car depuis 2012 le Parlement européen a demandé que les critères de détection des composés hormonalement actifs soient établis . Mais en 2022-2023, cela reste à faire.

-Certains experts organisent des réunions sur les perturbateurs endocriniens depuis 23 ans. Pourquoi ne portent-ils pas plus de fruits?
-Oui, et nous les faisons tous les six mois. Mais maintenant, l'Europe a organisé la première réunion européenne des perturbateurs endocriniens alors que nous en tenons une tous les six mois depuis 23 ans. Ils le font pour que les nouveaux parlementaires soient conscients de ce problème et prennent la décision d'agir dans les 4 prochaines années.

-Alors il y a de l'espoir?
-Maintenant, ce dont nous avons besoin, c'est de l'autonomisation sociale: les mères, les pères et les personnes ayant des obligations environnementales d'exiger une réglementation beaucoup plus stricte .

-Et il y a le cas du mercure …
-Oui, dans la consommation de gros poissons bleus comme le thon rouge, l'aiguillat, l'espadon, l'empereur et le brochet. La Commission européenne a fait pression sur l'Agence espagnole de sécurité des aliments pour qu'elle déconseille sa consommation chez les enfants de moins de 10 ans ou les femmes qui veulent devenir enceintes ou sont enceintes, car nous avons 10 ans de retard sur cet avertissement concernant la consommation de mercure. Et le cadmium et le plomb ont également un effet majeur sur le développement neurocomportemental et l'intelligence des enfants.

C'est formidable! Des recommandations de poisson similaires à celles pour la consommation d'alcool finiront par être données. Pour réduire l'exposition à ces métaux, il est préférable de limiter votre consommation.

-Comment la mer pleine de mercure s'est-elle terminée?
-Pour l'activité industrielle et le déversement de déchets industriels vers la Méditerranée et l'Atlantique jusqu'à ce que sa toxicité soit constatée. Le mercure dans les thermomètres est un minéral et il n'est pas toxique, mais le méthylmercure l'est, qui s'organise en joignant des molécules organiques.

On ne peut plus nettoyer la mer, mais on peut limiter la consommation des poissons les plus contaminés.

L'urgence de réguler les perturbateurs endocriniens

-Que reste-t-il à réglementer?
-Tout. Il existe des milliers de perturbateurs endocriniens sur le marché (blisphénons, phtalates …), mais aucun n'est réglementé. L'Union européenne, malgré l'insistance du Parlement européen, n'en a réglementé aucune pour leur activité hormonale, mais pour leur activité cancérigène, mutagène ou reprotoxique.

Ils disent qu'en 2022-2023, ils interdiront les billets thermiques avec du bisphénol A et le revêtement avec du bisphénol A des conteneurs pour les enfants de moins de 3 ans. Ce sont des mesures très, très rares et très tardives, qui excluent les femmes potentiellement enceintes.

"L'Union européenne, malgré l'insistance du Parlement européen, n'a réglementé aucun perturbateur endocrinien pour leur activité hormonale."

-Éliminer les produits dangereux est possible: la France l'a fait en 2022-2023…
-Exactement, mais la France ne produit pas de bisphénol A et l'Espagne produit 60% de la production européenne dans une usine appartenant au groupe Sabic à Carthagène. Ils sont intouchables. Ils fabriquent 500 millions de kilos de bisphénol A. De toute façon, les gens là-bas, même s'ils se méfient de ce qui sort des cheminées de l'usine, sont tout aussi exposés qu'à Madrid ou Barcelone car le bisphénol A est dans les matières consommables. .

-Dans cette dernière édition BioCultura, un nouvel emballage écologique a été présenté. Existe-t-il déjà des plastiques vraiment verts?
-Les écoplastiques de l'Institut de génie plastique de Valence ont été présentés. Mais ils ne sont pas définitifs. Ils expérimentent. Ils m'ont rappelé les biologistes moléculaires lorsqu'ils parlent de cancer et promettent un médicament miracle dans dix ans.

-Il dit que nous avons un problème de toxicologie réglementaire qui ne prend en compte que le système de réglementation des adultes, mais pas celui des enfants…
-La toxicologie réglementaire est du XIXe siècle et les connaissances datent du XXIe siècle. Les organismes de réglementation sont en retard sur ce que la science a produit.

La toxicologie n'a été faite que pour les hommes blancs, mais dans les années 90, ils ont découvert qu'ils devraient également prendre en compte des femmes avec une physiologie différente, un ensemble de graisses différent, une activité hormonale différente. A cela s'ajoute qu'il n'existe pas non plus de toxicologie réglementaire pour les enfants, les embryons et les fœtus, plus vulnérables.

Tout le bagage de la recherche endocrinienne n'a pas encore été inclus dans le règlement, même si en 23 ans nous avons exigé la mise en place de tests spécifiques d'activité hormonale servant à identifier les perturbateurs endocriniens . Bien que les tests soient disponibles, ils ne sont pas appliqués. L'industrie hésite à dire que le bisphénol A est œstrogène.

-Comme quand on évite de reconnaître l'effet cocktail?
- Sans aucun doute, le mot cocktail est le grand tabou . Les teneurs maximales en résidus sont faites pour la tomate, mais pas pour le menu du jour. Il n'englobe pas la réalité de l'exposition, qui est un mélange mixte, un cocktail.

Les enfants, parmi les plus vulnérables

-Et qui contrôle la présence des perturbateurs en Europe?
-Personne ne le fait. Personne ne le contrôle. Alors pour ralentir les choses, rien n'est pire que de créer un comité d'experts. L'autre jour, j'ai reçu une note du Comité européen des risques émergents qui souhaitait réunir des experts pour étudier la présence de bisphénol A dans les chaussettes pour enfants. Selon la commission des consommateurs et de la justice, dans la mesure où les chaussettes analysées dans notre recherche sont européennes, le fait que les enfants les sucent est préoccupant d'avoir trouvé des perturbateurs endocriniens dans les textiles.

-Le cancer de l'enfant est l'une des maladies qui se développe le plus … Quel est le facteur de risque qui affecte le plus son développement?
-La partie chimique. Aujourd'hui, nous pouvons très bien quantifier les produits chimiques, car nous les avons dans l'urine et ce sont les marqueurs des produits auxquels nous avons été exposés. C'est pourquoi ils ne nous ont pas coupé la tête lorsque nous avons publié que 100% des enfants espagnols font pipi en plastique.

Et c'est pourquoi une réglementation pour les enfants est nécessaire. Il existe des fenêtres d'exposition plus sensibles pour les individus telles que: grossesse, allaitement, développement sexuel secondaire, puberté et ménopause, car les règles du jeu à ces stades ne sont pas les mêmes. Mais la première chose qui manque est la connaissance des cliniciens et des médecins sur les risques environnementaux.

-Que les médecins devraient-ils apprécier?
-L'endroit où vit le patient et son travail, pour évaluer s'il est exposé à certains facteurs environnementaux, comme la pollution de l'air ou certaines habitudes de consommation. Ceci est nécessaire pour le premier diagnostic et même lorsque l'on veut connaître l'origine d'une tumeur.

-70% des effets des perturbateurs endocriniens surviennent chez la femme. Pourrait-on parler des mauvais traitements infligés par le système?
-Oui, il y a des abus parce qu'il y a des attributions de sexe et de genre. Elles peuvent souffrir d'un cancer du sein, d'un cancer du vagin, d'une endométriose, d'un diabète, d'une hypothyroïdie, d'une hypovitaminose D. Mais il y a aussi un retard extraordinaire dans le diagnostic, car elles considèrent qu'elles ne sont que des «choses de femmes». Ils utilisent une terminologie inconcevable si elle est utilisée avec des hommes. Et si les problèmes hormonaux et endocriniens sont liés à des expositions environnementales toxiques, les médecins ne savent plus où chercher.

-Pourquoi regardent-ils de l'autre côté quand il y a des preuves?
-Parce que la médecine qu'ils pratiquent est diagnostique et thérapeutique, mais n'empêche pas la prévention. Votre médecin généraliste doit être votre médecin généraliste et il n'a aucune idée de l'environnement.

"Votre médecin généraliste devrait être votre médecin généraliste"

Pesticides dans les aliments que nous mangeons

-L'Espagne est le premier acheteur en Europe de pesticides, le deuxième de fongicides et le troisième d'herbicides. Est-ce que quelque chose va changer dans le transit écologique?

-Nous achetons 78 000 tonnes de pesticides selon Eurostat, ce qui fait de nous le pays qui consomme le plus de produits chimiques agricoles. Rien n'indique que le changement sera immédiat. Des tonnes de pesticides continueront d'être utilisées. Nous continuerons d'être ceux qui consomment du bio et ceux qui consomment de manière conventionnelle (industrielle) pensant qu'ils économisent, quand il y aura plus de dépenses de santé.

-Est-il impossible d'arrêter ce corporatisme?
-En Europe, tout passe par des groupes de pression. En Espagne, il n'y a pas de groupes de pression, mais il n'y a pas de population ou de professionnels qui veulent faire les choses différemment. Et aucune innovation ne viendra, car l'administration a complètement bouclé la classe santé pour faire la sourde oreille à tout cela.

-Les scientifiques demandent plus de prévention…
-Oui, parce que depuis des années, nous avons reçu des subventions pour écrire des tonnes d'articles que personne ne lit. Nous produisons 20 articles par an et c'est pourquoi nous avons rassemblé tellement de preuves que cela devrait maintenant vous amener à agir.

Les décisions en matière d'oncologie et de traitement moléculaire sont prises avec beaucoup moins de preuves que celles que nous avons recueillies dans l'environnement. En chimiothérapie, il n'y a pas tellement de preuves, mais les gouvernements paient beaucoup d'argent aux sociétés pharmaceutiques. Il doit y avoir de la prévention.

-Il faut connaître les effets des perturbateurs endocriniens, mais aussi savoir acheter …
-Bien sûr, il faut acheter du bio , de saison, du brut et payer le prix que les choses méritent pour s'assurer qu'elles sont de qualité. Si vous devez lésiner, lésinez sur la téléphonie et non sur la nourriture. La qualité de la nourriture est ce que vous méritez le plus.

Articles Populaires

Qu'est-ce qu'un cercle de femmes?

Ces espaces les font se sentir entendus, valorisés et intégrés dans quelque chose de plus grand. Ils les aident également à mûrir et à transformer les problèmes et les émotions en conscience et en sagesse.…